[p. 3]

Le męnteur, ou l’in=

CREDVLE DE LVCIAN TRA-

duit de Gręc en Franc̨oęs par Louís Meigręt Lio-

noęs, auęq vne ecritture q’adrant à la pro-

lac̨íon Franc̨oęze : ę lęs rę́-

zons.

Aos Lęcteurs.

Si vne nayue inclinac̨íon, ę prompt’ obeissanc̨e de la nac̨íon Franc̨oęze a la rę́zon ę doctrine, ne m’eusset eté conues par l’amęndemęnt continuęl ęn tous ars, ę sięnc̨es : ę qe dauantaje. Le regręt du bláme, ę reproc̨hes, qe pluzieurs tant dęs noutres, qe dęs etranjiers font justemęnt, pour le troup euidęnt dezordre de noutr’ ecritture franc̨oęze ne m’eut eguyllonné, ę forc̨é d’y auoęr egard, ie ne me fusse jamę́s trauaillé d’en debattre lęs caozes : ne de subseqęmmęnt inuęnter lęs moiens de la reformer par le retablissemęnt d’une c̨hacune lęttre ęn sa propre puissance, auęq vn allejemęnt de toutes sęs supęrfluités. Or com’il soęt manifęste, qe la pęrfęcc̨ion, ę epreuue de toutes doctrines soęt ęn l’experienc̨e, j’ey finablement prins la hardięsse de męttre ęn auant la translac̨íon de c̨e petit trętté de Luc̨ian intitulé Le męnteur, ou l’incredule, ao qel j’ey fęt dilijęnc̨e de fę́re qadrer l’ecritture a la prononc̨íac̨íon Franc̨oęze, me confíant tant aos rę́zons inuinc̨ibles qe j’ey deduites ao trętté [p. 4] de l’ecritture, q’a la fac̨ilité de la nac̨íon à rec̨evoęr toutes c̨hozes fęttes de rę́zon : car aotremęnt pour neant se trauaille qiconqe remontre a vn peuple indoc̨ile. E combien qe je tienne pour c̨ęrtein qe vous soyez assés satisfę́s dęs moiens qe i’ey mís ęn auant, attęndu voutre long silęnc̨e, qe nous tenons comunemęnt pour vn tac̨ite consęntemęnt, vu q’en toutes reprehęnsions la pac̨íęnc̨e ęt mal ę́zée si la rę́zon ne la nous conseille : j’ey toutefoęs auizé pour la reveręnc̨e que nous portons a l’anc̨ienneté de me fortifiér de son aothorité : c̨e qe je n’ęntęns pas de c̨eus q’un grand nombre d’ans depuis leur nęssanc̨e, ou mort, ręnt aos idiós honorables ęn toutes leurs euures : estimans a mon auís, la longeur dęs tęmps auęq vn comun consentemęnt inconsideré, pouuoęr affiner vne faote, ę erreur, ę les ręndre aotant rec̨euables, qe l’or eprouué ao c̨imęnt, ę ao feu. De c̨eus la donqes me veuil je fę́re fort, qi par leur sauoęr, ę doctrine se sont aqís tant de leur tęmps q’hores, ę à jamę́s vne bone estime, ę louanje ęntre lęs homes.

Qintilian

Du nombre dę’ qels vous me confesserez bien ęzémęnt Qintilian ę́tre rec̨euable, ę díne a qi on doęue auoęr foę ęn ses temoignajes : le’ qels, j’ey trouué bon pour euiter toute suspic̨íon, ę occazion de calonnie deduire ęn leurs propres tęrmes latins auęq la translac̨íon Franc̨oęze. Voęc̨y donqes q’il dit ao iij. Chap. du pr. lib.

Ego verò quod consuetudo obtinuerit, sic scribendum quidq; iudico, quomodo sonat : hic enim est vsus litterarum vt custodiant vocem, & velut depositum reddant legentibus Itaq; id exprimere debent quod dicturi sumus,

[p. 5]

C’ę́t a dire.

Quant a moę je suis d’auís, qe tout deura ętr’ ecrit, selon qe par la continue il sone, car l’uzaje dęs lęttres ęt de garder la voęs, ę qe com’ vn depós ęlles la ręndet aos lecteurs. Somme q’ęlles doęuet exprimer c̨e qe nous auons a dire.

Vous voyez donqes come Qintilian veut, qe l’ecritture se ranje selon la fac̨on de parler, ę come le deuoęr de la lęttre ęt de rapporter la voęs, ę non pas d’ę́tre oęziue ęn l’ecritture, ny vsurpée a aotre c̨hoze sans l’exęrc̨ic̨e de sa puissanc̨e.

Le Roę Francoęs

De mę́m’ auís aosi a eté (come de nagęres j’ey ęntęndu) le feu Roę dernier trespassé, ęn debattant souuęnt la grande supęrfluité dęs lęttres de noutr’ ecritture : qi etoęt vn princ̨e q’on peut veritablemęnt, ę sans note de flatteríe, confęsser auoęr ęté de son tęmps le parragon de l’eloqęnce Franc̨oęze auęq l’apprehęnsion, le jujement, ę memoęre si grandes, ę sęs reponses d’une prudęnc̨e si soudaine, q’on peut rę́zonnablemęnt dire de luy, qe sęs grac̨es de nature ont surpassé c̨ęlles de fortune. Pour aoqel satisfę́re j’ęntęns, q’on luy mit ęn auant l’honeur qe nous deuions porter à l’antiqité : come si vn dezordre ęn noz euures, auęq vne transgręssion dęs bones ę nec̨essęres inuęnc̨ions, ę instituc̨ions anc̨iennes, etoęt à la grand gloęre, ę honeur dęs anc̨iens, qi nous ont inuęnté lęs lęttres pour nous ęn ayder, ę compozer noutr’ ecritture selon qe sera noutre prononc̨iac̨ion. Ao regard du recours qe lęs aocuns ont a luzaje, deriuę́zons, ę differenc̨es, j’y ęy se me semble si bien satisfęt, ao trętté de l’ecritture Franc̨oęze, [p. 6] q’il n’et ja bezoin qe je m’y amuze plus, si c̨e n’et sommęremęnt, pour ceuz a la conoęssanc̨e dę’ qelz il n’ęt parauanture pas pęruenu : joint qe je m’attęns de vous ęn męttr’ ęn auant d’aotres nouuęlles, ę de plus grande pęrsuázion.

Reponse pour l’uzaie.

