Dę’ poins d’amirac̨íon, ę interrogac̨íon : ę de l’apostrophe.

C̨hap. I.

Or auon’ nous outre c̨ę’ troęs acc̨ęns deus aotres qi sont d’amirac̨íon, ę d’interrogac̨íon. lę’qels sont ęntre eus differens ęn c̨e qe l’amirac̨íon eleue la prononc̨íac̨íon ęnuiron le comęnc̨emęnt de la [p. 140r] claoze, la ou l’interrogac̨íon le fęt comunemęnt sur la fin : come O l’home de bien ! Qęl hom’ ęt’ vous ?

Or sont leur’ notes ęn l’ecritture fęttes par lęs Latins qelqe peu diuęrses : car c̨ęlle de l’amirac̨íon ęt fętte de deu’ poins, dę’qels le dessus tyre droęt a mont de c̨ete sorte ! ę c̨eluy de l’intęrrogac̨íon se courbe contre mont einsi ?

Ao regard du point de l’Apostrophe, ou detour, qi denote vne voyęll’ ou consonante, ou syllabe finall’ ętre consomée, ou bien deuoęr ętre tue : come, vn’ enuíe, lę’qelz a’ vous ? pour vne, lęs, ę auez : ęlle n’ęt pas propremęnt acc̨ęnt, mę́s ęlle le fęt bien c̨hanjer, come je vou’ l’ey dit. Laqęlle a l’imitac̨íon dę’ Gręcz nous auons noté d’un point a cúe jetté ao dessus ęntre le mot apostrophé, ę son subseqęnt.

Come donqes c̨et’ Apostroph’ eyt puyssanc̨e de c̨hanjer l’acc̨ęnt, je m’emęruelłe de c̨eus qi ne l’obsęruet q’a c̨ęrteins monosyllabęs. Il ęt c̨ęrtein qe qant nous ecriuons vne amour, il y a aosi grand danjier de prononc̨er l’e d’une, qe c̨eluy de le home : d’aotant qe la prononc̨íac̨íon y ęt premieremęnt corrompúe : car nou’ tę́zons tousjours la c̨et e, ę dizons vn’ amour.

Secondemęnt l’acc̨ęnt y ęt vic̨ieus d’aotant qe si l’e y etoęt prononc̨é, la premiere d’une seroęt acc̨ęntué’ ę eleuée tout einsi q’ęn, vne rę́zon : ę toutefoęs selon la prononc̨íac̨íon, la premiere syllab’ ęt remize, ę la seconde s’eleu’ auęq la premiere d’amour : tęllemęnt [p. 140v] qe, vn’ amour, a la premier’ ę derniere remizes, etant la penultim’ eleuée.

Or a l’Apostrophe grande puissanc̨’ ę freqęnte sur l’e clós brief ę final : ę mememęnt lors qe le substantif sera conjoint a son ajectif partic̨ip’ ou vęrbe comęnc̨ant par voyęlle, si ęlle n’et aspirée : combien qe qant ao’ noms aspirez, c̨ela n’ęt pas vniuęrsęl : c̨ar lęs vns font apostrophe, ę lęs aotres non : come, vne Haranjiere, vn’ Hotęsse.

Sur qoę il ne s’y peut fére ręgle, ę lę’ faot appręndre d’uzaje : mę́s si c̨ęt vn vęrb’ aspiré, je n’ey point appęrc̨u q’il fasse jamę́s apostroph’ ęn son prec̨edęnt : come, ęlle haissoęt, ęlle hęt, ęlle hęrra, la híe hiera : ęlle houc̨hera, ęlle hurtera. Le vęrb’ ęn sęmblable fęra apostroph’ ęn c̨e q’il gouuęrnera, aosi fera le gouuęrné ęn luy s’il le prec̨ede : la prepozic̨íon aosi fęt de mę́me : come je frap’ Anthoene : il m’eyme : il don’ a Pięrre, je vis d’amour : aosi fęt l’auęrbe soęt prec̨edant, ou subseqęnt : come marc̨h’ auant, cours vit’ a Rome.

Qant ao’ conjoncc̨íons, c̨ęlles qui sont terminez ęn e brief, seufret l’apostrophe : come je mourroę plutót q’auoer arjęnt de toę. Mę́s ęn suyt’ il y peut auoęr diuęrsité : d’aotant qe si nous y ęntrejettons vn soupir, qe nou’ denotons par vn point a cúe, ou vne poze, qe nou’ marcons a deu’ poins rons, ou point final, l’Apostrophe n’a point de lieu. Il faot estimer de mę́mes du point intęrrogatif, ę amiratif, ę de la parantęze. Or faot il ęntęndre qe qant a [p. 141r] la copulatiue ę, ę a la disjonctiue ou ęlles sont ao plęzir du prononc̨ant qant il’ ne conjoŋ̃et point claoz’ a claoze : de sorte q’il ęt ęn nous de lę’ prononc̨ęr sans soupir prec̨edant, ę lors l’apostroph’ y ęt nec̨essę́re : come Pięrr’ ę Ian : ou Pięrr’ ou Ian : ou bien auęq soupir : come, Pięrre, ę Ian : Pięrre, ou Ian : combien qe le premier ęt plus vzité tant ęntre lęs aotres partíes, q’ęntre lę’ noms : come, Ian’ ou Iaqelin’ ęyme’ ou ęn fęt le sęmblant.

Qoę qe c̨e soęt la bon’ orelł’ y don’ ordre. Ę si ęlle’ couplet le’ claozes, le soupir y ęt tousjours nec̨essę́re, aotremęnt la prononc̨íac̨íon se trouuera de maouęze grac̨e : come si nou’ dizions, j’ęyme Dieu de tout mon ceur, ayant ęn luy seul toute ma confianc̨’ ę n’ey ęnuíe de la męttr’ ęn aotre qe luy : ao lieu de punctuer confiance. Le sęmblable de l’ou : com’ il faot s’attęndr’ apres cete vi’ a vne beatitud’ etęrnęlle, ou bien damnac̨íon pęrpetuęlle.

Ao regard dęs articles le, la : ę dęs pronoms ma, ta, sa, je vous ęn ey ja parlé : qant a il ę ęlle, il’ ne font point d’apostrophe ę’ vęrbes prec̨edęns par forme d’intęrrogatoęre : come, ęyme il ? ęyme ęlle ? nou’ dizons aosi plutót j’usse u, qe j’uss’u, ę ęntre ęlles, plutót qu’ęntr’ęlles.

Il s’ęn pourra trouuer d’aotres qe l’uzaje fęt contre la ręgle. Il faot aosi ęntęndre qe s, ę t, seufret souuęnt l’apostreph’ ęn notre lang’ auant lę’ consonantes, ę mę́memęnt s, ę’ monosyllabes : come, vou’ vou’ tuez, pour vous vous tuez : ny n’ęt rien [p. 141v] tant fac̨heux a l’oręlłe qe la prononc̨íac̨íon d’ęlles : combien qe qelqefoęs il ęt ao bon plęzir du prononc̨ant d’ęn tę́r’ aocunes d’ęlles, ou de lę’ prononc̨er ęn aocuns monosyllabes : come l’experięnc̨e le montre, ę ęn sęmblable dę’ polysyllabes : come lęssudittes rę́zons, ę lęssuditte’ rę́zons : mę́s il faot tousjours se ranjer a la prononc̨íac̨íon.