PROBLÈME D'AFFICHAGE ?
DICTIONNAIRE
retour
virga
avance
rubriqueJean-Antoine de Baïf
rubriqueAvertissement
rubriqueIntroduction
rubriquePsautier 1573
rubriqueEtrénes 1574
rubriqueAu moqueur
rubriqueAu roi
retour
rubriqueAux secrétaires
rubriqueL'ABÇ
rubriqueA Catherine
rubriqueAu roi de Pologne
rubriqueA Nevers
rubriqueA du Guast...
rubriqueA la vertu
rubriqueAu peuple...
rubriqueAu duc d'Alençon
rubriqueAux poètes...
rubriqueAu grand prieur
rubriqueAux trésoriers
rubriqueAux liseurs
rubriqueBesognes - proème
rubriqueBesognes
rubriqueJours
rubriqueAvis de lin
rubriqueVers dorés
rubriquePhocylide
rubriqueNaumachos
rubriqueChansonnettes
rubriquePsautier 1569
rubriqueMusique
rubriqueGlossaire métrique
rubriqueBibliographie
 
Pour une translittération en orthographe standard, survolez l'initiale des vers !
pdfFichier pdf
métriqueAfficher métrique
métriqueLégende

Ô ROÈ.

ÇARCharles, appui de l'honneur et du vrai bien : vers-qui la vertuLES, Apui de l'onör é du vrè bién : vèrs-ki la vèrtu
[f° a r°]
ViéVient à recours : cueillirai je le fruit de la peine de vingt ans,nt aã rekùrs : ku£irè je le fruit de la péine de vint ans,
K'èQu'ai mis, non le premier ni le dernier entre les esprits mis, Non le premiér ni le dèrniér antre lez éspris
MiöMieux honorant cette France qui luit glorieuse de nos vers ?s onorans séte Franse ki luit gloriöze de nôs vèrs ?
5
PluPlus le commun ensuivre ne puis : mais libre de l'esprits le komun ansuivre ne puis : mès libre de l'ésprit
ÔtrAutre nouveau sentier je me fais, par où puisse me haussere nùveô santiér je me fè, par ù puisse me hôssér
HôrHors de la terre : et nouveau composeur duire le Françaiss de la tèrr' : é nùveô konpôzör duire le Fransøs
Ôs Aux chansons mesurées. Il ne faut plus m'espérer en vainçansons mezuré's. I ne fôt plus m'éspérér anvéin
Ô vAu vieil jeu de la rime ravoir. Puis l'heure que Cérèsie£ jö de la rime ravør. Puis l'öre ke Sérès
10
Ôs Aux mortels a donné le froment, qui recherche le vieux gland ?mortèls a doné le frùmant, ki reçèrçe le viö glan ?
L'L'âge me change et me change le sens. Mes amis, me regardantaje me çanj' é me çanje le sans. Mez amis, me regardans
FôrForsener en mesurant mes vers, mes oreilles tous les jourssenér an mezurant mès vèrs, mez orè£es tùlèjùrs
ViéViennent rebattre. Baïf suis suis le chemin que chacun va :net rebatre. Baif sui sui le çemin ke çékun va :
KarCar tu ne verras point réussir l'emprise de ton temps. tu ne vèras pûint réuæsir l'anprize de ton tans.
15
ÉinAinsi comme eux je le sais je le vois : mais force du destin,si kom' ös je le sè je le vø : mès forse du déstin,
Moi le sachant et voyant et voulant, à ma perte me conduit : le saçant é voiant é vùlant, aã ma pèrte me konduit :
PèrPerte je dis pour moi, si ma peine ingrate se perdait,te je di pùr mø, si ma péin' ingrate se pèrdøt,
SanSans que le bon français approuvât l'emprise, que poursuiss ke le bon Fransøs aprùva^t l'anprize, ke pùrsui
PùrPour son honneur, pair à pair des grecs et latins du meilleur temps son onör, pérapèr dès Gre^s é Latins du mi£ör tans
20
Moi le voulant égaler, s'il veut et le faire démarcher : le vùlant égalér, (s'il vöt) é le fère démarçér :
A tÀ tout le moins en ouvrir le chemin, les épines et caillouxùlemûins an ùvrir le çemin, lez épinez é ka££ùs
An En nettoyant le premier. Car moi courageux m'y hasardant,nétìåant le premiér. Kar mø kùrajös m'i hazardant,
TùtTout ce qui est raboteux j'aplanis, et j'aligne le tordu. se ki èt rabotös j'aplanìî, é j'aliñe le tortu.
