Dę’ Noms

Chap. I

Combien qe toutes parolles, ę vocables, tant Vęrbes, Auęrbes qe Prepozic̨íons, ę aotres partíes du langaje puisset ętr’ appellés Noms : nou’ considerons toutefoęs ic̨y le Nom, de tant q’il ęt vne partíe du langaje, ou oręzon, sinifiant la propr’ ou comune qalité de toutes c̨hozes.

Or ec̨het il ao Nom qatr’ acc̨idęns seulemęnt ęn la lange Franc̨oęze : qi sont Espec̨e, jęnre, Nombr’ ę Figure : ao regard dę’ Cazes, la lange Franc̨oęze ne lę’ conoęt point : par c̨e qe lę’ noms Franc̨oęs ne c̨hanjet point leur fin. Parqoę a l’imitac̨ion dęs Hebrieus il’ leur ajoutet dę’ Prepozic̨ions, selon qe la proprieté du Vęrbe, qi lę’ gouuerne le reqiert, [p. 21r] a caoze de sa sinificac̨íon pour ręndre le sęns pęrfęt. Qant aoz espec̨es, il ęn ęt deus : l’une primitiue, come Rome, Paris, Líon : ę l’aotre deriuatiue, come, Romein. Parizien. Lionoęs. Ao regard dęs aotres espec̨es dę’ noms propres, qe lę’ Latins appellent Pronomen, Nomen, Cognomen, ę Agnomen, lę’ Franc̨oęs comunemęnt ne gardet, qe le nom, ę le cognomęn qe nous appellons le surnom : par c̨e qe c̨’ęt le nom comun a toute la rac̨e.

Qelqefoęs aosi nous vzurpons qazi come pour vne grande gloęre lę’ noms dęs seŋ̃euríes, metęríes, molins, buyssons, montaŋ̃es, vallées, prez, hayes, c̨haossées, moulins : Finablemęnt il sęmble qe le Franc̨oęs fęt si peu de conte de porter le surnom de sa rac̨e, q’ęn le delęssant, il s’uzurpe le nom de sę’ possessíons, ę seŋ̃euríes : ę ęn defaot d’ęlles, il s’ęn forje sur dę’ buyssons, hayes, loups, ę renars : come Louetiere, Renardiere, Bruyere. Il ęt vrey qe qelqefoęs ęlles sont noms de seŋ̃euries ao plęzir de c̨eus, qi lęs ont voulu einsi appeller.

Finablemęnt si qelcun porte surnom ęn Franc̨e qi ne soęt accompaŋ̃é d’un de, la noblęsse le tięnt pour vn villein Qant a l’Agnomęn qe nous appellons soubriqęt qi vient par acc̨idęnt, le Franc̨oęs ęn vze qelqefoęs : come Philippe le hardy, gran’ Ian le balafré. Ę faot ęntęndre q’il ęt de c̨ete fac̨on de sobriqę́s, dont nous vzons sans le propre nom, ę sans article : come, Hurt’aopot, Fier a bras, Brizemic̨he, [p. 21v] Tourne beuf, Courte paye.

Ao regard de beaocoup de surnoms tant de rac̨es, qe de seŋ̃euríes, ę mę́mes dę’ noms infiniz qe nous auons, ę dę’ qels nous iŋ̃orons la significac̨íon, c̨ela prouient, ou par l’iŋ̃oranc̨e dęs aotres langes, dont ils sont tyrez : ou bien pour aotant qe par vne bien grande trętte de tęms le langaje c̨ęt c̨hanjé : ę sont demourez lę’ noms propres aos c̨hozes sans aocune significac̨íon comune.

Car il n’ęt pas vrey sęmblable q’il soęt nac̨ion ao monde, vzant de langaje, qi ne s’essaye de forjer lę’ noms sur qelq’ occazíon, ę par conseqęnc̨e, ayant qelqe sinificac̨íon. Ę combięn qe nous ęn ayons beaocoup de tyrez dęs aotres langes, ę dont nous jŋ̃orons le plussouuęnt la significac̨íon, si nous ne recourons a ęlles : si ęsc̨e donqes qe c̨ę’ vocables ont qelqe sinificac̨íon comune : come IESUS leqel ęn Hebrieu sinifie Saoueur : mę́s ęn notre lange nou’ n’ęn vzons qe pour le nom propre de notre Messías. Tęllemęnt qe si qelcun m’auoęt saoué la víe, je n’ozeroę dire, q’il a eté mon IESUS.