Premieremęnt donqes qant a l’uzaje q’on propoze com’ ayant puissanc̨e qazi tęlle q’une loę, je le confęsse ę́tre lors rec̨euable, q’il sera joint a la rę́zon, a la qęlle allors sera il conuenant, q’il se ranjera aos loęs ao’ qelles il ęt subięt. Or ęt il ordonné qe lęs lęttres, ę l’ecritture rapporteront aos lęcteurs lęs voęs, ę la prononc̨íac̨íon : subseqęmmęnt donqes l’uzaje de l’ecritture deura suyure, ę s’assęruir a l’uzaje de la parolle. Parqoę donqes il s’ęnsuyt qe l’uzaje de l’ecritture qi ne rapporte la prolac̨íon, deura a bone ręzon ę́tre tenu pour abus, come contreuenant aos loęs, ordonanc̨es, ę deuoęrs dęs lęttres, ę de l’ecritture. Somme qe l’ecriuein n’a non plus de pouuoęr de batir son ecritture de lęttres aotres qe ne reqiert la prolac̨íon q’il ęntęnt rapporter, qe le peintre de couc̨her coleurs aotres q’il voęt ao vif, q’il s’attęnt pourtrę́re. Finablement l’uzaje de l’ecritture branle soubs c̨eluy de la prononc̨iac̨íon : d’aotant qe lęs lęttres ont eté inuęntées pour rapporter lęs voęs, ę la prolacíon tęlle, qe par vzaje lęs peuples l’aoront rec̨ue. Dont je me suis souuęnt emęrueillé de la rę́ueríe de c̨eus qi a toutes hurtes debattent l’uzaje de parler, qe nous tenons pour le vrey princ̨ipe de tous langajes : soutenans ao contrę́re de tout leur pouuoęr le dezordre, ę abus de l’ecritture. Cela me sęmble ę́tre aotant rę́zonnable, qe de męttre la c̨herrue [p. 7] auant lęs beufz.

Reponse pour les deriuezons.

Or qant à l’excúze du dezordre de l’ecritture pour la montre dęs deriuę́zons, je treuue qe c̨e ne sont qe sonjes, ę sophisteries, ę qe par c̨ete maniere de superfluité, ę vzurpac̨íon mutuęlle dęs lęttres ęn leur puissanc̨e il ne se fęt aocune c̨ęrteine marqe de deriuę́zons. Premieremęnt donqes je voudroę bien sauoęr de c̨eus qi ęn font si grant etat, si par c̨e dezordre ilz pretęndet montrer tant seulemęnt la lange dont a eté tyré le vocable : come par exemple, S ęn teste, pour montrer qe, teste, ęt venu de la lange Latine : ou bien si c̨’ęt pour montrer la vraye sourse du vocable, tęllemęnt q’ęn voyant S superflue ęn, monstrer, je soę incontinant auęrty q’il vient de, monstrare. Qant ao premier il me sęmble qe c̨ęs curíeus de deriuę́zons deussent pręndr’ exęmple a l’ordre qe tiennet lęs princ̨es ęn leurs armées pour disc̨erner lęs leurs d’ęntre lęs ęnnemís. De vrey qant vn roę de Franc̨e meneroęt a la gęrre, tęrre couuęrte d’homes, il ne leur ordonnera pour marqe jenerale q’une croęs blanc̨he pour ę́tre reconús Franc̨oęs. En sęmblable donqes suffiroęt il d’une mę́me marqe jeneralle pour tous vocables tyrez ę ęmpruntez, ęn la diuęrsifiant selon la diuersité dęs langes : je vous lęsse toutefoęs a pęnser ęn q’ęlle peine seroęt vn ecriuein qi n’aoroęt jamę́s vu lange aotre qe la Franc̨oęze, pour l’obseruanc̨e d’une tęlle curíozité : qant ao proufit je l’estime aotant qe de tailler a c̨hacune piec̨e de c̨harpenteríe la premiere lęttre du nom de la forę́s, dont ęll’ aora eté prínze, ę finablement ęn toutes c̨hozes qi sont tyrées de qelqe part : combien q’en aocunes marchandizes [p. 8] il ęt rę́zonnable : mę́s aosi ęsse pour euiter domaje. Si aosi come il ęt vrey sęmblable ilz tęndet par montrer com’ ao doęt, la vraye sourse du vocable franc̨oęs, de sorte q’en voyant vne S superflue ęn beste, teste, estre, ę le g ęn vingt, le c ęn faict, ę ęinsi dęs aotres j’aorey incontinant decouuęrt bestia, testa, esse, viginti, factus ou factum, ę toute la seqelle du nombre singulier, come bestię, bestiam, ę subseqęmmęnt dęs aotres, c̨e seroęt l’une dęs plus grandes meruęilles de c̨e monde, à qi doneroęt carriere à la plus braue borde de Luc̨ian. Mę́s si ao contrę́re c̨ete fac̨on d’ecritture fęt faose montre, de sorte qe la conoęssanc̨e dęs deriuę́zons ne se treuue point ęn plac̨e par le moien de c̨ęs superfluités de lęttres, je suis d’auis q’on lęs casse com’ inutiles ao sęruic̨e de l’ecritture pour reprezę́nter lęs deriuę́zons. Croyez qe la conoęssanc̨e d’elles n’et pas si ę́zée q’ęlle ne reqieret bien pour le moins la prolacion, ou ecritture du mot tout ęntier auęq son intęrpretac̨ion, ę qe l’opinion, q’une lęttre mę́memęnt supęrflue, ę sans aocune puissanc̨e pour rapporter voęs, fasse toutefoęs diuiner ao lecteur vne, ou deus syllabes, ou plus d’un’ aotre lang’ etranje, ęt par troup egarée, ę effrontée. Il ęt vrey qe lęs abbreviac̨ions de l’ecritture sont rec̨ues ęn toutes langes, mę́s aosi ne sont ęlles ęntęndues, q’à c̨eus qi y sont de longe męin exęrc̨itez ne ny s’y treuue lęttre qi ny fasse plus qe son deuoęr, pour refrę́c̨hir la memoęre d’une syllabe, ę qelqefoęs d’un mot tout ęntier :

k pour {kalendæ}. ch, pour chapitre

come k ęntre lęs Latins pour kalendæ [p. 9] ę c̨h en Franc̨oęs pour c̨hapitre. Par c̨es ręzons donqes je vous lęsse à pęnser sil ęt rę́zonnable, ne proufitable, qe nous lęssions la nayue ecritture de noutre prononc̨íac̨íon Franc̨oęze tant nec̨ęssę́re à l’ę́zęnc̨e de sa lecture, pour ęntęndr’ à vn art sophistiqe de deriuę́zons, qi n’ęt q’une vray’ alchimie de bęlles parolles, ę promęsses s’euaporans en sonjes, ę fumées.

Reponse aos differences.