SanSans toutefois que je veuille muer la prononce du parler,s tùteføs ke je vö£e muér la prononse du parlér,
25
MèsMais qu'y retienne le net et le pur langage du Français, k'i retiéne le nèt é le pur langaÿje du Fransøs,
TèlTel que l'avez : et tous ceux qui naïfs ne le gâtent aujourd'hui. ke l'avés : é tùsös ki nais ne le ga^tet ojùrdui.
NonNon latiniers affétés mi-savants, non fades étrangers, latiniérs afétés mi-savans, non fadez étranjiérs,
[f° a v°]
MèsMais naturels français bien choisis bien autorisés, naturèls Fransøs bién çûzis bién otorizés,
D'éD'esprit, et bon jugement, et qui soient de bonne âme dessur tout :sprit, é bon jujemant, é ki søt de bon' a^me desur tùt :
30
RiéRien n'approuvant que la vraie vérité, que le droit et la raison,n n'aprùvans ke la vrè' vérité, ke le drøt é la rèzon,
NonNon d'ignorance tachés, non d'envie, non de méchant coeur. d'iñoranse taçés, non d'anvìî, non de méçant kör.
ÔrOr par même moyen que j'accoutre la voie du parler, par mème moién ke j'akùtre la vøie du parlér,
Fè-Fais-je mal, ô mon roi, si j'essaie moi-même me purgeant,je maÂl, Ô MON Rú, si j'ésè' mømème me purjant,
ParPar des avis émoulus arracher les épines des esprits ? dez avis émùlus araçér lez épines dez éspris ?
35
DonDonc le gothisme je laisse, et je prends les erres de ces vieuxk le Gotisme je lèss', é je pran lèz èrres de sès viös
GréGrecs et latins : et toute autre fadaise j'abandonne aujourd'hui.s é Latins : é tùt ôtre fadèze j'abandon' ojùrdui.
RiéRien que le droit et le vrai je ne cherche, et l'honnête. Je suis toutn ke le drøt é le vrè je ne çèrç', é l'onète. Je suis tùt
Ô pAu pourchas de cela. Je ramasse et resserre ce qu'un jourùrças de sela. Je ramass' é resèrre se k'unjùr
PùrPour l'usage commun et le bien d'un peuple j'aveindrai. l'uÿzaÿje komun é le bién d'un pöple j'avéindrè.
40
NuNul ne demande qui c'est qui je suis : car libre je m'en vasl ne demande ki s'èt ki je sui : kar libre je m'anva^z
ÉinAinsi que font les mouches à miel fleuretant de fleur en fleur,si ke font lès mùçes aã miél flùretant de flùr an flùr,
PùrPour recueillir la matière de quoi leurs gaufres agencées reku£ir la matiére de kø lö gôfrez ajansés
KonCompasser, confire du miel, jetonner des essaims neufs :passér, konfire du miél, jetonér dez éséins nös :
ÉinAinsi soigneux mes vers mesurant, je requête la douceursi soñös mès vèrs mezurant, je rekète la dùsör
45
DèsDes bons enseignements çà et là, que je suce des auteurs, bons anséñemans saéla, ke je susse dez ôtörs,
SanSans qu'à pas un j'oblige ma foi ni je prête le serment,s k'a paÂzun j'ôblije ma fø ni je prète le sèrmant,
RiéRien que la vraie vertu me proposant en tout et partout.n ke la vrè vèrtu me propôzant an tùt é partùt.
SIRSire, et qui sait si, de votre faveur le soleil me réchauffant,', é ki sèt si, de vôtre favör le sùlè£ me réçôfant,
J'éJ'éclorai le jeton d'un essaim qui nouveau se répandra,klôrè le jeton d'uÂn éséin ki nùveô se répandra,
50
ParPar vos champs faisant découler des muses le doux miel, vôs çans fèzant dékùlér dès Muzes le dùs miél,
HôrHors du labeur mielleux où soigneux je travaille tous les jours,s du labör miélös ù soñös je trava££e tùlèjùrs,
MèsMais qu'une ruche couverte où loger vous plaise m'élargir ? k'uÂne ru^çe kùvèrt' ù lojér vùs plèze m'élarjir ?
