Ę qant ao demourant qe tu ręues d’un tiers son de deus voyęlles, j’ęn ęy ręndu la ręzon naturęlle joint lęs inconueniens qi proc̨edet de c̨et ęrreur ao prohęme de Luc̨ian, e ęn la grammęre Franc̨oęze. Ao’ qęlles tu deuoęs premieremęnt repondre, qe de bauer come tu fęs. Tu dis de męmes de ta diphthonge au, qe de ta vie tu n’oys prononc̨er a Franc̨oęs ęn notre lange ne aotre.

Ę a c̨e qe tu dis qe tu n’ę’ pas d’auis de la lęsser, aosi feroę’ tu grant tort a ta glorieuz’ opiniatreté. Puis tu rę́ues q’ao, trompe lęs yeus selon le rigoureus examen de l’oręlłe : la ou ao contrę́re lęz yeus forc̨et le lęcteur, suyuant la puissanc̨e dęs lęttres, de prononc̨er selon l’uzaje de la lange Franc̨oęze. Ę qant a ton selon le rigoreus examen de l’oręlłe : c̨’ęt donqes d’un’ oręlłle fantastique, ę sans jujemęnt, come la tiene rigoreuze de seule contradicc̨ion.

Ao regard de ton auis inconsideré qe c̨e n’ęt rien de nouueao, qe par occazion lę’ langes c̨hanjet la puissanc̨e de leurs lęttres, tu deuoęs ajouter, pouruu q’il ny ut point de confuzion, ny occazion de fę́re faose lęcture. Ę a c̨e qe tu dis q’il ny a point de difficulté ęn la lęcture, qant il y a regle : a caoze de qoę veu’ tu corrompr’ vn ordre par regles, puis qe nous auons moien manifęste san’ rien forc̨er ? Car come l’o peut satifę́re sans abuzer de [p. 62] l’u, a caoze de qoę veu’ tu dresser vne regle sur vn abus ?

Ao demourant pouure sot qęlle regle saroę’ tu fęre c̨ęrteine sur lę’ diphthonges ai, ę oi, pour assurer le lęcteur de lę’ prononc̨er qelqefoęs ęn leur propre son, com’ ęn hai, moins : aotrefoęs ęn ei, come pain, faim : ę cęlle de oi ęn , come loę Roę ? Ao regard de c̨e qe tu alleges dę’ Gręcs, je le tien premieremęnt pour sonjes, si tu ne m’alleges qelq’ anc̨ien aotheur.

Ę si subseqęmmęnt il’ ont rompu vn ordre pour fę́r’ vn dezordre, je ne lę’ veu’ pas plus escuzer de leur erreur, qe notre Franc̨e : non plus qe Qintilian lę’ Latins ęn leurs folles obsęruanc̨es de differęnc̨es par supęrfluité de lęttres. Puis Gylłaome aosi fęrme q’un jon battu dę’ vęns, marc̨hande s’il doęt obeir a la ręzon ę confesser verité, ou bien demourer ęn son opiniatr’ ęnuie (c̨e dit il) de ma gloęre.

Voę c̨y q’il dit : Qant a la conjoncc̨ion et, il n’ęn faot point męntir, qe je te qitteroęs c̨eluy la (elegant’ ę bien Franc̨oęze fac̨on de parler) si je ne creŋ̃oęs te fę́re trop glorieus : combien qe la, nou’ n’ottons pas dauantaje du t, qe nou’ fęzons ęn c̨es moz au ę non. Or premieremęnt pouur’ hom’ insęnsé ę aueuglé d’ęnui’ ę arroganc̨e, ou ęt la lang’ ao monde qi prononc̨ant vne consonante finalle ne la fasse soner [p. 63] auant vne voyęlle subseqęnte le plus ao vif q’ęlle peut ętre ? attęndu qe s’il n’y ęntreuient qelqe point, soupir, ou aotre reprinze d’alęne ęlle fęt qazi syllab’ auęq ęlle : ę qe lę’ consonantes sonet ęn leur pęrfęcc̨ion preferées ao’ voyęlles.

Ou ęt le Franc̨oęs qi a jamęs prononc̨é le t de ton et, auant voyęlle, come Ian et Antoęne, tu feras et aoras, pour Ian e Antoęne, tu feras e aoras. Or qant a n finalle Gylłaome nou’ montre q’il a fort bien ręncontré, d’une grand’ experianc̨e q’il a de l’uzaje de notre lange : car veritablemęnt ell’ a si peu de forc̨e mę́mes auant la voyęlle qe nou’ ne saorions disc̨ęrner si ęll’ ęt point aosi tót double qe simple : de sorte qe notr’ oręlłe ne saroęt disc̨ęrner non etant de non n’etant : non auoęt, de non n’auoęt : ęn etant, de ęn n’etant.

