De l’Interjecc̨íon.

C̨hap. I.

L’intęrjęcc̨íon ęt vne voęs d’une passíon exc̨ęssiue : soęt par amirac̨íon, courrous, joye, melancholíe, ou epouęntemęnt. Laqęlle natur’ a inuęnté d’une par trop grand’ emoc̨íon d’esperiz, par cholęr’ ou joye : ou bien d’une par trop contreinte retrętt’ a caoze d’une grand’ apprehęnsíon melancholiq’ epouuęntabl’ ou amirable : de sorte q’il n’ęt pas ao pouuoęr de l’home etant c̨ete passíon formée, d’uzer de qelqe moderée fac̨on de parolle.

Ę pourtant voyon’ nous qe lęs ęnflambez de courrous, parlet brutemęnt, sans ordre, ę ęn parolles syncoupées, pour la trop grand’ eleuac̨íon d’esperiz qe la chollér’ ęmflambé’ emeut dedans lę’ voęnes : la ou ao contrę́re la passíon melancholiqe repousse d’une grande detręsse, peur ou epouęntemęnt lęs esperiz : de sorte q’a peine peut la lange former rien promtemęnt, qelqe voęs pleintiue : come, hao, hay.

Ę si la passíon qelqefoęs continúe, nous vzons [p. 132r] de parolles selon qe la vehemęnc̨e comęnc̨e qelqe peu a decliner : come, helas mon Dieu sera c̨’ a jamęs qe le monde te hęrra ? ha qe de maleurs ęn c̨e monde !

Il faot aosi ęntęndre q’une mę́m’ intęrjęcc̨íon peut sęruir a diuęrses passíons : come, ha, qi sęrt a melancholíe, ę aosi a la cholęre : come, ha mec̨hant, tu ę’ mort : ę ęncores a la joye, ę rizée : come, ha ha ha he he : dont qelqefoęs nous vzons si exc̨essiuemęnt par vne grande dilatac̨íon d’esperyz, qe nou’ ny pouuons doner suyte de qelqe batimęnt de parolles, pour ęn ręndre la caoze.

O aosi ęt vn’ intęrjęcc̨íon d’amirac̨íon : come, O qe voy la vne belle mę́zon ! O qe de peuples : O qe lęs Hyppocrites ont bien leur rę́n’ ęn c̨e monde ! Il ęt aosi imploratif, come, O mon Dieu : qe nou’ pouuons dir’ aosi vocatif : combien qe le vrey vocatif ęn notre lange, me sembl’ ętre l’interjęcc̨íon hey : car qant nous appellons qelq’un, nou’ dizons plus comunemęnt hey, qe o : come, vięns c̨a hey.

Surqoę il faot ęntendre qe lę’ Franc̨oęs n’ęn vzent gyeres ęnuers lę’ grans seŋ̃eurs : car nou’ lę’ nomons simplemęnt par noms reuerans. Nous vzons aosi de hao pour hęy : come, Pięrre hao viens c̨a. Hay aosi ęt adhortatif : come hay auant : aosi ęt il doloureus, tout einsi qe ho : come, hay hay hay, vou’ me blessez, nous ęn auons vn d’execrac̨íon : come phi, phi.

Il ęn ęt d’aotres dont je me deporte pour aotant qe la plupart d’ęlles tienet d’un’ inconstanc̨’ [p. 132v] impac̨ienc̨’ ou surprinze : attęndu qe la frajilité de l’home ęt prompt’ a se ręndr’ ę tourner a la diuęrsité dę’ passíons qi s’offret. Mę́s come sę’ passíons soę́t comunes a toutes nac̨íons, ę qe la seule nature lęs ęnjęndre sans aocun discours, il auięnt q’ęlles sont prę’qe toutes vnes a tou’ peuples, ę langes : tout einsi qe lęs soupirs, ę pleintes, sans forme de parolle.