De la Prepozic̨íon.

C̨hap. I.

La prepozic̨íon ęt vne partíe de langaj’ indeclinable q’on prepoz’ aoz aotres partíes par ajoncc̨íon, ou compozic̨íon. Par ajoncc̨íon : come le liure de Pięrre : ę par compozic̨íon : come, demęntir, compozé de de, ę męntir.

Or ęt ęll’ ęn ce differęnte de la conjocc̨íon, d’aotant q’ęlle ne conjoint point deus substanc̨es auęq vn acc̨idęnt : c̨e qe fęt la conjoncc̨íon : come Pięrr’ & Gylłaome [p. 118r] font c̨ela : ou bien deus acc̨idęns auęq vne substanc̨e : come mon c̨heual trotte, ę hannit. Aosi ne fęt ęlle deus auęrbes come fęt la conjoncc̨íon : come, l’home de bien vit honętemęnt ę grac̨ieuzemęnt. Ne parelłemęnt deu’ noms ou pronoms a vn vęrbe, einsi qe fęt c̨et aotre : come, Pięrr’ ę Iaqes dormet, vous ę nous feron’ bone c̨hiere.

Or ęt la nature de la prepozic̨íon tęlle, q’ęlle ne peut ętr’ inferé’ ęn vne claoze, sans ętre compozée : come, suruenir : ou q’ęlle n’eyt qelqe gouuęrnemęnt, aotremęnt ęlle pręnt nature d’auęrbe, come, marc̨h’ auant, plus outre.

Finablemęnt la prepozic̨íon gouuęrne tousjours par maniere de caoze : soęt nom, soęt pronom, infinitif, partic̨ip’ ou auęrbe. Mę́s qant ęlle gouuęrne, ę q’ęll’ ęt gouuęrnée par nom, ęlle denote comunemęnt caoze possessiue, ou jeneratiue, ou materięlle, ou effęctiue : come, la mę́zon du Roę, l’home de pouuoęr, le fils de Gylłaome, la coupe d’or, le coup de la mort.

On a toutefoęs de coutume de compręndre toutęs c̨ęs caozes sous le nom de la possessiu’ ou jeneratiue, qant ęll’ ęt einsi gouuęrnée par le nom, ę q’ęll’ ęn gouuęrn’ vn aotre : a c̨ete caoze lę’ Latins vzans d’une maniere de varieté de noms ęn vne c̨ęrteine terminęzon declinant du nominatif ao lieu de propozic̨íons, ont appęllé c̨ęlle jenitif, ou possessif, qi a eté propre pour ę́tre gouuęrnée d’un nom : comprenans sous c̨e nom la, toutes [p. 118v] aotres caozes qi peuuet ętre denotées par c̨ete maniere de gouuęrnemęnt de nom, a nom.

Ę pourtant il’ dizet hominis, hominum, pour de l’home, dęs homes. Il ęt vręy qe nou’ tę́zons qelqefoęs la prepozic̨íon ęn c̨ęrteines fac̨ons de parler : come, la rúe seint Anthoęne, l’eglise seint Paol, la parroęsse seint André, pour la rúe de seint Anthoęne &c. Mę́s c̨ela n’ęt pas jeneral : car nou’ ne dizon’ point, l’epée Pięrre, pour de Pięrre. Ao demourant lę’ noms ne peuuet gouuęrner nom, ne pronom, ne partic̨ipe, qe par lę’ troęs prepozic̨íons de, du, dęs.

Ę combien q’on díe le bonęt a Iaqes, nous y suręntęndons qi appęrtient : bien la rúe aoz oz aosi, ę aotres sęmblables, sont par abbreuiac̨íon de langaje : car lę’ prepozic̨íons a, ao, aoz, sont plutót aqizitiues, qe possęssiues : parqoę ęlles reqieret ętre gouuęrnéez par vęrbes, ou partic̨ipes : par lę’qels aosi peuuet toutes prepozic̨íons ętre gouuęrnées. Il faot ęntęndre q’ęntre ęlles lęs vnes sont simples come de, du, dęs, a, ao, aoz, par, sus, sur, ę lęs aotres compozées : come ęnuęrs, par deuęrs.