Ę com’ ao surplus c̨e bon corręcteur me blamát ęn tęrmes jeneraos de l’ęmprunt de l’y Gręc, dont toute la Franc̨e s’ęyde, il dit meintenant q’il n’ęntęndoęt parler qe pour l’ecritture de Loís : combien qe je ne sey q’il veut dire, si c̨e n’ęt qe pour auoęr occazion de qereller, il s’ęt amuzé a la figure de l’u approc̨hant parauanture de l’y Gręc qe l’imprimeur a fęt come bon luy a sęmblé, pour fę́re la faose diphthonge, ou pour l’o clos.

Puis soudein reuenant a sę’ moutons, il me fęt vne qeręlle faose : qe puis qe je suis si [p. 64] ęnnemi de l’abondanc̨e je n’ęn dusse point vzer : car tu ne trouuera’ pas qe j’aye jamęs blamé l’abondanc̨e de lęttres d’une mę́me puissanc̨e, trop bien la supęrfluité en l’ecritture. Attęndu qe l’abondanc̨e de pluzieurs caractęres d’une mę́me puissanc̨e ne corront pas l’ecritture : męs qant vne ecrittur’ ęt dressée de lęttres tant nec̨essę́res q’on voudra, pour reprezanter lę’ voęs d’une lange, ę toutefoęs san’ puissanc̨e aocun’ ao vocable ao qel ęlles sont inserées, j’appęlle c̨ela supęrfluité de lęttres inutiles ę oęziues.

Il ęt vrey qe l’abondanc̨e de diuęrs caractęres done pein’ a l’apręnti : joint qe c̨’ęt simplęsse de c̨herc̨her pluzieurs moiens la ou vn seul peut suffire. Męs puis qe com’ vn fol tu ęs si gran’ qestionęre, di moę pourqoę on doęt plutót casser l’y Gręc, qe l’i Latin ? Somme Gylłaome q’il ne faot jamęs blamer vn vzaje comun, sinon de tant q’on y deceuur’ vn dezordr’ ę confuzion. Aosi ęt il ęn ton choęs d’uzer du qel bon te sęmblera : aosi bon’ ęt l’ecritture d’ieus qe, yeus, de sillabe qe syllabe.

Ao regard de la diphthtonge, ou qe tu dis ętre vraye come tu doęs fę́r’ ęn bon opiniatre : car puis qe tu t’ęs hazardé, a qelq’ infamie ę honte qi t’ęn puiss’ auenir, de contredir’ ęn toutes c̨hozes, il ne faot rien lęsser ęn derriere. Premieremęnt, il ęt c̨ęrtein qe toute’ vrayes diphthonges [p. 65] sont compozées de deu’ voyęlles diuęrses, ę non pas d’une mę́m’ espec̨e : car deus aa, ę einsi dęs aotres ne peuuet ętre prononc̨ez ęn vne mę́me syllabe qe c̨e ne fút d’une mę́me teneur : par c̨e moien c̨e ne seroęt q’un a long. C̨’ęt c̨e dont parle Qintilian qe lęs anc̨iens soloę́t ecrire deus aa, pour vn de longe qantité.

Or si ou etoęt diphthtonge, notr’ oręlłe decouuriroęt a la prolac̨ion l’o, puis l’u com’ ęlle fęt e puis u, ęn c̨ęlle d’eu, com’ ęn eureus : de sorte qe si nou’ demandons a vne fame, ou ęnfant, qelqe peu duit ęn son a. b. c. qe c’ęt qi ręste de eureus, ęn ottant le premier e, il dira ęzémęnt ę sans difficulté ureus : ę ęn tęzant de ton diable, ou dięble di, q’il ręste able, ou ęble. Si aosi on te demandoęt le ręste de la prolac̨ion de courir ęn ottant co, ę de pouure ęn tęzanz po : je croę qe tu seroęz assez fol de dire qe nou’ auons pour ręste urir, ę uure : ę de l’auęrbe ou, u ęn tęzant o.

Finallemęnt tu diras affin de couurir ton iŋ̃oranc̨e d’une brau’ opiniatreté, qe nous oyons ur ęn pour tout einsi q’ęn peur. Ę si pourras d’aosi bone ręzon dire toutes voyęlles diphthonges, qe tu fęs l’o clos : car tu n’y trouueras non plus q’aoz aotres q’une teneur de męme son, tant ao commęnc̨emęnt, q’a la fin. Subseqęmmęnt Gylłao. grant ęnnemi dęs supęrfluités ne me peut soufrir [p. 66] tant seulemęnt vzer de l’aspirac̨ion ęn aocuns vocables, come, ęn home, hęrbe : ę ęn me dressant vne ralłerie de si bone grac̨e q’ęlle conclut le contrę́re de c̨e q’il poursuit, il dit qe j’ęn vze ao grant interęst dęs c̨hicaneurs : dę’ qels je merite bien auoęr gajes.