Ę combien qe lę’ noms propres ayet qelqe sinificac̨íon comun’ ę conúe, il auient toutefoęs bien souuęnt, qe lęs homes balłet noms propres, tant aos homes, qe bę́tes, ę aotres c̨hozes : par lę’ qels nou’ ne disc̨ęrnons pas tousiours c̨eluy d’un’ espęc̨e, qui ęt einsi appęllé. Car combien qe je voye vn’ assęmblée d’homes, ęntre lę’ qels l’un ęyt le nom de Boęuin, laotre [p. 22r] de Boęleao, je ne disc̨ernerey pas c̨eus qi portet tęls noms : par c̨e q’il auient bien souuęnt qe lę’ propres ne se donet pas selon qelqe notable qalité de la pęrsone : mę́s ao plęzir de c̨eluy qi a aothorité de luy bailłer le nom.

Ę pourtant nou’ nous ęnqerons du nom de c̨hacune pęrsone qi luy ęt propre, ayans plus egart a la voęs, q’a sa comune sinificac̨íon, d’un’ opiníon qe le nom ęt bailłé tęl pour tant seulemęnt denoter la pęrsone, tout einsi qe le mot du gęt qelqe sinificac̨íon q’il ęyt n’ęt balłé qe pour marqe, a c̨eus qi sont ao gęt, sans auoęr egart a c̨e q’il sinifie.

Ę combien qe l’appellatif soęt qazi ęn vne mę́me ręzon, ę qe lę’ Franc̨oę́s aiet beaocoup de noms appellatifs, qe j’appęlle comuns, jeneraos, ou spec̨iaos dont il’ ne sauet pas l’ethimolojíe, si ęsc̨e toutefoęs, q’il, leur sinifiet tout vn jęnr’ ou espec̨e de substanc̨e, qalité, ou qantité : tęllemęnt q’un nom appellatif ęt naturęllemęnt comun a pluzieurs.

Exemple du jeneral, come animal sous leqel sont comprizes toutes lęs espec̨es dęs animaoz : ę qant ao spec̨ial : come, home, qi compręnt toute l’espec̨e dęs homes. Exęmple de la qalité ę qantité : come sont tous Ajęctifs, lę’qels (come dit Prisc̨ian) sont einsi appellez, d’aotant q’ils sont ajoins aos Appellatifs, qi sinifiet substanc̨e, ę ao’ propres, pour denoter leur qalité, ou qantité qi se peut aogmęnter, ou diminuer sans la corrupsion de la substanc̨e : come, l’animal [p. 22v] ręzonable, l’home saje, grant, foęble, blanc, petit Ian, grant Ian, Ian blanc.

Ę combien q’un mę́me nom propre soęt balłé a pluzieurs, je n’ęn naorey pas toutefoęs la conoęssanc̨e, par vn ęntęndemęnt d’une comune substanc̨e, qalité, ou qantité : tęllemęnt qe deu’ persones ne seront pas appellées du nom de Pięrre, par vne conc̨epc̨íon, qe c̨e mot denote qelqe comunion de substanc̨e, ou qalité ęntre eus : ou qe qelcun conoęssant l’un par son nom, puyss’ aosi reconoętre l’aotre sous vn mę́me nom, C̨e qe de męmes n’auięnt pas dę’ comuns, ę appellatifs : car sous l’appęllac̨íon d’home, je compręns tous homes qi ont eté, sont, ę seront : par c̨e qe je compręns toute l’espec̨é sous c̨e nom.

Or y a il pluzieurs espęc̨es d’appellatifs, dę’qęlles aocunes ont conuenanc̨’ auęq lę’ propres, tant d’espec̨ę primitiue, qe deriuatiué. De vrey il ęn ęt aocuns qi sont corporels : come, home, cheual, mę́mes aosi propres come Pięrre. Aotres sont incorporęls, come, vęrtu, rezon : le semblable ę’ propres : come, Gabriël, Raphaël.

