bandeau

ZARLINO

Justesse a cappella à la Renaissance

Ces pages sont consacrées à la difficile question de l’intonation vocale, telle qu’elle a pu être pratiquée à la fin du Moyen Age et à la Renaissance, et telle qu’elle pourrait l’être par des ensembles vocaux spécialisés dans la musique de cette période. Elles donnent accès à Zarlino, un logiciel permettant de réaliser et de jouer des fichiers sonores fondés sur une intonation non tempérée, à un essai historique et théorique sur le sujet ainsi qu’à un petit concert syntonique, réalisé à l’aide du logiciel Zarlino. Rédigées en 1998, elles méritaient bien, après vingt ans, un petit ravalement. La mise en page a été améliorée, les exemples musicaux et sonores, ainsi que certaines figures ont été retravaillés. Le texte de l’essai n’a par contre pas été modifié.

Vous vous trouvez sur le site original. A l’intention des visiteurs américains, Il existe un site miroir en Californie, USA, qui est une copie de l’édition de 1998, avec une traduction anglaise partielle. Merci à Todd M. McComb et à sa fondation !

Le logiciel Zarlino

Cet outil, ainsi que son code source, sont distribués gratuitement par leurs auteurs. Zarlino fonctionne sur tout ordinateur personnel équipé du système d’exploitation Windows (95 au moins) et d’une carte son compatible MIDI. Il s’agit d’un séquenceur rudimentaire, qui possède les caractéristiques suivantes :

Téléchargez Zarlino !

Conçu vers la fin du xxe siècle, ce logiciel, qui n’a pas connu de mise à jour, ne tourne peut-être plus sur les versions récentes du système. Aujourd’hui, il est toutefois possible d’obtenir les mêmes résultats avec certains logiciels d’édition musicale, par exemple avec lilypond et l’extension microlily.

« Intonation juste » à la Renaissance : idéal ou utopie ?

Cet essai théorique et historique tente de faire le point sur une question fort controversée. Les modèles d’« intonation juste » présentés à ce jour conduisant trop souvent à l’impasse, il réexamine la doctrine du grand théoricien de la Renaissance Gioseffo Zarlino (1517-1590), que des générations d’acousticiens ont, depuis le xixe siècle, passablement déformée. Sur la base de ce réexamen, il postule que tout bon chanteur (ou groupe de chanteurs) est amené à se construire un repère diatonique, sorte de canevas, explicite ou implicite, sur lequel il s’appuie pour « s’accorder », c’est-à-dire ajuster son intonation. Le recours à un tel repère permet de lever les principales objections faites à l’utilisation d’une intonation non tempérée dans la musique vocale. Il en découle un modèle qui, tout en fonctionnant de manière autonome, conduit, appliqué à la musique de la Renaissance, à un résultat sonore satisfaisant.

Petit concert syntonique

On entendra ici des pièces d’une certaine longueur, réalisées selon le modèle d’intonation syntonique développé dans l’essai. Ils sont destinés en priorité à l’oreille. Qu’elle se laisse aller à les écouter sans préjugé, quitte à être ponctuellement étonnée ou choquée : aucun modèle ne saurait être absolument parfait.

Entrée au concert

Les auteurs vous remercient de votre intérêt et recevront volontiers commentaires et suggestions à l’adresse suivante : zarlino@virga.org

Yves Ouvrard Jean-Pierre Vidal Olivier Bettens

Première édition : novembre 1998.
Seconde édition : novembre 2017.
Dernière mise à jour le 14 octobre 2017.

 

Contrat Creative Commons
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.



Une publication de
http://virga.org
Voir aussi
Chantez-vous français ?
Adam de la Halle  : le Jeu de Robin et Marion
Jean-Antoine de Baïf : Vers mesurés
Corpus phonétique du xvie siècle