Or je te demande petit Sansonęt (come qi parles sans intellijęnc̨e dęs vocables dont tu vzes) si vn ręmplaje de papier ęt a leur auantaj’ ou non : si tu dis qe non, come qoę veu’ tu q’il’ me balłet gajes qe nou’ appęllons loiers ? ao regard de ton singulier gaje, dont je croę qe tu as plutót fęt la faote qe l’imprimeur, il ne sinifie pas loyer : ę croę qe tu peus aosi bien auoęr mal ęntęndu sa sinificac̨ion, qe tu a’ fęt c̨ęlle du mot interęs.

Si aosi tu dis qe c̨e ręmplaje leur soęt auantajeus (com’ il ęt vrey) tu a’ bien parlé ęn Sansonęt, de dire qe c̨e soęt a leur grant interęs, qi ęt la aotant a dire qe domaje : vu q’ao contrę́re l’ęmplętte du tęns ę dę’ matieres doęt a bone ręzon procurer gein ę proufit a l’ouurier. Ie ne lęrrey pas ao demourant a te remerc̨ier de la bon’ estime qe tu as de ma suffizanc̨e, me tenant home dine de gajes ę loyers : ayant toutefoęs grant regręt qe je n’ey tant soęt peu d’occazion de te ręndre la paręlłe. Affin de fuir c̨ete tant detestable note d’ingratitude.

Pour toutefoęs venir a c̨et’ aspirac̨ion Ronsart m’en fit la difficulté [p. 67] soudein qe ma Grammęre fut ęn lumiere. Pour ao qel satisfęre je repondi, q’ęn vuydant le c̨hapitre de l’apostrophe, je fus ęn branle d’ęn balłer vne regle jeneralle. Qe qant le, la, pęrdet leur’ voyęlles auant aotres, qe l’aspirac̨ion y etoęt faose : come, l’honeur, l’home, l’hotęsse.

Męs come je considerasse c̨ela ne conclurre pas nec̨essęremęnt, je le lęssé indec̨is : dizant tant seulemęnt qe le, la, pęrdet leur’ voyęlles auant aocuns aspirez. Ao regard dę’ qantités (dit c̨e notable docteur) je ne t’ęn blameroęs pas Meigręt, si tu nous ęn ręndoęs qelqe’ vreyes regles. Aosi ne te tiendręt pas Meigręt pour vn sot aodac̨ieus, si tu luy ręndoęs ręzon de ton bláme. Męs (ce dit il) tu ęn broulłes je ne scey comęnt san’ ręzon.

Ęn bone foę Gylłaome je croę qe tu ne sęs comęnt ne pour qoę tu lę’ dis ętre broulłées san’ ręzon. Ę qant a c̨e qe tu dis, qe je te profit’ aotant qe si je me tęzoęs : tu n’ęntęns donc pas qe tous homes qi ont jamęs ecrit, n’ont fęt etat qe d’ec̨rir’ aoz doc̨iles, ę bien nez a la doctrine qi poursuiuet non pas ao’ bętes arrogantes ę prezomptueuzes, ę qui ne veulet rien rec̨euoęr, sinon c̨e qe leur orgueil leur conselłe, qelqes moiens ę ręzons manifęstes q’on leur mette ęn auant.

Puis tu dis qe suyuant l’egard qe tu as u ęn la prononc̨iac̨ion Franc̨oęze, tu y trouues plus de [p. 68] degrez de longes ę courtes, q’ęs aotres langes. Voyez vn peu la temeręr’ ę ęfronté’ aodac̨e de c̨e jeun’ ecolier, qi se vęnte d’auoęr fęt vne c̨hoz’ impossibl’ a tout home. Ou ęt c̨eluy qi ao jourdhuy s’ozera vęnter de sauoęr les langes Hebraiqe, Gręq’ ę Latine si pęrfęctemęnt q’il puisse dire si l’anc̨iene prononc̨iac̨ion d’ęlles etoęt (je di tant seulemęnt qant a la qantité) tęll’ ęn proze, q’ęn la poęzie, la qęlle par la nec̨essité de la mezure doęt fę́re toutes longes d’une mę́me qantité, ę lę’ breues de mę́mes ęntr’ ęlles.