Or sont ęlles ęn notre lang’ ęn assez bon nombre, ny ne me fę’ pas fort de lęs auoęr ic̨y toutes comprins : qi sont (com’ il me sęmble) de, du, a, ao, dęs, aos, par, pour, dela, dec̨a, auant, pręs, apręs, dauant, arriere, dęrriere, c̨hés, ęnuiron, contre, lés, joute, dedans, outre, pręs, loin, hors, ęntre, ęn, ęs, selon, vęrs, deuęrs, ęnuęrs, juqes a, [p. 119r] sans, auęq, sur, sus, sous, dessous, puys, depuys.

Il y ęn a de compozées ęntr’ ęlles : come parauant, aoparauant, ęn derriere, dęntre, ęncontre, aopres, ao dedans, ęn arriere. Sur qoę il faot noter qe s’il ne suyt qelqe gouuęrnemęnt, qe la second’ ęt tenúe pour auęrbe : combien q’a bien rec̨hęrc̨her la verité si le gouuęrnemęnt n’y ęt expręs, nou’ l’y ęntęndons comunemęnt : ou bien le vęrbe subseqęnt se peut rezoudr’ a qelque gouuęrnemęnt : come, ao parauant qe tu vinsses, nou’ etyons melancholiqes : pour ao parauant ta venúe.

Ę si nou’ dizons demeure dęrriere, nous suręntęndons a rę́zon de nous, ou de qelq’ aotre : ę ęn sęmblable va hors, ęntre dedans, a rę́zon de qelqe lieu ou mę́zon. Parqoę nou’ ne lę’ pouuon’ pas dire propremęnt auęrbes. Si toutefoęs on trouue bon lęs appęller einsi, je n’y fę́ point d’instanc̨e.

Or qant ao’ prepozic̨íons compozées auęq lę’ vęrbes ę aotres partíes, je m’ęn deporte : attęndu qe la plu’ part d’ęlles sont pures Latines inconúes, ę inuzitées a l’uzaje Franc̨oęs : come, abstenir, retenir, eclorre, induirre : car abs, re, ex, in, luy sont inuzitées : combien qe re, ęt aotant conu a la lange Franc̨oęze q’a la Latine : vu qe la Latine n’ęn vze q’ęn compozic̨íon, c̨e qe de mę́mes nou’ fęzons assez souuęnt : come rejouir, reforjer, ę ęn infiniz aotres, qe nou’ n’auon’ point tiré dęs aotres langes : car on na point trouué ęn la lange [p. 119v] Latine, dont par rę́zon c̨e’ vęrbes dusset ę́tre tirez.

Si donq qelcun veut ęntęndre c̨ete manięre de compozic̨íons Latines, q’il se retir’ ao’ grammariens Latins. Ęn poursuyuant donqes c̨ęlles qi sont Franc̨oęzes, il faot ęntęndre q’aocune’ d’ęlles sont propres ao’ noms, ou pronoms, ou partic̨ípes masculins, lęs aotres ao’ femenins, ę lęs aocunes comunes : lęs vnes aosi ne gouuęrnet qe le nombre singulier, lęs aocunes le plurier, lęs aotres sont comunes. Voęla pourqoę la plugrande partíe dę’ notres ont estimé aocunes d’ęlles n’ętre q’articles, qi sont de, du a, ao, dęs, aos.

Ęn comęnc̨ant donq a c̨ęlles qi sęruet ao’ masculins, lę’ prepozic̨ions du, ę ao, y sęruet tosjuours ao singulier, ę a l’infinitif prenant nature de nom : come la forc̨e du c̨heual, c̨’ęt ao saj’ a bien conselłer, on le conoęt ao marcher, pour a la marc̨he. Ao regard de de, il ęt comun, ę se peut joindre tant ao’ masculins, qe femenins, ę ao plurier, q’ao singulier : come, la mę́zon de Pięrre, de Iaqeline, il y a aotant d’homes qe de fames.

A, aosi ęt comun tant ęn jęnre, qęn nombre : car nou’ dizon’ bien c̨’ęt a fę́r’ a home, a fame, a homes, a fames : mę́s aoz, n’ęt jamęs qe plurier, combien q’il soęt comun ęn sęxe : come, je me recomandé tant aoz homes, q’aoz honę́tes fames de pardela.