Il ęn ęt aosi dęs Homonymes tant appellatifs qe propres : c̨’ęt a dire de mę́me nom : come, C̨harles qi sinifie C̨harles le qint, ę le sizieme : Franc̨oęs qi sinifie c̨eluy qi ęt natif de Franc̨e, ę c̨eluy qi porte le nom de Franc̨oęs : come le feu Roę premier du nom. Il s’ęn treuue aosi qi sont propres, ę appellatifs : come, C̨harles le grant.

Il ęn ęt aosi de Synonymes aotant propres, [p. 23r] q’Appellatifs : come, dage, poŋ̃ard, qi sinifiet vne mę́me c̨hoze, aosi se trouue il dęs homes, combien qe peu souuęnt ęn Franc̨e, qi ont deu’ noms propres : come, Ian Giłaome, Pierre Louís.

Toutes lęs aotres espęc̨es pręqes se treuuet ę’ noms appellatifs : come l’ajectif, leqel on conjoint ao’ noms propres, ę appellatifs, ę a sinificac̨íon de blame ou louanj’ ou de moyen : ou de qelq’ acc̨idęnt : come, bon, juste, pour le lós : ę pour le blame, maouęs, jniuste : pour le moyęn grant exc̨ellęnt : Car nou’ dizons vn grant home de bien, ę vn gran’ larron : la ou grant, sęrt a l’un de vitupere : ę a laotre, de louanje.

Qant a l’acc̨idęnt qi ęt le propre d’une c̨hacune c̨hoze, nou’ disons le corbeao noęr, la nęje blanc̨he. Or sont pris lęs Ajęctifs de la qalité, ou qantité de l’am’ ou du cors, ou dęs c̨hozes qi auienet exterieuremęnt. Exęmple de c̨eus de l’ame : come, prudęnt, saje, maŋ̃anime, hardy : du cors, come, robuste, grant, fort, long, court, blanc, noęr : dęs acc̨idęns exterieurs : come, ric̨he, pouure.

Il ęn ęt qi sont rec̨iproqes, d’aotant q’ęn dizant pere, mę́tre, nous ęntęndons q’il y a filz, ę seruiteur : tellemęnt qe perissant l’un, l’aotre perit. Il ęn ęt qi sont consecutifs, lęqels perissant l’un, l’aotre ne perit pas : qoę q’ils soę́t adherans l’un a l’aotre : come la nuyt, ę le jour : la dętr’ ę la senętre. Il ęt aosi dę’ noms appęllatifs nac̨íonaos : come Franc̨oęs [p. 23v] Italięn, Allemant, Parizięn, Lionoęs. Aotres Collęctifs qi ao nombre singulier sinifiet multitude : come Peuple, couuęnt, conc̨ile, assemblée.

C̨eluy ęt dit contrefęt qi ęt inuenté sur la proprieté dęs sons : come cocu, torteręlle, beuf. Le jeneral ęt c̨eluy qi peut ętre diuizé ęn pluzieurs espęc̨es : come, Animal, arbre. Ę lespec̨íal ęt c̨eluy qi extręt du jeneral contient sous soę pluzieurs indiuiduz : come home, porier, prunier.

C̨eluy ęt dit ordinal, qi sinifie ordre : come premier, second, tiers. Le numeral ęt c̨eluy qi montre le nombre : come, vn deux, troęs. C̨eluy ęt dit absolu qi sans aotr’ ajoncc̨íon peut ętre soęmę́mes ęntęndu come, Dieu, Anje, ręzon. Celuy ęt dit tęmporęl qi montre le tęms : come moęs, jour, an. Le local ęt c̨eluy qi sinifie le lieu : come prochein, loingtein.