Qęl moięn ao demourant a’ tu tenu pour decouurir qe notr’ e femenin ne tient qe demy tęns ? q’ao pis aller donqes tu deuoęs plutót appęller semibref, q’impęrfęt. Car a c̨e qe je puis ęntęndre, tu suis l’auis de Prisc̨ian qi dit, q’une breu’ a vn tęns, ę vne longe, deus. Męs come tout tęns doęu’ etre mezuré par qelqe mouuemęnt : come font lę’ muzic̨iens vzans de pozes, semipozes, soupirs, Prisc̨ian (pas qe je sac̨he) n’ęn fęt point de menc̨ion. C̨’etoęt par la Gylł. qe tu deuoęs toęzer tę’ degrés de longeur ę voęr si l’e bref ętoęt de moętie moindre de tęns qe l’a de dame.

Or si c̨e qe tu dis auoęt lieu da da prononc̨é bref tiendroęt aotant de tęns, qe de de de de par ton e impęrfęt, qi seroęt vne c̨hoze ridicule, ę euidęmmęnt faose. Car je treuue (saof toutefoęs melłeur jujemęnt) qe la [p. 69] poze de la semibręue muzicalle ne contient qe troęs bręues de notre modeste prononc̨iac̨ion Franc̨oęze : come fac̨ilemęnt c̨hacun duit a tenir lę’ pozes muzicalles le pourra experimęnter : ny ne trouuera’ pas qe dame, tiene plu’ de tęns qe pere.

Ao regard de c̨e qe tu dis qe lęs acc̨ęns trompet aocunefoęs a la qantité : ou bien c̨eus qi ne sauet distinger l’un de l’aotre. Ę qant a c̨e qe tu dis qe tu croęs qe je ny ęn mę’ point : c̨e n’ęt pas la premiere ręuerie qi t’a abuzé : com’ ao qel lęs sonjes toublet le c̨ęrueao : vu qe tu n’allęges point d’occazion de propos qe tu ęn ayes trouué ęn męs euures.

Venons ao demourant, ę a c̨e qe tu dis qe l’uzaje de c, ęn s, ę du g, ęn j, consonante te sęmble bon : aosi sont bien lęs c̨hardons aoz Ànes. Or ey je ja vuidé ao contrę́re lę’ ręzons ao trętté de l’ecritture Franc̨oęze, ę ao proheme du Menteur, ę ęn la Grammęre Franc̨oęze, ę lęs inconuenięns qi ęn sourdet.

Parqoę ęn passant outre, il faot repondr’ a c̨e qe c̨e qerelleus objętte : qe le c̨hanjemęnt de no’ lęttres ne nou’ doęt ętre plus etranje q’ao’ Gręcs, qi ęn font coustume de y, ęn n, auant vn aotre γ. ou ξ ou χ : ę du t, ęn d apręs n, &c. Ie te demande Gylłaome, si l’usset vzé dę’ lęttres, pourpres, vsset il’ point mieus fęt ? san’ fę́re dę’ ręgles pour conforter vn abus ę mettr’ ęn pein’ vn lęcteur de lęs appręndre [p. 70] contre le comun vzaje dę’ lęttres ?

Ao regard de c̨e qe come n’ayant point de bon tiltre, tu dis qe tu ęs ęn possession ao temoŋ̃aje de toute’ lę’ nac̨ions du monde : aosi ęt bien la puterie, pilłerie, larrec̨in, hypocrizie : ę finallemęnt tou’ vic̨es d’un tęns immemorial par tout le monde.

Ao demourant Gylłaome j’ęntęns qe les Allemans lę’ prononc̨et ęn leur lange, come je lę’ di deuoęr ętre prononc̨ez ę ecriz : qi ęt vne nac̨ion qi se peut eqiparer ęn nombre d’homes ao ręste de l’Europe : E qant a c̨e qe tu dis qe je n’ey pas ęncor gaŋ̃é c̨e point auęq toę qe lę’ Latins lęs ayet prononc̨é auant toute’ voyęlles, come auant l’a : aosi n’ont pas Qintilian ne Prisc̨ian. Ęn qel país ęsc̨e Gylłaome qe lęs opiniatres sont doc̨iles ?

Or apręs qe c̨e Riotteus voęt sę’ baueries ę titres lejiers ę foębles, il recourt a la prescripsion, refuje comun ao’ trompeurs, aosi bien q’aoz homes de bone foę. A qoę j’ey ja repondu ao trętté de l’ecritture Franc̨oęze. Somme q’un possesseur de maouęze foę ne doęt jamęs prescrire, ę beaocoup moins vn abus, dezordr’ ę confuzion.

Venons meintenant a la subtil’ intęllijęnc̨e du tęste de Qintilian, qe Gylłaome ęntęnt si bien touc̨hant le k.

Nam k quidem in nullis verbis vtendum puto nisi quæ significat, etiam vt sola ponatur : hoc eò non omisi, quòd quidam eam quoties a sequatur

[p. 71]

necessariam credunt : cum sit c littera quæ ad omnes vocales vim suam perferat.