Ręste dęs, ę ęs, de c̨ęlles qi denotet sęx’ ou nombre, lę’ qęlles ne se joŋ̃et jamęs q’ao’ pluriers : combien q’indifferęmmęnt qant [p. 120r] ao sęxe : come, dę’ fames, des homes, ę’ fames, ęs homes.

Ao regard de toute’ lęs aotręs prepozic̨íons, ęlles sont comunes a tous sęxes, ę nombres. Ę combien qe c̨ęs aotres soę́t de la nature tęlle qe nou’ auons dit : il ne nous ęt pas toutefoęs loęzible d’ęn vzer libremęnt, ę sans considerac̨íon d’aocunes condic̨íons, qe l’uzaje nou’ forc̨e de garder.

Parqoę combien qe de, ę du, puysset (come nous auon’ dit) gouuęrner lę’ masculins : il y a toutefoęs tęlle differęnc̨’ ęntre eus, qe le plus souuęnt l’un ne peut fęre le deuoęr de l’aotre. Car du, ne peut se joindre q’ao’ noms comęnc̨ans par consonante, come du conseil, du mouton : si c̨e n’ęt a aocuns aspirez, come du haren, du houzeao : combien qe nou’ ne dizon’ pas du home, du honeur.

Surqoę aosi il faot ęntęndre qe tou’ noms comęnc̨ans par voyęll’ aspirée ou non aspirée, qi consomet l’e de l’article le, ne seufret jamęs le gouuęrnement de du : de sorte qe nou’ ne dizon’ point, du l’home, du l’honeur : car le, n’ęt jamęs gouuęrné par du.

Combien aosi qe de, puysse gouuęrner tou’ vocables masculins comęnc̨ans par consonant’ ę n’etans articulez, ę tou’ ceus qui sont par voyęlles auęq l’article le, c̨ela toutefoęs ne se peut fę́re, si l’article le, n’ęt apostrophé. Parqoę nou’ ne pouuon’ dire de le haręn : combien qe de haręn, de hallecręt soęt bon. Ao demourant du, ne gouuęrne point lę’ noms propres, ne aosi les appellatifs, [p. 120v] qant il’ sęruet de nom propre, si c̨e ne sont c̨eus qi peuuet soufrir ęn leur nominatif l’article le : come, Treport : car nou’ dizon’ bien le Treport, du Treport.

Il ęt vrey qe qelqefoęs il gouuęrne lę’ noms propres par caoze discretiue, ę demostratiue : ę lors il vaot aotant qe de c̨e : come, je parle du Pięrre qe vou’ conoęssez. Qelqefoęs aosi il sęrt de mę́m’ auant lę’ noms appellatifs, reqerant demonstrac̨íon subseqęnte : come vn fol a bezoin du conseil : c̨e du reqiert vne particuliere demonstrac̨íon d’un conseil de c̨ęrtein pęrsonaje : la ou si nou’ dizons il a bezoin de conseil, c̨e de denot’ vne jeneralité : parqoę le sęns y demeure pęrfęt, ę ęn l’aotre suspęndu.

Du, aosi vaot qelqefoęs aotant qe d’un, ou de qelqe : come la coutume du furieus ęt de frapper, l’ęnseŋ̃e du líon. De, aosi peut ętre joint ao’ pluriers ao lieu de dęs, sous le gouuęrnemęnt dę’ noms, come dę’ vęrbes, auęrbes, ę partic̨ipes : come, c̨ete fac̨on d’homes, prou de ric̨hęsses, il ęt consomé de maoz. Ę qant nou’ le propozons ao’ noms auęq qelqe ajęctif numeral il ęt partitif : come, j’ey manjé de troę’ viandes, le sęns demeurera impęrfęt si je ne declare c̨ete demonstrac̨ion’ : come dę’ troęs viandes qe tu as apporté.

Du, ę de, sont aosi qelqefoęs partitiz apręs lę’ vęrbes : come, je [p. 121r] manje du mouton, de la volalłe : la ou si nou’ voulons compręndre le tout, nou’ dirons j’ey manjé vn mouton, ou le mouton, une volalłe. Qelqefoęs aosi ils sont collęctifs : come j’ey mis du broc̨het, de la carpe dedans c̨et etang.