Voęla donqes lęs espec̨es comunes, tant dę’ primitifs qe dę’ deriuatifs. Au regard dę’ Patronomiqes, dont Prisc̨ian parle subseqęmmęnt, , Franc̨oęs n’en vzent point : ny n’ęn formet ęn c̨ęte sinificac̨ion. Il ęt vrey qe nou’ formons bien dę’ noms propres, lęs ajectifs de secte : come, de Mahumet, Mahumetiste, d’Aristote, Aristoteliqe : ę qelqefoęs dę’ noms appellatifs : come de Conetable, Amiral Conetabliste, Amiraliste : c̨ęt a dire qi tient leur party. Ao reste, il’ ne peuuent sinifier lęs ęnfans de leur primitif, qoę q’ilz soęt noms propres. Car nou’ n’appelleron’ pas le fils de Mahumet, Mahumetiste, ne d’Arrius, [p. 24r] Arrien.

Or qant ao’ deriuatifs, qi propremęnt sinifíet possęssíon, lę’ Franc̨oęs n’ęn n’ont gieres : par c̨e qe nou’ lę’ vuydons pręqe tous auęq de, du, dęs, ę le nom du possedant : come, c̨’ęt l’epée de Pięrre, du Conetable, lę’ piqes dęs auanturiers, la mę́zon du Chanc̨elier, de la Ręyne, dęs c̨heualiers : pour lę’qels nou’ n’auons pas souuęnt dęs deriuez possessifs. Il ęt vrey qe nou dizons bien la mę́zon royalle. Lę’ noms aosi nac̨ionaoz peuuet ę́tre possessifs : come, le país Lionoęs, qi appertięnt ao’ Líonoęs, le país C̨hampenoęs, qi appertient aos C̨hampenoę́s.

Ao demourant nous auons beaocoup de fac̨ons de deriuatifs qi sinifiet diuersemęnt : lę’ vns, vn nom aqis : come, qant nou’ dizons Louís le C̨heueleus, Pierre l’Angloęs. Il ęn ęt d’aotres qi prenet le nom a caoze de la matiere : come, faye la vineuze, a caoze dę’ vins : lęs aotres prouienet a caoze dęs affecc̨íons, ę qalités : come pestilęnc̨ieus, fieureus, joyeus. Lęs aotres a caoze dęs ars, ę sięnc̨es : come Mathematic̨ien, Grammarien, Rhetoric̨íen : ę aotres a caoze dęs c̨hiefs de disc̨iplines ę sectes : come, Aristoteliqe, Platoniqe : lęs aotres a caoze dęs aothorités, offic̨es, deuoęrs, ou ars : come, conselłer, rec̨eueur, notę́re, męrc̨enę́re, couturier, bolanjier, pourpointier, armurier : finablemęnt la plusgran’ part dę’ deriuatifs, ęn ier, sinifiet comunemęnt qelq’ exęrc̨ic̨e du cors.

Il faot aosi ęntęndre, qe tous c̨eus qi sinifiet exerc̨ic̨e, [p. 24v] deuoer, art, ou sienc̨e ne sont pas tousiours deriuatifs : come philozophe, leqel est primitif, combien q’il soęt compozé, ę duqel ęt deriuée Philozophíe : d’aotant q’auant qe d’auoęr la philozophíe, il faot philozopher, c̨ęt a dire contęmpler, ę discourir, pour venir a qelqe jujemęnt ręzonable, dont prouuient la Philosophíe.

Il faot aosi ęntęndre, qe nou’ tournons ęn qe, ou c̨ien, tous lę’ deriuatifs, qe nou’ tirons de la lange Latine tęrminez ęn cus, ou de la Grecq’ ęn cos : come de Mathematicus, ou Mathematicos, Mathematiqe, ou Mathematic̨ięn : de Rhetoricus Rhetoriqe, ou Rhetoric̨ięn : mę́s Grammaticus fęt Grammarien de tout’ anc̨ieneté : Asiaticus fęt Aziatiqe, selon la mode d’aojourdhuy de tyrer ę ęmprunter de la lange Latin’ ę Grecqe : car pour Iliacus, Atticus, Cardiacus, nou’ ne dirons pas Iliac̨íęn, Attic̨ięn, ne Cariac̨ięn : d’aotant qe luzaj’ ęt aotre : tęllemęnt qe nou’ dirons Iliaqe, Attiqe, Cardiaqe, ę si Phizic̨ien n’etoęt ja ęn vzaje, nou’ dirions Phiziqe.