Il ne ręste plus meíntenant qe de satisfę́re aos differęnc̨es : pour lę’ qęlles garder nous ancięns, ę nous, auons foulé le deuoęr dęs lęttres, ę ręndue l’ecritture etranje de la prononc̨íac̨ion. je confęsse trębien, qe si toutes c̨hoses dont l’home peut parler auoę́t leur tęrmes propręs ę separés l’intellijenc̨e de tous propós ęn seroęt beaocoup plus ę́zée : mę́s aosi dyje, q’il faot qe tout danse d’une harmonie, ę qe tout einsi qe l’uzaje de la lange avra fęt son deuoęr de nous forjer diuęrses parolles par diuęrs assemblemęnt de voęs, qe l’ecritture aosi se trauaille de son couté de nous peindre toutes c̨ęs diuęrsitez par vn batimęnt de lęttres reprezentans nayvemęnt leur imaje car c̨ęt leur ętat de rapporter la voęs sans diminuc̨íon, ne supęrfluité. Si aosi la prononc̨iac̨íon s’ayde d’un vocable à pluzieurs sinificac̨íons, come veritablemęnt sont toutes langes, à caoze de qoę voulez vous qe lęs lęttres qi sont inuęntées diuęrses pour la differęnc̨e dęs voęs delęssęt leur deuoęr, pour fę́re vne differęnc̨e qi n’ęt point par la voęs ? Qęlle rę́zon y a il de corrompre le deuoęr de l’ecritture pour doner ordr’ à la diuęrsité dęs sinificac̨íons d’un vocable, duqel si la lęcture ęt ambigue (come [p. 10] par rę́zon ęlle doęt ę́tre par l’abus dęs lęttres) la sinificac̨íon sera inconue. Vous verrez qe l’esperit dęs Franc̨ois pour trouuer diuęrs poins, ę diuęrses lignes, ęt si hebeté, q’il ne saoroęt inuenter aotre moien de marqe de differęnc̨es qe par vn ęmprunt de lęttres. Croyez q’il n’ęt point de vocable ayant tant de diuęrses sinificac̨íons q’on voudra, de qi le bon sęns ne deceuure mieus lęs differęnc̨es par le discours de la rę́zon du propos, qe par toutes lęs marqes q’on saoroęt inuęnter : attęndu qe si non seulemęnt la marqe soęt faose, mę́s q’ęncores le vocable defaille ęn qelqe syllabe, le bon iujement le rhabille. E pourtant ne lęs Grecz, ne lęz Latins ne se sont gieres amuzez à fę́re notes de differęnc̨es : ę s’il etoęt bezoin d’ęn fę́re ęlles seroę́t beaucoup plus nec̨essę́res à la prolac̨íon, q’à l’ecritture : attendu qe la parollę passe soudęin, ę se pert, ou l’ecritture done tant de loęzir q’on veut pour ruminer la sinificac̨íon du vocable nec̨essę́re pour le sęns de la claoze. Lęssons donqes lęs lęttres ęn leur ęntier, ę fę́re leur deuoęr ęnuęrs la prononc̨íac̨íon : ę si nous sęmble bon de doner diuęrsité aos vocables ęn noutr’ ecritture selon qe leur sinificac̨íon ęt diuęrse, inuęntons aotre fac̨on de fę́re come de poins, ou lignes desus, ou dessoubz, einsi qe bon vous sęmblera : car qant à moę je ne veuil point debattre q’on ne puisse enric̨hir vn’ ecritture, pouruu q’on ne corrompe point son ordre, ne le deuoęr q’ęlle doęt à la prolac̨íon. E pourtant ayant egard qe l’obseruac̨íon de la qantité ętoęt nec̨essęre à la lęcture j’ey bien voulu marqer lęs voyęlles [p. 11] selon q’ęlles se trouueront longes ęn vn vocable : considerant qe l’ecritture deuoęt ętre toute tęlle ęnuęrs la prononc̨íac̨íon q’ęt la note d’une muzique ęnuęrs vne c̨hanson : ou il n’ęt lic̨ite à vn compozeur de sortir hors de la mezure, de la moindre note qi soęt nec̨essę́re à la muziqe : aotremęnt la harmoníe se trouuera corrompué. Pour donqes vous fę́r’ ęntęndre le moięn qe ie tiens ęn mon ecritture, tenez pour c̨ęrtein qe je n’ey aotre but dauant męs yeus, qe la prononc̨íac̨íon Franc̨oęze, la qęlle je me suys efforc̨é de vous peindre ao vif ęn restituant c̨hacune lęttre ęn sa puissanc̨e pour fę́re vn mę́me deuoęr auant toutes voyęlles. E pourtant qiconqe la voudra examiner n’aora q’à la conferer à la prolac̨íon : c̨ar qant aos aotres curiozités obseruées à la ruine dęs lęttres, ę de l’ecritture, je les tiens pour fantastiqes, ę pures sophisteries, qi ne caozet qe confuzíon ę perplęxité ao lęcteur sans aocun bon effęt, ne proufit.

les lettres remizes en leur ancienne puissance.

Lęs lęttres donqes dont j’uze sont cęlles mę́mes dont on a accoutumé d’uzer ęn leur gardant à c̨hacune leur puissance anc̨ienne, ę à la qęlle ęlles ont eté premierement inuęntées, ę ou je treuue qe l’abus obserué de tant longe mein q’on voudra ęn aora spolié aocune pour ęnric̨hir vn’ aotre, je rens à c̨hacune sa puissanc̨e pour euiter la confuzion, qi s’ęn ensuyt ęn la lęcture. Il ęt vrey qe j’ęn ey diuersifié qelqes vnes, selon qe j’ey vu la voęs se diuersifiér : come nous voyons ęn c̨ęs vocables, mę́me, męttre bę́te, en c̨hacun dę’ qels nous voyons le premier ę soner aotremęnt ę plus apertement qe le dernier :

e à cúe

lęqel ę j’ey fę́t à cúe, ę l’ey appellé ę ouuert, pour aotant q’il approuc̨he [p. 12] de la prolac̨íon de l’a : come ęn mę́memęnt, souuęnt sęmblablemęnt, ę ęn tous aotres aduęrbes terminez ęn ęnt, ę aosi ęn vn grant nombre de partic̨ipes : come prudęnt, dilijęnt, ę’ qels nous ne prononc̨ons pas l’a si appertemęnt, com’ ęn sauant, donant, aymant : dont la seule oreille deura ę́tre le juje, selon c̨e qe l’uzaje de la prononc̨iac̨ion Franc̨oęze l’aora vsurpé : ny ne se faot amuzer ęn c̨ela aos tęrminę́zons latines : car combien qe lęs Latins dyet veniens, sapiens, nous ne dizons pas pourtant venęnt, sauęnt, mę́s venant, sauant. E pour vous montrer, q’il soęt nec̨essę́re de le diuęrsifiér de l’e clous, ę qe l’un ne doęt point ę́tre prononc̨é pour l’aotre, vous le pouuez ę́zémęnt decouurir ęn l’offęnc̨e qe vous fęt ęn l’oie la prononc̨íac̨ion du menu peuple de Paris de l’ę ouuęrt, pour l’e clous : dizans vous dirię́s, fraperię́s, donerię́s, pour diriez fraperiez doneriez.

i consonante

I’ey pareillemęnt diuęrsifié j consonante de l’i voyęlle par vne proporc̨ion double de l’i, daotant qe c̨’ę́t vne prolac̨ion qazi double de l’i.

v consonante

J’eusse aosi volentiers doné ordre a v consonante par un point ventral, mę́s c̨e sera auęq le tęmps.

Diphthonges.