C̨ete fac̨on toutefoęs de parler n’ęt pas dę’ plus c̨ęrteines : nou’ ne dizon’ point de vrey, jey mis ęn mę́s etables du mouton, du beuf, de la vac̨he, pour j’ey mis moutons, beufs, ę vac̨hes : combien q’on dit qelqefoęs, on pourra nourrir ęn c̨ęte tęrre du mouton, du beuf : mę́s c̨’ęt vn langaje rustiqe. Ęn sęmblable donq nou’ diryon’ mieus, broc̨hés, ę carpes : ou bien par maniere de nom collęctif broc̨het, ę carpe : je ne veuil pas toutefoęs forc̨er l’uzaje.

Dęs aosi outre c̨e q’il sinifí’ aotant qe de c̨ęs, sęrt aotant qe aocuns : come j’ey des homes a mon comandemęnt, pour j’ey aocuns, ou qelqes. Ao surplus de, du, dęs, sont (come je vous ey dit) lę’ vręyes prepozic̨íons dęs soupozez ao’ vęrbes passifs, qi peuuet par rezoluc̨íon actiu’ ę́tre suspozez du vęrbe actif : come je suys ęymé de Dieu, du monde, ę dęs homes, par c̨e q’ęn la rezoluc̨íon Dieu, monde, ę homes, qi sont lęs soupozez ęn c̨ęte locuc̨íon, seront suspozez ęn l’actiue : come, Dieu, le monde, ę les homes m’ęymet : c̨e qe de męm’ aosi fęt la prepozic̨íon par : come je suys frapé par Pięrre : ęlle n’ęt pas toutefoęs si nayue.

Or qant ao’ prepozic̨íons, a, ao, aos, ęlles denotet comunemęnt aqizic̨ion : [p. 121v] come, je don’ a Pięrre, ao mac̨on, ę ao’ poures. Ę combien q’a se puisse joindre (come nou’ l’auons dit) a tous sęxes, ę nombres, il ne le peut toutefoęs, si le plurier ęt accompaŋ̃é de l’article lęs : non plus qe, ao, ao singulier accompaŋ̃é de l’article le : ne aos, ao’ pluriers articulez de lęs.

Nou’ ne dizon’ point a lęs homes, ne ao l’home, ne ao’ lęs homes. Ao demourant a ne gouuęrne point ao singulier lę’ noms appellatifs comęnc̨ans par voyęlle sans l’article le, pour le moins il n’auient gyeres : come, c̨et a fę́r’ a home qi ne vit jamę́s rien. Il ęt aosi rar’ ęn notre lange auant lę’ noms appellatifs comęnc̨ans par consonante, qi soę́t masculins, ę singuliers, auęq le : nou’ ne dizon’ point a le c̨heual, a le conseil, pour a c̨heual, a conseil.

Mę́s qant ao’ femenins le plus souuęnt il reqiert l’article la : combien q’il peut aosi qelqefoęs le tę́re (come nous auons dit dę’ masculins comęnc̨ans par voyęlle) come, c’ęt a fę́r’ a fame, qi l’a mal reconu. C̨ę’ fac̨ons toutefoęs de parler sęmblet ętre par abbreuiac̨íon, pour j’ey doné a vn home, ou a tel home : ę pour c̨’ęt a fę́r’ a vn home. Mę́s come qe c̨e soęt a sęrt la, ou ao ne peut seruir, d’aotant q’il ne gouuęrne jamęs lę’ noms comęnc̨ans par voyęlle qi consomet e de le, article : combien q’aosi il ne gouuęrne jamęs nom articulé. Nou’ dizon’ bien, ao haren, ao hallecret, ę non pas ao home, ao ouurier.

