[p. 47r]

Dę’ Pronoms.

C̨hap. I.

Le Pronom ęt vne partíe du langaj’ inuęntée pour supplíer le Nom, tant propre q’appellatif, sans aocune sinificac̨ion de tęms, denotant tousiours qelqe c̨ęrteine pęrsone. Or com’ ęn tou’ langajes il soęt nec̨essę́re qe le propos soęt tenu par qelcun, a qelcun pręzęnt de soę męmes, ou de c̨eluy a qi il parle, ou bien d’un tiers : ę qe la pein’ ut eté grande de tousiours vzer de propres noms, ou appellatifs : come si Aristote, ęn parlant a Plato út dit : Aristote recomand’ Aristot’ a Plato, Plato ęt si gran’ Philozophe : pour Aristote se recomand’ a Plato, qi ęt si gran’ Philozophe : qęlle confuzíon de repetic̨íon de parolles vssion’ nous  ? Il a donq eté nec̨essę́re d’inuęnter dę’ pronoms, qi non seulemęnt demontreroę́t lę’ noms, mę́s aosi leur pęrsone : car aotr’ ęt c̨ęlle qi parle, sans luy addresser la parolle.

Ę come la seule demonstrac̨íon fút fętte par c̨ę’ premiers Pronoms, qi sont je, tu c̨etuy c̨y, ou c̨etuy la, ou luy, il a eté de bezoin pour euiter c̨ete maniere de repetic̨íon de noms, inuęnter dę’ relatifs, tant dę’ noms, qe dę’ pronoms mę́mes : come qi. Car aotremęnt ęn dizant tu ęs c̨eluy, qi me plę́s, il nous ut fallu dire, tu ęs c̨eluy, tu me plęs : car qi, ęt la relatif de tu.

Subseqemmęnt [p. 47v] apręs nous auons inuęnté dę’ Pronoms possęssifs dę’ primitifs, gardans aosi la pęrsone pour le possedant dont ilz sont tirez, tęllemęnt q’ęn c̨e possessif mien, ęt comprinze la premiere pęrsone : ę einsi de mę́me de tien, sien, notre, votre, leur.

Ao demourant le Pronom a sis acc̨idęns : qi sont espęc̨e, pęrsone, jęnre, figure, nombr’ ę cazes. Qant a l’espęc̨e donqes, il a la primitiue : come je, tu, il, c̨e : ę la deriuatiue : come mien, tien, sien. Ao surplus la premier’ ę seconde pęrsones n’ont c̨hacune q’un Pronom : parc̨e q’ęlles sont tousiours prezęntes ęntre ęlles, ę demonstratiues : la ou la tiers’ ęt qelqefoęs demonstratiue : come c̨etuy c̨y le fera : laqęlle demonstrac̨íon rec̨oęt qelq’ ordre : car ęll’ ęt qelqefoęs de pęrsone fort proc̨heine, come c̨etuy c̨y : ę dune plus eloŋ̃ée, come c̨etuy la, qelqefoęs aosi ęll’ ęt relatiue : come il, luy.

Or sont deriuez de la premiere pęrsone mon, ma, de moę, ou me : ę mien, miene : ę de nous noz, notre. Ę de la seconde pęrsone tu, ou toę, ou te : ton ta, tien : ę de vous, son plurier, voz, votre, Ręste le rec̨iproqe soę, qi fęt son, sa, sien : lę’ qels tous sont possęssifs. Surqoę il faot ęntęndre qe par c̨ęs possęssifs deu’ pęrsones sont ęntęndues : qi sont le possedant ę le possedé.

Ę combien q’aocuns reqieret le substantif possedé, le possedant y ęt toutefoęs tousiours demontré : ny ne doęt ętr’ exprimé : exęmple qant tout y ęt suręntęndu : come, tu estimes beaocoup ton c̨heual, aosi [p. 48r] fęs je le mien : la ou le mien, vaot aotant qe qi diroęt, le c̨heual de moę : ę sien, le c̨heual de luy : mę́s mon, ton, son, reqieret tousiours ajuncc̨ion du possedé : come mon c̨heual, pour le c̨heual de moę.