Ao regard des diphthonges, je uous ay ja dit ao trę́tté de l’ecritture Franc̨oęze qe c̨’ęt vn amas de deus voyęlles prononc̨ées en vne męmé syllabe, come oi ęn moien, ie ęn viel, fier, ao ęn aotant, eu ęn heureus :

Thriphthonges

ę come noutre lange à dęs triphthonges come eao, ęn beaos, yeu ęn yeus, lieu, dieu. Pour la conoęssanc̨e dę’ qęlles diphthonges la coupe ou inc̨izion de la rithme Franc̨oęze ęt fort comode. Tenez aosi pour regle jeneralle, qe [p. 13] qant la premiere voyęlle ęt longe q’elle ne fęt pas diphthonge, ni pareillemęnt l’i long subsęqęnt à vne aotre voyęlle. exęmple du premier, púant :

i long subseqent

exemple du second, fuir ę tous lęs preteriz ęn j long, fuí fuís fuít, fuímes fuítes fuíret : come nous pouuons voęr ęn c̨ęs coupes. Ce hord púant : je męn fuís : ę qęlles pour la qadreure lęs voyęlles ne peuuet fę́re diphtonge. Notez aosi, qe combien qe io soęt tousjours diphtonge ęn la premiere pęrsone du plurier du preterit impęrfęt, come allions, venions, qe toutefoęs il ne l’ęt point fęzant la dęrniere syllabe dęs noms vęrbaos : come ęn donacion, punic̨ion prolac̨ion lę’ qels tous sont qadrisyllabes : ę ęt tousjours l’i de c̨ęs verbaos long. il ę́t vrey q’ao comęnc̨emęnt dęs vocables il ęt qelqefoęs diphthonge, ę non pas en lion, ny ęn tous c̨eus, ę qels i, ęt de longe prononc̨iac̨ion. Notez aosi qe l’ę ouuęrt se peut trouuer final, ę long fę́zant diphthonge come ęn donoę́, donoę́s, ę ęn la tierc̨e pęrsone du plurier du preterit impęrfęt come donoę́t, etoę́t. je vous ey ao surplus dit, come c̨’etoęt vn abus de cuyder, qe deus voyęlles se puisset confondr’ ęn vne, ę mę́ler tout einsi q’huyles, ę aotres liqeurs, ę s’assęmbler ęn vn corps : attęndu qe leurs formes sont subsecutiues lęs vnes aos aotres : ę q’etant l’une, l’aotre n’ę́t plus : tęllemęnt, qe combien qe lęs consonantes ayet propremęnt leur son par le moien des voyęlles, sans lę’ qęlles ęlles ne peuuet former syllabe articulée, si ne s’y peut il toutefoęs ręncontrer confuzion : car soęt, qe la consonante prec̨ede, [p. 14] ou suyue, ęlle garde tousiours sa voęs : aosi fęt la voyęlle auęq rę́zon de priorité ou posteriorité : tęllement q’ęn ba, le b ęt prononc̨é premier, ę par aprés, l’a : c̨e qe ao contrę́re auięnt ęn ab.

e ouuert mien entre a et e clous

E combien qe l’ę ouuert soęt moien ęntré l’a, ę l’e clous, si a il toutefoęs sa forme à part, ny n’ę́t formé, ne de l’un ne de l’aotre, non plus qe du my, ne de sol, combien qe c̨e soęt vne note moyenn’ ęntre ęlles. Come donqes il soęt impossibl’ à l’home de prononc̨er ęn vn mę́me tęmps, ę instant deus voęs : ę q’il soęt nec̨essęre q’etant l’une, l’aotre ne soęt plus, il ęt impossibl’ aosi q’il y ayt confuzion, ę mę́lemęnt : attendu q’un mę́lemęnt ne peut ę́tre moindre qe de deus corps etans ęn nature : par conseqęnc̨e donqęs l’ecritture fętte auęq deus voyęlles pour le rapport d’un mę́lemęnt de voęs, ęt faose : ę la ou il seroęt possible s’i ny a il point de rę́zon qe la diphthonge ai reprezęnte c̨et ę ouuęrt qe nous prononc̨ons ęn mais, maistre, frais, veu qe la prononc̨íac̨íon de l’i à trop peu de conuenanc̨e auęq l’ę ouuert :

æ

ę s’il etoęt ręzonnable le fę́re par deus voyęlles, la diphthonge æ ny eut pas eté si abuziue : combien qe je ne le trouueroę́ pas moins ętranje qe de noter ęn la muziqe , , pour sol :

e voyelle entre a & e

soubs ombre qe sol ęt vne note moienne ęntrę ę , tout einsi qe l’ę ouuęrt ęt vne voyelle moyenne entre a, ę e clous : ę q’il ne peut ętre prononc̨é pour l’une ne pour l’aotre, q’il ny eyt euidęnte faote, ę toute tęlle qe si sol etoęt c̨hanté pour , ou . Qant aos aotres diphthonges dont nous abuzons, je lęs ey vuydées ao trętte, ny n’ęt ja bezoin qe j’ęn tienne plus long propos, vu [p. 15] qe c̨ę́t vn abuz ę́zé à decouurir, ę à reformer par l’experienc̨e de la prononc̨íac̨íon, ę la conoęssance dęs puissanc̨es dęs voyęlles.

ao oi

Męs ou ęt l’home si peu aprins ęn ęlles qi ne confęsse s’il a l’ezperięnc̨e de la lange Franc̨oęze, voęr euidęmmęnt la diphthonge ao, ęn aotant : c̨ęlle d’oi, ou d’oy, en loyal, Royal :

oe

ę ao contrę́re c̨ęlle d’ par ę ouuert ęn loę, Roę, moę, toę ? ny ne sey come nous somes si dehontéz de lęs ęcrire par oy : come si la prononc̨íac̨íon y etoęt tout tęlle qe en royal, loyal.

ou
Diverse prononciacion de l’o.

Ie ne veuil pas aosi oublíer qe combien qe j’aye debattu ao trętte de l’ecritture Franc̨oęze la diphthonge ou, la dizant n’ę́tre point Franc̨oęze j’ęn vze toutefoęs pour l’o clous, n’ayant ozé fę́re, qelqe nouuęlle inuęnc̨ion pour la diuęrse prononc̨íac̨íon qe nous auons de l’o, ętant qelqe foęs prononc̨é clous, come en amour, pour jour, ę ęn assés d’aotres infiniz : ę’ qels toutefoęs nous n’uzons pas tousiours de l’ou, come ęn compozic̨íon, propos. Qelqe foęs, aosi il se prononc̨e ouuęrt, come ęn fort, port, mort, fol : mę́s pour aotant qe je sey qe toutes nouveaotés sont deplęzantes qi ont qelqe c̨hanjemęnt de qelqe fac̨on de víe tant soęt ellęs ręzonnables, ę qe le tęmps meurit toutes c̨hozes : joint qe l’o, ę l’u, ont grande conuenance, je m’en suis deporté pour c̨ęt’ heure : vous aduertissant tant seulement qe je n’en vze point pour diphthonge, ę qe je le seufre par defaot d’un caractęre de l’o clous, ou de l’o ouuęrt : le lęssant ao demeurant ęn son ęntier ęn la pluspart dęs vocables, ę’ qelz vous ęn vzés pour vn o clous : il ęt vrey, qe la ou nous le prononc̨ons [p. 16] préq’ à demy consonante il nęt pas ecrit sans ręzon, mę́s aosi n’ęt il pas lors diphthonge com’ ęn Louís, louanje ę’ qelz l’u se prononc̨e lejieremęnt qelqe peu ęn consonante.