Ę pourtant il faot bien auoęr bon’ oręlł’ a bien tyrer c̨ęte maniere de vocables : de sorte qe le Franc̨oęs ne le treuue point etranje de la forme comune : combien qe la sinificac̨íon luy soęt inconúe. Il faot de vrey fę́re dę’ vocables qe nous ęmpruntons, tout einsi qe d’un etranjier qe nou’ voudrions fę́re rec̨euoęr ęntre lę’ Franc̨oęs pour vn de leur nac̨íon : aoqel on ne saoroęt mieus fę́re, qe de l’accoutrer a la Franc̨oęz’ [p. 25r] auęq qelqes jęstes, ę contenanc̨e, ę finablemęnt le langaje : car lors il sera rec̨u pour vn Franc̨oęs naturel, ę natif de Franc̨e.

Si aosi nous sauons bien degyzer vn vocable Latin, ou d’aotre lange luy donant la form’ ę terminęzon comun’ a aotres tęls, ę sęmblables, il sera tenu pour Franc̨oęs : de sorte q’etant la grac̨e obseruée, l’oręlłe dęs ecoutans ne dezirera plus qe l’intellijęnc̨e. Voęla pourqoę aojourdhuy ont fęt infiniz ęmpruns dęs aotres langes, qi sont mal rec̨uz : mę́mes de c̨eus qi lęs ęntendet, par faote de leur doner vne nayue grac̨e Franc̨oęze.

Ao regard de ceus qi se terminet ęn eus : come, C̨esareus, Pythagoreus, nou’ lę’ tournons comunemęnt d’eus, ęn ięn, ou ée : come Pythagorée, Cezarée, ou Pythagorięn, ou C̨ezarięn : ę non pas tous, mę́s pour le plus c̨eus, qi desc̨ęndet dę’ noms propres : qant aos aotres nou’ n’ęn tyrons gieres : tellemęnt qe pour ferreus, plombeus, aureus, stagneus, nou’ ne dirons pas fęrrée, plombée, aorée, stagnée.

Qant à ferrée, ę plombée, ils sont bien Partic̨ipes femenins de ferrer, ę plomber : mę́s aosi ne sinifiet il’ pas c̨e qe fęt ferreus, & plombeus : car c̨eus cy denotet la matiere : come qi diroęt incus ferrea, fistula plombea, qi vaot a dire vn’ ęnclume de fer, vn’ tuyao de plomb : la ou lęs aotres sinifiet vne applicac̨ion de fęr, ou de plomb fętt’ a qelqe c̨hoze femenine : come qui diroęt vne fenętre, ou mule fęrrée.

Poursuiuons le demourant selon [p. 25v] lę’ terminezons Latines : pour aotant qe suiuant leur diuęrsité nou’ diuęrsifions no’ terminezons. C̨eus donqes qi sont terminez ęn arius ęn la lange Latine, prenet comunemęnt ęn notre lange leur tęrminęzon ęn ę́re : qe l’ecritture abuziu’ ecrit par aire : come de Consularius, Notarius, Ligatarius, Consulę́re, Notę́re, Legatę́re : ę partíe de c̨eus qi sont ęn orius, ęn oęre : come Gladiatorius. Gladiatoęre : ao regard de Censorius nou’ le tournons ęn Censorin, ę non pas Cęnsoęre : par c̨e q’il sone mal a l’oręlłe.

Mę́s qant a c̨eus qe nou’ tyrons de la lange Latine terminez ęn nus, nous ęn trouuons lęs vns ęn ęn : come de Cesarianus, Cezarięn, de Pompeianus, Pompeięn : aocuns aosi ęn ein : come, de Syllanus, Syllein : de Romanus Romein : lęs aotres ęn ol : come d’Hyspanus Hespaŋ̃ol : lęs aotres ęn oęs : come Campanus Campanoęs.