Il ne peut aosi [p. 122r] gouuęrner lę’ noms propres, sinon pour la mę́me rezon, qe nous auons dit de du : ao’ qels la prepozic̨íon ę fort familiere, soęt q’ils comęnc̨et par voyęlle ou non, come, a Anthoęne a Iáqes. Ao ręste de, du, dęs, a, ao, aoz, sont aosi prepozic̨íons localles : mę́s de, du, dęs ne sinifíet qe lieu du depart : la ou a, ao, aos, sont sinificatifs de lieu de retrętte, de sorte qe qant nou’ dizons, je viens de Rom’ a Paris : Rom’ ęt le lieu du departemęnt, ę Paris celuy de la retrętte, ou si vou’ voulez comenc̨emęnt de mouuemęnt, ę Paris la fin. Mę́s par ęt sinificatif de passaje : come, je voęs a Lión par Moulins.

Ę si nous vzions d’un vęrbe qi sinifiát passaje de soę, come passer, nou’ pourrions vzer d’a, ao, aos, come ęn allant a Rome, je pass’ a Líon, puys ao mont C̨enis, ę par apręs aoz alpes de Boloŋ̃e. A aosi sinifié qelqefoęs com’ auęq, par caoze conjoinctiue : come je voęs a pié, a c̨heual.

Ę faot ęntęndre qe tout le ręste dęs prepozic̨íons sont pręqe toutes localles, ę par conseqęnc̨e tęmporęlles : come, j’irey a vous enuiron Páqes, vers la seint Remy, pręs la seint Mic̨hel. Il faot aosi ęntęndre qe toutes lę’ prepozic̨íons qi denotęnt le lieu aoqel : come je voęs a Rome, peuuęt aosi ę́tre conjoinctes ao vęrbe substantif, denotant fin de mouuemęnt : come je suys a Rome, ęnuiron vous, ę a tous aotres qi sont de repos, ę de seule rezidenc̨e : come je vis bien a Paris : c̨e qe de mę́me ne peuuet lę’ prepozic̨íons [p. 122v] denotans le lieu de depart : ę par conseqęnc̨e le comęnc̨emęnt de mouuemęnt.

Nou’ ne diron’ pas, je suys de Líon, pour a Líon : car combien qe nou’ le dizions : c̨ęt ęn aotre sinificac̨íon, ę ou l’on supplíe natif, tęllemęnt qe la, de gouuęrne Líon par maniere de possęssíon : car aotant sone je suys de Líon, come, je suys , ou natif de Líon. Ę combien qe nous ayons dit qe le ręste dę’ prepozic̨íons soę́t prę’qe toutes localles, il y ęn a toutefoęs aocunes qi ne lęs sont pas : ę aotres qi ont outre, qelq’ aotre sinificac̨íon car combien qe par, soęt localle, ęlle denote qelqefoęs caoze mouuęnte : come, il a fęt c̨ela par depit de moę.

Ao regard de pour, il ne denote jamę́s lieu, sinifiant le plus comunemęnt la caoze finalle : come, je fęs c̨ela pour vous. Contre, a aosi outre la sinificac̨íon localle, caoz’ auęrsatiue : come il ęt contre vous ęn c̨e procęs. Selon aossi n’ęt pas localle, denotant caoze conseqęnte : come, il vit selon l’euanjile. Sans ęt tant seulemęnt priuatiue : come je ferey c̨ela san’ vous.

Ęntre, ęt dauantaje qe localle, aosi collęctiue, come nou’ le ferons ęntre nous. Ao demourant toutęs lę’ prepozic̨íons exc̨eptées c̨ęlles du gouuęrnemęnt dę’qęlles nous auons parlé, qi sont de, du, des, a, ao, aoz, gouuęrnet tous sęxes, ę nombres : come, par Pięrre : par homes, vęrs Rome, vęrs lęs montaŋ̃es : ę auęq leurs articles, ou sans article selon qe lęs noms, ou aotres partíes lę’ reqęrront.

Il ęt vrey q’ęntre, [p. 123r] ne gouuęrne point vn singulier seul, s’il n’ęt collęctif : ę pourtant lors ę copulatiue luy ęt fort familier’ ę compaŋ̃e. Nou’ dizon’ bien, il y a grande mutinerí’ ęntre le peuple, ę non pas ęntre l’home, si nou’ ne luy ajoutons vn aotre nom, ou pronom par la copulatiue ę : come, ęntre l’hom’ ę la fame.