Or c̨e venerable translateur aosi peu ęntęndu ęn la lange Franc̨oęze q’il ęt ęn la Latine, l’a einsi intęrpreté. Car je ne pęnse point q’il falł’ ęn aocun’ moz vzer du k, sinon c̨euz q’il sinifie.

Voyons vn peu le sęns de c̨e comęnc̨emęnt qi sinifie tout aotant qe si nou’ dizions, lę’ Romeins ne doęuet pas vzér du k, sinon c̨eus (suple Romeins) q’il denote : vu qe c̨eus, ne peut referer qe le surpozé defalłe : car qant a mos, la proprieté de la lange Franc̨oęze ne le peut la soufrir ętre referé par c̨eus, san’ la prepozic̨ion ęn : come nou’ le pouuons experimęnter ęn sęmblables locuc̨ions : come si nou’ dizions, je ne sui’ pas d’auis q’un Romein se fí’ ęn aocun Afriqein : sinon c̨eluy qi y sera forc̨é : c̨e c̨eluy referera Romein, ę non pas Afriqein. Męs si nous y ajoutons ęn, il ręferera Afriqein, ę non pas Romein.

Ie c̨harjeroye l’imprimeur de l’oublianc̨e d’ęn, si c̨e n’etoęt qe Gylłaome ęt assez inconsideré pour l’auoęr fęt : ę qe parauantur’ il a voulu inuęnter qelqe nouueao accoursissemęnt, d’aosi bon sęns ę’ claozes, q’il a fęt ę’ vocables. Subseqęmmęnt Gylłaome a rec̨hęrché c̨ęlle qe j’ęn ey fęt qi ęt : je ne sui pas d’auis d’uzer du k, sinon pour c̨eus q’il sinifie : de sorte q’ęlle soęt ecritte seulle.

Sur qoę c̨e docteur [p. 72] bullé bien apprins, s’ecrí’ ęn etourdi, qe je deuoęs vzer d’ęn, ao liu de pour : puis soudein ęn home qi a qelq’ intęrualle de sęns, il le reconoęt tollerable, le sęntant nec̨essę́re pour bien exprimer la fantazie de Qintilian : qi ęntęnt qe le k ne soęt ecrit, sinon seul, come pour kalendæ. Par c̨e moien nou’ diron’ mieus voyant vn seul k, q’il ęt pour kalendæ, q’ęn kalendæ.

Puis c̨e sot ęncor bien niés ę’ grac̨es ę proprietés dę’ langes, fęt vn gran’ vacarme sur le c̨hanjemęnt qe j’ey fęt dęs jęnres ęn notre lange, come la mę́mes l’a fęt Qintilian, qi parauanture ne se conoęssoęt pas aosi bien ęn jęnres qe fęt c̨e jeune badin. Or ont de coutume lę’ Latins de dire aosi tót littera k, ou b, c, &c. qe d’uzer du seul nom : c̨e qe de mę́mes nou’ fęzons : come la lęttre b, c, pour le b, le c, tout einsi qe la ville de Paris, de Lion : pour Paris, Lion : a c̨ete caoze Qintilian n’a point fęt de difficulté de saoter du jęnre neutre ao femenin : car lę’ noms dę’ lęttres sont neutres, come le note Prisc̨ian ao v. li.

Ę si c̨ela n’etoęt loęzible, comęnt saoueroęt on Qintilian, dizant

ut sola ponatur,

ę le demourant ęn femenin jęnre : Vu q’il dit simplemęnt k, qi ęt de jęnre neutre ? Ou sera c̨eluy qi ęn sęmblable ne rec̨oęue bien c̨ete fac̨on de parler transmuant le jęnre ? Le Rón’ ęt męruelłeuzement [p. 73] vit’ ę roędde : ny ne s’y faot pas fort fier : car ęll’ ęt danjereuze, qoę q’ęlle soęt bien marc̨hande : d’aotant qe par vn comun vzaje nou’ dizons aosi tót la riuiere du Róne, qe le Róne. La ou si c̨’etoęt vn tęrme sans ajoncc̨ion feminine (qe lę’ Latins appęllet appositio) le vic̨’ y seroęt manifeste : vu qe nou’ ne saorions a qi recourir pour le saouer : come, si je di, c̨et home s’ęn va a Lion, je croę q’ęll’ y sera bien tót.