Note de quantité
à

Rest’ ęncores a vous auęrtir qe toutes lęs voyęlles qe vous trouuerez marqées d’une ligne obliq’ ao dessus, reqieret vne prononc̨iac̨ion longe :

fáme fame

come a ęn áme, fáme (quant il signifie renom) car fame, q’abuziuemęnt on ecrit femme, a l’a brief : come il ęt ęuidęnt ęn cęte claoze à c̨ęus qi sont vzités ęn la lange Franc̨oęze qant nous dizons, vne fame de bien garde sa bone fáme.

é long
mes,tes,ses.

Qant à l’ę́ ouuęrt long, on le voęt ęn c̨ęs vocables ę́tre, métre, ę ęn la conionxion mę́s : car męs, tęs, sęs, pronoms possessifs sont brefs, come nous le voyons ęn c̨e tręt, je luy vouloę fę́re du bien, mę́s męs amis m’en ont detourné : ao qel męs possessif, se prononc̨e plus soudein qe la conjonxion mę́s. E ęntęndez qe qant je parle de la qantité dęs voyę́lles i’entęns parler de la naturęlle, ę non de c̨ęlle q’ęlles aquieret par vne suyte de pluzieurs consonantes, qe lęs Latins appęllet positio : car combien qe toute la syllabe soęt longe, la voyęlle toutefoęs ne reqiert pas tousiours prolacion longe : come l’a ęn donant, ę en prudęnt. Mę́s à c̨elle fin de fuir le trauęil de c̨ęte maniere de marq’ ęn pluzieurs vocables, i’ęy auizé de doner qelqes regles selon qe je les ęy peu decouurir par l’experięnce de la lange Franc̨oęze : Notez donq premieremęnt qe toutes tęrminezons plurieres, tant dęs noms substantifs, q’adiectifs, qe partic̨ipes, qe pronoms fęttes ęn voyęlle, excępté l’e bref ont la voyęlle de la derniere [p. 17] syllabe longe :

lács hanáps bonés sqífs cócs bús z final.

come lac, lács : hanap, anáps : bonęt, bonę́s : sqif, sqífs : coq cócs : but, bús. Il ę́t vrey qe vous auéz de coutume de męttre vn z final aos pluriers pour denoter c̨ę́te longeur, ę qi veritablement garde sa puissance, mę́memęnt qant le mot ęnsuyuant comęnce par voyęlle, sans ęntrejet de qelqe point : come qant nous dizons, vous allez à Paris, nous oyons z soner ęn allez à caoze de la suyte de l’a : c̨e qe de mę́mes peut auenir aos brieves, come qant nous dizons les faoses alarmes : ou S finale de faoses sone aosi bien ęn z qu’ęn l’aotre. Je ne veuil pas toutefoęs debattre c̨ete fac̨on de fę́re : attęndu qe je ne treuue point d’abus q’une lęttre ne puisse fę́re pluzieurs offic̨es, pouruu qe son propre deuoęr de rapporter la voęs y soęt gardé. Suyuant donqes le comun vzaje toutes lęs foęs qe vous trouuerez vn z final ęn mon ecritture tenez la voyęlle precedente pour le plussouuęnt longe : come, ęn allez, venez, honorez, boutez, montez. De la qęlle d’auantaje j’ęntęns vzer jeneralemęnt, aotant ęs noms, partic̨ipes qe vęrbes, mę́memęnt si le mot ęnsuyuant comęnc̨e par voyęlle, qelqe restrincc̨ion q’aocuns ont voulu fę́re, come si tez sonoęt aotremęnt ęn portez, montez, q’ęn boutez. Notez aosi qe os final ęt tousiours long come propós, mós, rabós.

Terminezon de l’e clous es uerbes.

Qant aos vęrbes, notez qe tous lęs singuliers terminez ęn e clóus l’ont bref, s’ilz ne sont formez par le partic̨ipe masculin : come je done, tu dones, il done : mę́s par le partic̨ipe ilz sont longs come j’ey doné, je suis allé. Notez aosi qe la seconde pęrsone de tous vęrbes qi a l’e clous ęn la derniere [p. 18] syllabe, a la prolac̨íon longe : come donez, ou donerez, donassiez :

tes, es.

excepté toutefoęs qant il y a addic̨ion syllabiqe de tes, ou es : la qęlle se fęt ao prezęnt dęs verbes ayant la tierc̨e persone finissant ęn ęt, ę ęn it : come fęt, dit par addicion de tes font, fęttes dittes : ę ao preterit pęrfęt se formant de la tierc̨e pęrsone par addic̨íon de tes si le vęrbe se termine ęn voyęlle : come de dona, se forme donates : ę par es, à ceus qi se tęrminet ęn t : come de vint, fut, fit, se forme vintes, futes, fites. je me deporte dęs exc̨epsions qi s’y pourroę́t trouuer.

œ

Notez aosi qe tous vęrbes tęrminez en ę́s come fę́s ę ęn , come donoę́, demandet la prolac̨ion longe de c̨ęt ę́ ouuert ęn la premiere ę seconde pęrsone du singulier come je fę́s, tu fę́s, je donoę́, tu donoę́s,

oient

aosi font ilz ęn la tierc̨e persone du plurier du preterit impęrfęt q’abuziuemęnt vous ęcriuez par oient, come donoient, aoqel toutefoęs il n’ęt aocune męnc̨ion de l’i ne de n : ny n’ęt ęn rien differęnt du singulier, qe d’aotant q’il reqiert la prolac̨íon longe de l’ę́ ouuert : come la prononc̨íac̨íon le montrera à qiconqe y ęt experimenté ęn c̨e tręt : Charles frapoęt, ceus qi le frappoę́t.

ent.

Vous auez aosi de coutume de fę́re vne tęrminęzon pluriere ęn ent ęn la tierc̨e pęrsone : come donnent, fussent, donassent : la qelle toutefoęs n’ę́t point Franc̨oęze : par c̨e qe n ęt superflue : attendu qe vous ne prononc̨ez qe le seul ę clous bref de la tierc̨e persone du singulier ęn y ajoutant le t : tęllemęnt qe de done se forme le plurier donet prononc̨é tout à la sorte, qe soęt bien soęt mal, vous le fęttes ęn interrogant, donnet il ? frapet il ? jouet il ?

àt

Notez finablement qe át ęn la tierc̨e persone [p. 19] du singulier du prezent optatif ęt long,

ít
út

aosi sont ít, út, come donát, fít, fút.

ast
ist
ust

Pour lę’ qelz noz anc̨ętres ont d’une pouure considerac̨ion, ę par faote de bon’ inuenc̨ion abuzé de s ecriuans donnast, fist, fust : ę non seulemęnt ęn c̨eus cy mę́s aosi ęn pluzieurs aotres lieus pour la mę́me caoze : come, ęn estre, beste, feste. Ao demeurant il se pourroęt bien trouuer d’aotres regles suyuant lęqęlles il ne nous seroęt pas nec̨ęssę́re d’uzer tousiours de note de qantité : je ne m’y suis toutefoęs voulu fort amuzer. E combien qe suyuant c̨es regles je n’aye bezoin de m’ayder gięres de la note de longeur, je l’ey toutefoęs voulu obsęruer : pour aotant qe vous n’auez ęncores point parlé dęs qantités, ę qe la lecture ęn sera plus ę́zée à vous ę aos etranjiers.