Ao regard de la prepozic̨íon ęn ęll’ a diuęrses sinific̨ac̨íons : car outre c̨e q’ęll’ ęt localle denotant le lieu de retręttę, ę rezidęnc̨e, tout einsi qe, a, ao, aos : come, je m’ęn voęs ęn C̨hampaŋ̃e, je suis ou vis ęn C̨hampaŋ̃e, sonant allors tout aotant qe dedans : ęlle denote toutefoęs etant joint’ ao partic̨ipe, occazion, ou caoz’ effęctiue : come, ęn allant a Paris, j’ęy trouué vne boujętte : ę ęn ętudíant on appręnt.

Qant donqes ęn ęt localle, ęlle ne gouuęrne point lę’ noms propres dę’ villes, soęt masculines ou femenines : car a, y ęt plus vzité, ou bien dans, ou dedans : come, il ęt allé a Rome plutót q’ęn Rome : il ęt a, ou dedans Rome plutót q’ęn Rome : mę́s si c̨e sont noms de prouinc̨es, ę contrées, ę męmemęnt de sęxe femenin : com’ ils sont prę́qe tous, ęn, y pęut ę́tre rec̨u auęq articl’ ou sans article : tout einsi qe dedans : c̨e qe ne pourroęt fę́re la prepozic̨íon a : car nou’ ne diron’ pas je suys a C̨hampaŋ̃e, Franc̨e, Italíe, ou Hespaŋ̃e, come, ęn C̨hampaŋ̃e, Franc̨e, Italie ou ęn Hespaŋ̃e.

Nou’ pourrons donq dire je suys ęn la C̨hampaŋ̃e, ęn la France, ęn Italíe, ęn Hespaŋ̃e : ę si c̨ęt par [p. 123v] vęrbe local nous otterons plus elegammęnt lęs articles : come je m’en voęs ęn Franc̨e, ęn C̨hampaŋ̃e, ęn Italíe, ęn Hespaŋ̃e. Ao regard dęs aotres noms appęllatifs locaos : come c̨hartre, prizon, caue, mę́zon, c̨hambre, c̨hamp, camp, court, meteríe, grenier, il ne peuuet gouuęrner lę’ masculins auęq leur article : c̨e q’ao contręre fęt la prepozic̨ion dedans (pour laqęlle il ęt vzurpé) tant ao’ femenins, qe masculins.

Nou’ dizon’ bien, c̨’ęt blé, ęn grenier : il ęt ęntré ęn camp : la ou nou’ ne dizon’ pas dedans grenier, ne dedans camp, pour dedans le grenier, dedans le camp.

Ę combien qe come lę’ prepozic̨íons a, ę dedans, il puisse gouuęrner lę’ femenins auęq article : come, ęn la mę́zon, ęn la prizon, ęn la caue, tout einsi q’a ę dedans la prizon, il peut aosi lę’ gouuęrner sans article : come, il ęt ęn prizon, on le men’ ęn prizon. Sur qoę il ne faot pas oublíer l’uzaje, d’aotant qe c̨ete fac̨on de parler sonera bien ęn vn batimęnt de langaje, ę mal ęn l’aotre.

Nou’ dizons bien on le męn’ ęn prizon, sans article : nou’ ne diron’ pas toutefoęs on desc̨ęnt c̨e vin ęn caue, pour ęnt la caue. Il faot aosi ęntęndre qe la locuc̨íon sans articl’ ęt plus jeneralle, qe c̨elle qi ęt par larticle : a c̨ete caoze l’article ęxpres sęmbl’ ę́tre demonstratif : parqoę come le nom soęt jeneral, le sęns demeur’ aocunemęnt suspęndu : de sorte qe qant on dit il ęt ęn prizon, ou ęn caue, nou’ comprenons q’il ęt ęn qelqe [p. 124r] prizon, ou caue qe c̨e soęt.

Mę́s si nou’ dizons, il ęt ęn la caue, c̨ela nous sęmble vouloęr demontrer ę męttr’ ęn dezir de sauoęr, qęlle prizon, ou caue. Ao demourant qant nou’ dizons il ęt en court, nous ęntęndons (c̨e dit on) c̨elle du Roę : la ou si nou’ dizons ęn la court, il s’ęntęnt de toutes aotres cours ęn jeneral.