Aos aucuns aosi nous ottons us : come de Camerinus, Camerin, Perusinus, Peruzin, Masculinus, masculin : ę princ̨ipalemęnt lors qe i, se ręncontr’ auant, nus. Ę si u se ręncontre, nous ottons qelqefoęs le seul us : come de Tribunus, Tribun, Opportunus, opportun. Si ne faot il pas pourtant fę́re etat d’ęn tyrer a la volée : car combien qe lę’ Latins díet Hibernus : nou’ ne dizons pas pourtant Hybernun, ne pour diurnus, & nocturnus, duirnun, nocturnun : car nou’ dizons yuęrnal, diurne, nocturne, ne pour Taciturnus, Mensurnus, Taciturnun, ne Męnsurnun : car nou’ dizons Taciturne, [p. 26r] Męnsurne.

Somme qe je n’ęntęns pas vous liurer c̨ęs c̨hozes come pour regles nec̨essę́res : męs tant seulemęnt pour montrer la diuęrse fac̨on de fę́re q’ont lę’ Franc̨oęs ęn leurs ęmpruns : a c̨ęlle fin qe la ou vous serez forc̨ez d’ęn fę́re, come lęs anc̨iens, vous c̨herc̨hiez plus ęzemęnt le moyen de leur doner qelqe nayue grac̨e Franc̨oęze.

Qant a c̨eus qi sont tęrminez ęn gnus, come benignus, malignus, nous auons otté ęn c̨ęs deus cy, gnus, ę auons ajouté n, ęn nostre prononc̨íac̨íon, dizans benin, malin : ao regard de magnus nou’ ne le trouuons q’ęn C̨harlemaŋ̃e. Nous auons aosi vne tęrminęzon de deriuatifs ęn eus : come, d’ęnuie, enuíeus : de labour, labourieus, ę laboureur : pecune, pecunieus : ao regard de ceus qi sont ęn eur, il s’en forme bien de’ Verbes : come de doner, doneur, de fraper, frapeur, de voęr, voyeur : de viziter, viziteur.

Il ęn ęt aosi ęn ron : come de viŋ̃e, viŋ̃eron. Ao demourant il ne faot pas tousiours c̨hęrc̨her ęn la lange Franc̨oęze la sourse d’un deriuatif ao primitif rec̨u ęntre lę’ Franc̨oęs : car bięn souuęnt nous auons vn primitif d’une sorte ę le deriuatif d’un’ aotre : nou’ dizons bien Aristoteliqe, ę toutefoęs nou’ ne dizon’ pas Aristotele : combien qe la deriuezon le reqęrroęt. Nou’ dizons bien Mathematiqe, son primitif Mathematesis nous ęt toutefoęs inconu.

Voęla pourqoę je ne m’amuze pas fort ao’ formęzons dęs deriuatifs : d’aotant qe c̨ela reqiert [p. 26v] la lęcture dę’ Grammęres Gręcqes, ę Latines : ao’ qęlles c̨eluy se deura addresser qi lę’ voudra ęntęndre : sans toutefoęs se prescrir’ aocune loę contre l’uzaje de la prononc̨íac̨íon, Franc̨oęze : come font pluzieurs, qi dizet nou’ dussions dir’ einsi suyuant lę’ regles Latines, ę Grecqes : ao’ qels pour toute satisfacc̨íon il faot repondre, qe nou’ deuons dire, come nou’ dizons, puis qe jenerallemęnt l’uzaje de parler la rec̨u einsi : car c̨’ęt c̨eluy qi don’ aothorité ao’ vocables : saof toutefoęs la ou le’ regles Franc̨oęzes, ę la congruité sont offensées : come font ceus qi dizet, je venions, je donisse, frapisse : qi sont faotes, qi n’ont jamęs eté rec̨úes par lęs homes bien apriz ęn la lange Franc̨oęze. De vrey il s’ęn ęt trouué, qi ont voulu dire q’il falloęt dire Aristotele, come s’il n’etoęt ęn la puissanc̨e de l’uzaje d’ęmprunter c̨e qe bon luy a sęmblé du vocable Aristoteles, ę lęsser le demourant.