Or venons męintenant aos consonantes, pour l’uzaje dę’ qęlles remís ęn son ęntier selon qe la ręzon de leur puissanc̨e le reqiert pour euiter dezordre ę confuzíon : je m’attęns bien à vn grant mecontęntemęnt, ę dedęin, de c̨eus qui veulet toutes c̨hozes ę́tre menées à leur appetit. Pour aos criz, ę blámes dę’ qelz rezister, je me fortifierey de l’aothorité dęs anc̨iens. Premieremęnt donqes ęntęndez qe je garde la puissanc̨e de toutes vniforme, ę toute tęlle auant toutes voyęlles q’ęll’ ęt auant l’a :

c
g

vzant du c, ę du g, tout einsi dauant e j, qe vous fęttes auant, a, o, u, car tęlle a eté leur anc̨ienne puíssanc̨e,

Qintilian

come mę́me le nous temoigne Qintilian du c par c̨ęs parolles :

Nam k quidem in nullis verbis vtendum puto nisi quæ significat. Hoc eo non omisi quod quidam eam quoties asequatur necessariam credunt : cum sit c littera quæ ad omnes vocales suam vim perferat

[p. 20]

Cec̨y son’ ęn Franc̨oęs.

Je ne suis pas d’auis d’uzer du k ęn nuls vocables, sinon pour ceus q’il sinifie, de sorte q’ęlle soęt ecritte seule. Ce q’a c̨ęte caoze je n’ey omis d’aotant qe pluzieurs la pęnset nec̨essę́re, toutes lęs foęs qe l’a ęt subseqęnt, attęndu qe c̨e soęt le C qui porte sa vęrtu par toutes lęs voyęlles.

Notez qe lęs Latins come ja je vous ey dit n’ecriuet q’un k pour kalendæ : c̨ęt c̨e qe veut dire Qintilian qant il veut q’ęlle soęt ecritte seule pour lęs vocables q’ęlle reprezęnte.

c k de méme puissance.

Mę́s si einsi ęt com’il dit, qe la puissanc̨e du c soęt toute tęlle qe du k auant a, de sorte qe le k soęt inutile, attęndu qe c̨ęt le deuoęr, ę la puissanc̨e du c, laqęlle il garde par sur toutes voyelles : il faot donq inferer subseqemmęnt q’il la garde toute tęlle dauant lęs aotres voyęlles, q’il fęt dauant a. Or ęt il q’il sone ęn k auant l’a, il sęnsuyt donqes q’auant toutes lęs aotres voyęlles il garde le son de k.

g

Par la mę́me rę́zon nous pouuons jujer le semblable du g, attęndu qe c̨’ę́t vne prolac̨íon moienne ęntre c, ę ch, ętant qelqe peu plus molle, come nous le voyons ęn ca, ę ga, de cęs vocables camelot, gambelot : caller, galler.

c, et g, mal nommez sé ié.

E pourtant puis qe lęs lętres portet le nom de leur puissance, il n’y a point de rę́zon d’auoęr nomé le c, , ne le g  : attęndu q’il ny a point d’apparanc̨e q’ęn lęs epelant d’auant a, o, u, selon la puissanc̨e q’ilz ont tousiours retenue, on die qe c (ęn le nomant ) fasse joint à a, o, u, ca, co, cu : attęndu q’il deut fę́re sa so, su. Par semblable rę́zon aosi nous faodra il confesser qe le g nomé je, fera ęn ga, go, gu, ja, jo, ju. Tęllemęnt qe je treuu’ aotant rę́zonnable [p. 21] de dire qe g, a font ga ęn le nomant  : qe de dire qe p, a, font na. Je voudroę bien dauantaje sauoęr come qoę lęs Latins, ę Franc̨oę́s epeleront cla, cle, cli, c̨lo, ę cra, cre : gla, glo, gli : gra, gro, gre :

slamor
srastinus
sristus

Car si le C ętoęt anc̨iennement nomé , come nous le nomons aojourdhuy il nous faodra confesser qe la prononc̨íac̨íon de clamor sera slamor, ę de crastinus srastinus, Cristus sristus :

iladius
iradus.

le sęmblabl’ aosi nous faodra il dire du g, si son anc̨ien nom a eté tęllement qe nous prononc̨erons jladius ęn gladius, ę jradus àn gradus : qui ęt vne prononc̨íac̨íon imposibl’ à toutes langes : attęndu qe j consonante ne se peut proferer qe joint à vne voyęlle subseqęnte, ny donqes le g prenant le nom de . Par c̨ęs rę́zons donqes il ęt tout euidęnt qe le C, ę le g sont mal nomez ,  : ę q’il doęuet garder auant toutes voyęlles le mę́me deuoęr q’ilz font auant l’a.

c nomé ca latin
g nomé gamma

A c̨ęte caoze je nome le c, ca latin, ę le g, gamma, ou game :

gammaut

du qel nom lęs muzic̨iens nomet lęs rudimęns de la muziqe : parc̨e qe la premiere clef commenc̨e par g, dizans gamma ut a re.

gerre
gize
langir

Remettant donqes le g ęn sa puissanc̨’ anc̨ienne, je casse c̨ęt v ęntrejetté, lors q’un e, ou i ęt subseqęnt : come ęn guerre, guise, languir, pour lę’ qelz j’ecry gęrre, gíze, langir : sinon qe l’u y soęt prononc̨é, come ęn ęguyzer, Guize, ville ęn Tyrac̨he.

i consonante pour g.

Ao contrére aosi j’ecry l’j consonante la ou le g, a vzurpé son lieu, sans auoęr egard à l’ecritture Latine, ne gręcqe, ne ao long abus de la lange Franc̨oęze :

Anie, iendre manier, jeneze pour Ange, gendre, manger, geneze.

ecriuant anje, jęndre, manjer, jenęze pour ange, gęndre, manger, jeneze : ę tous aotres ou le g a vzurpé la puissanc̨e de [p. 22] j consonante : car ęn ręndant à c̨hacune lęttre la sienne propre sans luy soufrir vzurpac̨íon aocune d’aottre, l’ecritture ęt ręndue plus cęrteine, ę plus lizable.

s pour z

Ao regard de s qe vous vzurpez pour z, ęntre deus voyęlles je remę́s le z ęn sa plac̨e, ecriuant dizons, fę́zons, pour disons faisons.

sc

qant ao sc̨ etant le ęn son de s, nous nęn deuons pas vzer ao commęnc̨ement d’un vocable : qi ęt vn aotre grant argumęnt contre lęs Latins, ęn leur prononc̨íac̨íon du c ęn s, q’ilz font auant e i, tęllemęnt q’ilz prononc̨et disciplina, scire, discere, tout einsi, qe s’il y auoęt dissiplina, ssire, dissere. Or est il impossible q’un vocable commęnc̨e par vne mę́me consonante redoublée come par deus bb, pp, cc, ss, sinon qe parauanture qelcun volut sifler ęn sęrpent pour s’efforc̨er à qelqe prononc̨íac̨íon de deus ss. Parqoę il ęt euidęnt qe le c n’etoęt point anc̨ięnnemęnt prononc̨é ęn s. Non sans caoze donqes j’ecry Sipion, ę non pas Scipion, ę sienc̨e pour sc̨ienc̨e.

l et n molles.