Ęn sinifie dauantaje qelqefoęs similitude : come c̨’ęt fęt ęn home, c̨’ęt viur’ ęn bę́te : qi vaot aotant qe, com’ vn home, com’ vne bę́te : ę lors il ne reqiert point d’article. Il ęt qelqefoęs auęrbe ou pronom relatif tout einsi qe y : come, il ęt bien malade, il ęn mourra : il m’a fę́t tort, il s’en repęntira.

Ęn, ęt aosi vzurpé, ę pospozé’ a me, te, se, nous, vous, sans note de prepozic̨íon ne d’auęrbe relatif, ę c̨e seulemęnt auęq lę’ vęrbes de mouuemęnt local, etans conjoins a leur mę́mes pęrsones seulemęnt de sorte qe nou’ dizons, je m’ęn voęs, reuiens, retourne, tu t’ęn vas, il s’ęn va, ę einsi de tout’ aotre tierse pęrsone : come, Pięrre s’ęn va, nou’ nous ęn allons, vou’ vous ęn allez, ils s’ęn vont. Pour lę’qels nou’ ne pourrons dire je me voęs, tu te vas, si nou’ ne luy ajoutyons qelq’ infinitif gouuęrnant c̨e me, ou te : come tu te vas pęrdre : ę einsi dęs aotres.

Or com’ ęn c̨ę’ fac̨ons de parler le mouuemęnt soęt rec̨iproq’ a l’ajant, tout einsi qe qant je dy, je m’ęyme, ę qi soęt la caoze mouuant’ ę vníe, il sęmble qe le Franc̨oęs l’eyt voulu exprimer par c̨ęs, me, te, se auęq la prepozic̨íon [p. 124v] ęn pospozée, tout einsi qe font lę’ Latins ęn tecum, mecum, &c : qazi come s’il vouloęt dire je voęs ęn moę, c̨ęt a dire je suys la caoze mouuant’ ę múe pour aller a Rome : voęla c̨e qe j’ęn puys diuiner.

Ao regard d’ęs, il sęrt d’ęn auant tous pluriers : come, je m’ęn voęs ę’ dezęrs, pour ęn, ou ao’ dezęrs : ę’ limites de Franc̨e, pour ao’ limites : ny ne seufre l’article lęs, non plus q’aoz. Sur qoę il faot ęxc̨epter lę’ pronoms primitifs pluriers, lę’qels ęs, ne peut gouuęrner, reqerans ęn, qant il y a caoze possessiu’ ou localle : come, il ęt ęn vous, nous, ęn eus, ęn noz, vo’, męzons, ęn męs, tęs, sę’ praríes.

Il peut aosi gouuęrner lę’ demonstratifs : come, ęn c̨eus, c̨ęs : ę le relatif qi : combien qe qant la relac̨íon y ęt nec̨essę́re, nous vzons plutót du relatif qęl auęc la prepozic̨íon ęs : come, lęs homes, ę’ qels vou’ vou’ fiez : lę’ fames ę’ qęlles vou’ vous amuzez : pour les homes ęn qi, ę lęs fames ęn qi.

Mę́s qant qel, ęt intęrrogatif, ęn, y ęt nec̨essę́re : come, ęn qels paíz, ę ęn qęlles rejíons a’ vous eté ? Vrey ęt, qe ęs s’y peut aosi męttre par maniere de partic̨íon ou segregac̨íon : come, vous auez eté ęn beaocoup de lieus : ę’ qels a’ vous eté plus traualłé ? vous auez beaocoup de mę́zons : ę’ qęlles a’ vou’ plus de gein ? Ao ręste qant ao’ noms, ęs gouuęrne tousjours le plurier ęn caoze possęssiue, ou aqizitiue, tout einsi q’ęn le singulier : come, il ęt ęs homes. tout einsi q’il ęt ęn l’home : c̨ęt a dire lęs homes [p. 125r] peuuet, ę l’home peut.

Voęla donq qant ao’ prepozic̨íons c̨e qe j’ęn puys dire sommęremęnt.