Ie di bien dauantaje q’il auient bien souuęnt ęn notre lange le sęmblable, qant aocuns de no’ vocables sinifiet c̨hoses de diuęrs jęnre : come, c̨heual, sou’ le qel ęt comprinze la haqenée aosi bien qe le roussin, courtaot, ę traqenart. Tęllemęnt qe le Franc̨oęs de bon jujemęnt rec̨eura ęzémęnt c̨ete maniere de parler. Voęla vn beao cors de c̨heual ę bien ręnforc̨é : voyez com’ ęlle va bien lęs ambles : come qi ęntęndra soudein c̨e relatif s’accomoder a haqenée.

Ę ęn sęmblable du femenin, come si ęn montrant vn roussin je di : voęla vne bęlle bę́te, voyez com’ il ęt bien releué. Il ęt vrey qe je seroę bien d’auis q’on pęrdonát a ton ęnfanc̨e c̨ete fac̨on de reprehęnsion tant nięze, si la malic̨e ę l’ęnuie ne l’aggrauoęt sous ombre d’une rigeur de Grimaoderie. Qi te gardera qe par mę́me ręzon tu ne blames infinies ę elegantes manieres de parler en toutes [p. 74] langes. Q’ęsc̨’ a dire selon la rigeur de la sinificac̨ion dę’ parolles, fę́re tęt’ a l’ęnnemi, leuer l’anc̨re, fęre voę́lle, fę́r’ epaole, ę infiniz aotres fac̨ons de tręs, tant grac̨ieus ę aggreables a l’oręlłe ? Ie me tęs d’infinies pęrmutac̨ions de nombres dont vze notre lange : come ęntre aotres je puis dire, Lęssons pour c̨et heure la grande bę́tize de c̨e sot, ę venons a c̨ęlles q’il a fęt innumerables aotre part.

Or c̨e jeune Grimaot allant tousjours de mal ęn pis, blame de męm’ iŋ̃oranc̨e c̨et’ aotre claoze subseqęnte de ma translac̨ion, qant j’é dit : c̨e q’a c̨ete caoze je n’ey omis, d’aotant qe pluzieurs &c. come vic̨ieuze par vne repetic̨ion de caozalles : vu qe, a c̨ete c̨aoze, ę d’aotant sont de mę́me sinificac̨ion, il a toutefoęs oublié la tierse : car, qe, ęt aosi bien caozalle qe lęs aotres, qant ęll’ intęrpręte la conjoncc̨ion quod sinifiant quia : come, gaudeo quòd veneris, vel quia veneris, se pourra bien translater einsi, je sui bien ę́ze qe tu ę’ venu.

Or me dis meintenant jęntil clęrc essoré, par qel moien tu saoueras la superfluité de repetic̨ion ęn c̨ę’ deu’ claozes, qe tu as come vn C̨ic̨eron Franc̨oęs mis ęn auant pour corręctes ę suffizantes, dizant ęn c̨ę’ tęrmes : ce q’a c̨ete caoze je n’ey omis, qe pluzieurs &c. ou, c̨e qe je n’ey omis, d’aotant qe &c. vu q’ęn la premiere surabonde (suyuant ton esqize c̨ęnsure) [p. 75] a c̨ete caoze : ę ęn la seconde, d’aotant.

Tęllemęnt q’il falłoęt selon la retoriqe gylłemine dire tant seulemęnt, c̨e qe je n’ey omis, qe plu &c. ę qe finallemęnt d’aotant qe, n’ęt pas bon Franc̨oęs : ę q’ao surplus Qintilian ne deuoęt point vzer de eo, d’aotant q’il suffizoęt dire idque non omisi quòd pour idque eo non omisi quòd. Voyez donqes la grand’ aodac̨e de c̨ete nourriture d’Anesse blamant vne dę’ plus grandes vehemęnc̨es qi soęt ęn vn langaje : qi ęt la repetic̨ion non seulemęnt dę’ vocables, męs aosi dę’ claozes : ę dont c̨e sot ęnniuré de colęr’ ę confuzion a vzé par c̨y auant, dizant, si ferey Meigręt, si ferey.

Vou’ vęrrez qe c̨e glorieus nouic̨e ne nous soufrira pas dire, je l’ey fęt moę qe vou’ conoęssez : nou’ le ferons, nous qe vou’ priez : parqoę je vou’ le dis, affin qe vous y doniez ordre. La ou surabondet moę, nous, parqoę. Poursuyuons meintenant le ręste de l’intęrpretac̨ion qe c̨e petit mugęt ę fleureteur de lange Latine trouue si etranje, qant j’ey dit, vu qe c̨e soęt le c, qi porte &c. pour cum sit c, littera quae &c. La ou c̨e męrc̨erot de langes dit qe nul de c̨eus qi sont familiers ęn la lange Romeine n’iŋ̃ore le vęrbe substantif ętre vzurpé pour le vęrbe habere : je te le confesse, lors mę́memęnt, q’il gouuęrne (come dit Prisc̨ian) le jenetif ou datif ęn sinificac̨ion possęssiue. De [p. 76] sorte q’il intęrpręte. Est mihi nata, possideo natam. Selon la qęlle sinificac̨ion tu veus dire qe je deuoę traduire cum sit, cum habeatur qui sinifie possideatur. Męs come le possedant soęt indetęrminé, c̨e sit la se peut intęrpreter ęn sa naturęlle sinificac̨ion : joint, qe come je montrerey la fantazie de Qintil. ęn ęt plus exactemęnt intęrpretée.