Ao regard de l ę n molles je lęs lęsse juques à vn aotre tęmps, creignant vous doner fac̨herie, ę trop de peine pour le commęnc̨emęnt :

ign pour n molle, ill pour l molle

combien qe c̨e soęt vne c̨hoze bien etranje d’assęmbler ign, ę ill pour n, ę l, molles.

ch. s molle

Ao regard du ch je le lęsse ęn son entier par dauant toutes lęs voyęlles, come il ęt auant a, sonant ęn ca aspiré : ę ou il sone en s molle, je luy ajoute vne cúe, tout einsi q’ao , qant il sone ęn s, le tenant pour s molle : come ęn c̨hamailler, c̨heual, c̨hinon.

i consonante aspiré

E qant à l’aspriac̨íon qe nous baillons à l’j consonante c̨et vn abus : car ęlle ne peut rec̨euoęr aspirac̨íon :

Priscian

come aosi le dit Prisc̨ian : ę combien qe nous trouuions les Latins ecrire Hieronymus, Hierusalem, cęt i ny ęt pas toutefoęs prononc̨é ęn consonante. Or qant [p. 23] à x vous auez troęs manieres de lęttres qi sont d’un mę́me pouuoęr : attendu qu’il vaot aotant qe cs : ę pourtant vous le pouuez ecrire par cs, ę cc̨ :

x cc cs ks ct

ę si bon vous sęmble vous ayder du k, par ks : ę non pas par ct, come vous fęttes ęn diction, conjonction : car il faot qe le t sone egallemęnt auant toutes voyęlles, com’ auant l’a, suyuant lęs rę́zons qe j’ey deduites ao trętté :

t pour s mal ecrit.

tellemęnt qe je m’emęrueille de c̨eus qi męttet ęn auant qe le t, ęntre deus voyelles ętant l’i subseqent doęue soner ęn s : car si le son de s y ęt nec̨essę́re, pourqoę n’y doęt sa lęttre ę́tr’ ecritte, sans confondre si inconsiderémęnt lęs puissanc̨es dęs lęttres. E pourtant ou je le treuue sonant ęn s le plussouuent j’ecry vn à cúe, qelqe foęs aosi vne s come prononc̨íac̨íon, dicc̨ion, corrupc̨ion, ou corrupsion :

c, s

daotant qe , ę s sont de mę́me puissance, qoę qe leur figures soę́t diuęrses : car il a ę́te nec̨essę́re de retenir c̨e a cúe pour lęs rę́zons qe j’ey deduites aodit trę́tté.

prononcíacíon des diphthonges

Je ne veuil pas aosi oublier ęn tant qe touc̨he la lęcture d’aocunes lęttres ęnsęmble jointes, qi font vne syllabe, qe toutes diphthonges se doęuet prononc̨er jointes, sarrées, ę lejierement, c̨e qe j’ey bien voulu męttre pour lęs calomniateurs ę aosi pour lęs etranjiers, qi ny sont pas fort bien duiz, lęs prononc̨ans qazi separement, mę́memęnt lęs triphthonges qi sont rares aos aotres langes, come je croę : tęllement q’ilz ont grande peine à prononc̨er beaos : ęn sorte qe vous les orrés prononc̨ans separemęnt lęs voyęlles, qazi come be a os.

x
ps
pt

Il faot aosi ęntendre qe cs, ou x, ps, ę pt, finals veulet vne bien lejiere prononc̨íac̨íon de la premiere lęttre : e pourtant me sembloęt il qe la lange Franc̨oęze nauoęt point x final, par c̨e qe la prolac̨íon du c ne se deceuure gieres, ce qe nous pouuons [p. 24] experimenter ęn lacs, cocs, sept, prompt, hanaps : ę toutefoęs ilz ont leur plein son ao comęnc̨emęnt, ę mylieu dęs vocables, come x ęn xerxes, exęrc̨itac̨ion, ct ęn diręctemęnt, facture, ps ęn psalmes, corrupsion, pt ęn sęptieme, combien qe settieme ęt aosi ęn vzaje :

m auant pt.

pour leqel ęncores il faot noter qe m prec̨edęnt pt amoulit c̨e p : tęllemęnt q’ęn promptitude, comptes, le p na qazi come point de forc̨e, de sorte q’il sęmble qe nous ne prononc̨ons gieres qe m ęn promptitude, ę compte, auęq le son du p bien sourd. De vrey la lange Franc̨oęze n’a point de c̨ęs assęmblemęns de lęttres rudes : combien qe l’ecritture ao jourduy obseruée fęt tout c̨e q’ęlle peut de la ręndre barbare, ę siluęstre :

loyaulx

come vous le pouuez bien voęr ęn loyaulx, du qel la prolac̨íon de l, auęq x, se trouueroęt par trop rude, ao pris de la diphthonge ao, qe l’uzaje de la prononc̨íac̨íon Franc̨oęze reqiert auęc vne s final, q’on ne saoroęt debattre n’ę́tre plus grac̨ieuze, qe c̨ęt aotre accompaignée d’une l, ę de cs, ou de x.

o dauant m et n.

Notez aosi qe l’o n’ęt gieres prononc̨é ęn la lange Franc̨oęze auant deus mm, ne deus nn, ę pourtant j’ecry, home, come, comęnt, comande, honeur, corone, doner : pour homme, comme, commęnt, commade, honneur, coronne, donner. Finablemęnt il faot pęnser de l’ecritture, de mę́mes qe de la note d’une c̨hanson, q’une voęs rude fera trouuer rude, tout einsi qe la bone, ę douc̨e la fera oír de bone grac̨e.

Apostrophe.>

Qant à l’apostrophe je n’ęn n’ęy pas aosi vzé fort libremęnt : par c̨e mę́mement, q’on y peut bięn etablir vne regle préqe jenerale :

e brief final.

qe tous e finals, ę [p. 25] brefs, prec̨edęns ęn vn mę́me tręt vn vocable comęnc̨ant par voyęlle pęrdet leur puissanc̨e : (qant aos exc̨ępsions voyez lęs ao tretté qe j’ey fęt) combien q’a la verité l’ecritture ęn seroęt plus perfętte. Ao surplus pour vous otter toutes difficultés qe vous pourrez fę́re ęn mon ecritture pour aocunes lęttres restituées ęn leur propre puissanc̨e, ę pour qelqe nouuęlle fac̨e d’aocuns vocables contre le comun vzaje j’ey auizé pour satisfę́re a la prononc̨íac̨íon, de lęs męttre ic̨y par ordre selon leur affinité, ę conuenanc̨e, auęq leurs noms qadrans à leurs puissanc̨es.

a a
e ę ouuert
e e clous
i i latin
y y grec
o o
ou ou clous
u u
j je ou je consonante
d de
t te
th the aspiré
se ou es
s es
ch es molle ou c̨he mol
z zed
b be
p pe
ph pe aspiré, ou phe.
f ef
u u consonante, ou u
c ca latin
k k grec
g gamma
q qu
ch cha aspiré
[p. 26]
l el
m em
n en
r er
x, cs, cc̨ ix

Les voyęlles longes.

