Corpus d’écrits phonétiques du xvie siècle

Dans le cadre d’un vaste mouvement de défense et d’illustration de la lange vulgaire s’engage, vers 1550, un débat à propos de l’orthographe du français, dont le caractère non phonétique est dénoncé par certains, d’autres valorisant au contraire les graphies grammaticales et étymologiques.

Les écrits présentés ici témoignent tous de cette première tendance : proposer, pour le français, une orthographe qui, dans l’idéal, reflète d’une manière parfaitement fidèle la prononciation des honnêtes gens et, par la même occasion, contribuer au débat ambiant.

Notre but est d’en présenter une édition électronique propre permettant leur lecture suivie, mais aussi un « dictionnaire », impliquant une lemmatisation des textes édités : cet outil de recherche permet, en entrant un mot ou fragment mot dans l’orthographe moderne, de remonter à l’ensemble des graphies phonétiques correspondantes. Il entend donc contribuer à l’histoire de la prononciation du français.

En grande partie phonétiques, mais reposant en plus sur une prosodie et une métrique extrêmement sophistiquées, les vers mesurés de Jean-Antoine Baïf font l’objet d’une édition, également lemmatisée, dans une autre section de ce site.

Dans les pages qui suivent, on trouvera pour l’instant l’édition des textes phonétiques du grammairien Louis Meigret, intéressants tant par les choix graphiques assez radicaux qu’ils défendent, que pour leur caractère militant, voire polémique. S’y ajouteront peu à peu ceux de Jacques Peletier et Pierre de la Ramée, dit Ramus.


Contrat Creative Commons

Les textes présentés ici appartiennent appartiennent au domaine public. Le travail éditorial est placé sous contrat Creative Commons.

© Olivier Bettens, 2017.