Ao demourant c̨e pouur’ appręnti iŋ̃orant lęs amples sinificac̨ions du vęrbe habere, ę toutefoęs comunes ę manifęstes ao’ petiz ęnfans traualłans ęncor ę’ premiers princ̨ipes de Grammęre, a allegé vn vęrs de Teręnc̨e pour prouuer son intęrpretac̨ion, qi dit, Est diis gratia par habetur, q’il faodra intęrpreter possidetur, sinon q’il veulłe saoter du coq a l’Ane. Par c̨e moien nous intęrpreterons, Est diis gratia, par dii possident gratiam : tout einsi qe Est mihi nata, possideo natam. Or ęt il petit sorisseao de la lange Latine, qe, habere gratiam ne sinifie pas, possidere gratiam, come qi sinifie debere, ou memorem & bene affectum esse ob beneficium acceptum.

Si tu vsses u le sęns de pęnser qe diis ęt la gouuęrné par caoz’ aqizitiue, ę non pas possessiue, tu ne nous vsse’ pas doné si manifest’ argumęnt de ta pueril’ iŋ̃oranc̨e, ę pouure jujemęnt, a faote de bon’ esperianc̨’ ę exęrc̨ic̨’ ęn la proprieté, ę comun vzaje de la lange Latine. Or come par fortune c̨e petit ecarmouc̨heur [p. 77] s’apperc̨ut qe nonostant sa całonnie, le sęns demouroęt tousjours ęntier : ę qe son blame sęntoęt sa rec̨hęrc̨he de c̨inq piez ęn vn mouton, il s’ęt traualłé ę tormęnté de c̨herc̨her vn aotre moien, du qel mę́me je le ręndrey manifestemęnt confus.

Tu dis donqes qe c̨ete miene fac̨on de parler ęmport’ excluzion dęs aotres consonantes : par c̨e (di’ tu) qe si ęn parłant dęs animaos nou’ dizons, c̨’ęt l’home qi a ręzon, nou’ donerons a ęntęndre qe lęs aotres l’ont pas. I’ęn suis tręcontant, ęn ajoutant toutefoęs la restrincc̨ion de la premisse : ę non pas a parler einsi jenerallemęnt ę sotemęnt qe tu fęs.

Or ęt il qe la premisse conc̨ęrne le banissemęnt du k : l’excluzion donqes qe fęt le c, a toutes consonantes auant toute’ voyęlles s’ęntęnt pour ne sęruir du k : come qi seul ęt suffizant a la lange Latin’ auant toute’ voyęlles : attęndu qe Qintil. a ja dit qe le Q. etoęt supęrflus, sinon pour note de qelqe’ noms, come Q. pour Quintus.

Einsi donc monsieur le corręcteur, ma translac̨ion espoze beaocoup mieus la fantazie de Qintil. pour auoęr le seul c, pour le k, qe ne feroęt c̨et aotre votre, vu q’on a le c. Ao demourant voęla vne notable difficulté, ę díne, dont vn Gylłaome fít si gran’ qeręlle d’vne si sott’ inconsiderac̨ion, q’il ęt venu a dręsser vne conseqęnc̨e (com’ il a de coustume) [p. 78] d’une singulier’ ou particulier’ a vn’ vniuęrselle.

Car son argumęnt ęt tout tęl qe qi diroęt. je ne suis pas d’auis qe tu voęzes a Rome pour moę : car c̨e sera jaqes qi ira : qe nul home donqes aotre qe jaqes n’ira a Rome pour qelq’ aotre affęre, ou home qe c̨e soęt : tout einsi qe tu conclus qe puis qe Qintil. dit, qe nou’ n’auons qe fęre du k, vu, qe c̨e soęt le c, qi porte &c. qe null’ aotre consonante ne portera donc sa puissance auant lę’ voyęlles qoę q’ęlle soęt aotre qe du k.