á ę́ é í ó ú, ao regard de l’y gręc je le lęsse tousiours brief. Voęla ęn somme, c̨e q’il faot à vn Franc̨oęs (si, l ę n molles etoę́t notées) pour ecrire non seulemęnt sa lange, mę́s aosi toutes aotres qi sont venues à notre conoęssanc̨e : pouruu q’il eyt l’ęntendęmęnt de distinger vne voęs de l’aotre : ę q’il sac̨he approprier c̨hascune lęttre à sa propre voęs, qi ęt vn traueil dont l’enfanc̨e triomphe ęzémęnt : ny n’auons ęn c̨ela bezoin d’auoęr egard à aotre lange q’à c̨ęlle qe nous voulons ecrire : tout einsi qe le peintre qi pourtręt ao vif na q’a prendre gard’ à c̨eluy q’il veut pourtrę́re : ę aos coleurs dont il le veut reprezęnter pour lęs sauoęr accomoder tęlles qe le vif lęs a naturęlles. Somme toute qe mon intenc̨íon ęt de n’auoęr aotr’ egard ęn mon ecritture, q’à la seule prononc̨íac̨íon Franc̨oęze, tęlle qe le comun vzaje la gard’ ęntre lęs plus sauans du peuple : sans m’amuzer à c̨ęte rę́veríe de deriuę́zons : ęn gardant toutefoęs lęs differęnc̨es des vocables par lęs lettres, selon qe la prononc̨íac̨íon lęs fęt par lęs voę́s. E si par fortune vous trouuez qelqe mot meintenant ecrit d’une sorte, puis aotrepart d’un’ aotre, je le fę́s tout de gré pour montrer, qe puis qe l’uzaje rec̨oęt diuęrses prononc̨íac̨íons [p. 27] d’un mot, q’on ne doęt point appouurir la lange.

L’ecriture doet chanier selon la prononcíacíon.

Pęnsez aosi q’einsi qe la lange c̨hanjera q’il faot aosi qe l’ecritture c̨hanje, ę ne la faot tenir non plus tout’ vne qe vous fęttes la prononc̨íac̨íon. Ie tiens pour cęrtein qe la nonc̨haillanc̨e dęs noutres ęn la proprieté des lettres, ę de l’ecritture ao deuoęr q’ęlle doęt enuęrs la prononc̨íac̨íon, l’inauęrtęnc̨’ aosi de c̨hanjer lęs lęttres einsi qe l’uzaje de la lange c̨hanje lęs voę́s, ont ęté caoze de c̨et’ vzurpac̨íon mutuęlle dęs lęttres :

icy.

come nous voyons ęn c̨e vocable, icy, qe les Franc̨oęs ont come je croę anc̨iennemęnt prononc̨é tout einsi q’il ęt ecrit à la mode dęs Picarz le c sonant ęn k : ę combien qe l’uzaje eyt depuis proferé s pour c, l’ecritture par vne nonc̨haillanc̨e ęt demeurée tout tęlle qe si on le prononc̨oęt ęn k : vous ęn trouuerez assés d’aotres tęls. En qoę vn ecriuein doęt auoęr tout tęl soin q’a vn peintre qi à diuęrs tęmps pourtręt qelq’ home : d’aotant qe la grandeur, la grosseur, ę le tein se c̨hanjet auęq lęs ans. Ce qe j’ęntęns princ̨ipallemęnt dęs ecrittures publiqes, ę comunes à toutes nac̨íons : car qant aos priuées com’ aotrefoęs je vous ey dit c̨hacun ęn fass’ à sa fantazíe.

ai en ei

Vous voyez q’aojourdhuy on commęnc̨’ à prononc̨er la diphthonge ai ęn ei : tellemęnt qe nous dizons eimer, pour aymer :

i’ey et j’é pour j’ay.

j’ey, pour j’ay, aosi font aocuns j’é. Ao demeurant je vous lęsse à penser, si vn pęrplex trauęil ęn la rec̨hęrc̨he d’infiniz vocables dęs aotres langes pour par vne supęrfluité, confuzíon ę dezordre dęs lęttres corrompre l’ecritture dúe à la prononc̨íac̨íon Franc̨oęze sans nul proufit, ęt plus [p. 28] tollerable, qe n’ęt rec̨euable la seule poursuyte de vint ę deus lęttres, ou euuiron ęn lęs restituant c̨hacune à sa simple ę anc̨ienne puissanc̨e, poursuyuant c̨e à qoę l’ecritture a eté inuęntée, doner moięn ao lęcteur de fę́re vn’ ę́zée lęcture de la lange Franc̨oęze. Pour l’epreuue de la qęlle pousuyte j’ey auizé de vous fę́re prezęnt de qelqe translac̨íon plęzante, ę de matiere lejiere : pour amoulir l’indinac̨íon qe d’ęntrée c̨ęt’ ecritture qelqe peu diuęrse de l’anc̨ienne vous pouroęt emouuoęr, ę q’etans amourc̨ez par ęlle vous fissiez experięnc̨e de l’ęzanc̨e qe vous trouuerez ęn ma fac̨on d’ecrire pour la nayue lęcture de la lange Franc̨oęze. Or ęntęndez qe Luc̨ian a intitulé c̨e trętté du menteur, ou de l’incredule : ę parauanture tous deus reprehęnsibles, l’un ęn asseurant c̨hozes qe peut ę́tre il ne vit onqes : ę l’incredule ęn c̨e q’il ne croęt c̨ęlles ę́tre possibles, lę’ qęlles toutefoęs lęs sont de fét, ou d’illuzion :

Les Maijciens.
Moíze

come nous ęn auons de grans temoignajes ęn la seint’ ecritture, mę́m’ ęn Exode de c̨eus qe fęzoę́t les Majic̨iens de Pharaon, voulans confondre lęs plus q’amirables fę́s de Moíze. Aosi auons nous de la Phitonisse qi susc̨ita l’esprit de Samuel à la reqę́te de Sául. Qant aos demoniacles noz euanjiles ęn sont tous pleins : ny ne sont ęn noutre país Líonoęs, par lequel ilz passet pour aller ao seint suę́re de Chamberi, non plus etranjes, ę incroyables, qe de voęr des fieures continues. Dont je vous eusse fę́t de contes grans, ę męrueilleus, dęs reponses qe j’ey vu fę́re, si je n’eusse creint [p. 29] le ręncontre d’infiniz tęlz incredules qe Luc̨ian, n’estimans aotre ę́tre, qe c̨ete víe mortelle : ę qi ne faodroę́t pas de me tenir du nombre de c̨ęs vieillars, qe Luc̨ian par son incredule tient pour męnteurs.

FIN

A vn seul Dieu honeur, ę gloęre.