Einsi donc Gylłaome, c̨ete jeneralité se doęt restreindre, ęn tant qe touc̨he la puissanc̨e du k. Subseqęmmęnt c̨e glorieus intęrpręt’ ęncor bien neuf ao deuoęr d’un translateur dit, qe je n’ey pas assez suffizammęnt esprimé la vehemęnc̨e de perfert, l’intęrpretant seulemęnt porte, come qi reqeroęt l’auęrbe, ęntieremęnt. I’usse toutefoęs plutót dit pęrfęttemęnt : combien qe l’un ne l’aotre ny sęruet de rien : car le son dę’ consonantes ęt tousjours ęntier ę pęrfęt auant lę’ voyęlles. Męs si ton intęrpretac̨ion ęt nec̨essęre, c̨ęlle doncqes qe tu a’ fęt de C̨ic̨eron ęt faose, qi ne veut pas q’on prononc̨e ęntieremęnt lę’ lęttres : par conseqęnc̨e donqes le c, ne porteroęt pas ęn la lange Latine, ęntieremęnt sa puissance.

Ao demourant ę’ tu ęncor a sauoęr q’ęn toute’ langes lę’ compozez sont souuęnt [p. 79] priz pour leurs simples : ę q’un translateur doęt tousjours garder la grac̨’ ę proprieté de son langaje ? Or si te falloęt traduire c̨e tręt perfer has litteras Romam, diroę’ tu point, port’ ęntieremęnt c̨ę’ lęttres a Rome ? Pęnse meintenant Gylłaome qe deuiendront c̨ę’ grans abboęs a faos qe tu a’ fęt ęn jeune c̨hien qui ne conoęt pas ęncor son jibier ? par lę’ qels tu montre bien qe tu as plus de baue furi’ ę raje q’un mátin sur son fumier : combien qe la morsur’ attac̨he ęn ęt aosi danjereuz’ ę a creindre, q’ęt c̨ęlle d’un veao.

Poursuiuant plus outre tu veus regarder (sans aocun’ apparanc̨e ne indic̨e) si tu auoęs droęt de prezumer sur le passaje de Qintil. qe le c, sonoęt ęn s, auant e, i. Ę dis, qe puis q’il dit qe qelqes vns vzurpoę́t le k, pour le c, il faot dire q’il y auoęt qelq’ occazion, sinon q’il y ut qęlqes Meigretistes : tu cuidoęs dire Gylłaomistes : car lę’ Meigrętistes sont aosi ęnnemis mortęls dęs supęrfluités, qe tu l’ęs de la ręzon : c̨e qe la suyte de ton propos montr’ euidęmmęnt, dizant einsi : qi amęnęt nouuęlles doctrines san’ ręzon ne fondemęnt.

Ęn fut il onqes vne plus nouuęlle, ny etranje qe la tiene, qant tu a’ voulu assujęttir la prononc̨iac̨ion a l’ecritture, la qęlle toutefoęs tu as ores qitté ao’ Meigrętistes ? Seroę’ tu bien si depouruu de sęns, ę si volaje qe d’adherer a vn’ opinion san’ [p. 80] ręzon ne fondemęnt ? Ao ręste Gylłaome, come saouera’ tu ton auis du c, ęn s, q’il ne soęt nouueao, vu qe nul dęs anc̨iens n’ęn a fęt męnc̨ion ? Le long vzaje (dit il) tant bien rec̨u de tous m’auoęt fęt pęnser, qe lę’ Latins allors n’ęn vzoęt point aotremęnt qe nous. Ha pouure Gylłaome l’abus d’aojourdhuy t’a donqes dec̨u, tout einsi qe le sęrpęnt, Ęue.

Tu n’auoęs donc pas bien ruminé l’auis de Qintil. ę Prisc̨ian dizans le k, ę le q, supęrflus, vu qe le c, suffisoęt a la lange Latine. Or n’ut pas eté sa suffizanc̨’ ęntiere, ny c̨ęs aotres inutiles, s’il n’ut fęt rezoner sa puissanc̨e tęll’ auant toute’ voyelles, q’il fęt auant l’a. Il ut eté outreplus aotant ręzonable de casser l’s, Latine qe le k, e, q, si le c, sonoęt ęn s, auant e, i : ę beaocoup mieus le c, attęndu le comun vzaje de l’s, obsęruée par lę’ Latins auant toute’ voyęlles. Ou ęt il memoęr’ ęntre lęs anc̨iens monsieur le sonjart qe le c, vt double puissanc̨e : come tu prezumes, ę qe tu dis n’ętre pas san’ coleur ? voęre d’une ręuerí’ inconsiderée, ę sans occazion ny nec̨essité : ę dont lę’ Latins seroę́t dínes de note d’un’ inc̨ęrtitud’ ę confuzion dę’ puissanc̨es dę’ lęttres.

Pour toute rezoluc̨ion c̨e bon Gylłao. dit, qe Meigręt ęn heine de luy, ou pour amour de son opinion, a estimé sęs sonjes faoz.