UnUn temps fut que la Grèce n'avait les nombres et les pieds, tans fut ke la Grèsse n'avøt lès nonbrez é lès piés,
Un Un temps fut qu'ils n'étaient au latin : l'un et l'autre s'accoutranttans fut k'i n'étøt oã Latin : L'un é l'ôtre s'akùtrant
55
LôrLors d'une simple façon, comme nous possible cadençaients d'uÂne sinple fason, kome nùs (pôssible) kadansøt
Lö'Leurs vers moins mesurés, de cela qui de rime le nom tient. vèrs mûins mezurés, de sela ki de rime le nom tiént.
Mais quelqu'un le premier décora la Grèce de beaux verss kèlkun le premiér dékora la Grésse de beôs vèrs
BieBien mesurés nombreux, lui chantre et poète tous les deux :n mezurés nonbrös, lui çantr' é pøte tùlès dös :
KanQuand sa façon gentille courut, l'ancienne se perdit.t sa fason jantile kùrut, l'ansiéne se pèrdit.
60
DanDans Rome Live premier du grégeois les nombres apporta,s Rome Live premiér du Gréjøs lès nonbrez aporta,
[f° a ij r°]
(AnAndronic eut surnom qui la lourde manière débusqua.dronik ut surnon) ki la lùrde maniére débuska.
Moi, Sire, point je ne veux les écrits de la rime subvertir,, SIRE, pûint je ne vö lez ékris de la rime sùvèrtir,
TrôTrop de gaillards esprits écrivant mille gentilles chansonsp de ga£ars éspris ékrivans mile jantiles çansons
L'oL'ont honorée ci devant, qui se lisent et prisent et vivront :nt onoré' sidavant, ki se lìîzet é prìîzet é vivront :
65
Moi j'en suis, et serais marri que ma peine se perdît. j'an suis, é serø marri ke ma péine se pèrdìît.
Mais si la fleur d'entre eux Peletier et Tyard, et si Ronsard,s si la flör d'antr' ös Péletiér é Tiart, é si Ronsard,
Voire du Bellay même ont tous souhaité, que le françaisre du Bèllè mèm' ont tùs sùhété, ke le Fransøs
SuSût mesurer ses vers à la grecque et latine du bon temps,Ît mezurér sès vèrs aã la Grèk' é Latine du bon tans,
K'èQu'ai-je méfait ? Si prenant leur conseil, ains pour accomplir-je méfèt ? si prenant lör konsè£, eins pùr akonplir
70
LörLeurs très justes souhaits et désirs, courageux je m'enhardis,s trèjustes sùhès é dezirs, kùrajös je m'anhardìî,
(MoMoi qui ne suis dernier entre eux à la rime, de leur tempsè ki ne suis dèrniér antr' ös aã la rime, de lör tans
MèsMais plus jeune des ans sous vous courageux je m'enhardis, plus jöne dez ans) sùs vùs kùrajös je m'anhardi,
SIRSire, amener les vers mesurés ? Ils plaisent à chanter,', amenér lès vèrs mezurés ? Il plèzet aã çantér,
MèmMême à ceux qui ne les aiment pas : et plairont à prononcer,ez aã sös ki ne lèz émet pas : É pléront aã prononsér,
75
KanQuand les oreilles polies la valeur des nombres connaîtront.t lez orèles polìîs la valör dès nonbres konøtront.
ÉinAinsi aurez, grand roi, deux poésies en vogue chez vous :sin arès, GRAN Rú, dös pøzìîs an voge çés vùs :
Ù, Où, verrez tous divins esprits s'exercer à l'envi.vèrrès tùdivins éspris s'égzèrsér alanvi.
ÔrOr gagnant, si je puis, heureux je serai : qui aurai pu, ganñant, si je puis, örös je serè : ki arè pu,
Moi le premier honorer le royaume et le règne de mon roi, le premiér onorér le Roiôm' é le réñe de mon Rú,
80
VùsVous l'approuvant et louant : et donnant le moyen et le loisir, l'aprùvant é lùant : é donant le moién é le lûzir,
ParPar le loyer de la peine animant le courage, pour oser le loiér de la péin' animant le kùraje, pùr ôzér
ÇôzChose à jamais mémorable d'avoir vous Charles commandant' ajamès mémorable d'avør (vùs ÇARLES komandant)
Ôs Aux François en usage remis les nombres des anciens.Fransøs an uzaje remis lès nonbres dez ansiéns.
MèsMais si je suis rebuté Dieu m'en garde mais si mon espoir si je suis rebuté (Diö m'an gard) Mès si mon éspør
85
Èt Est déjeté par grand défaveur du siècle et du destin,déjeté par gran défavör du siékl' é du déstin,
AnkEncore, ô mon roi, du labeur la louange demeureraorez, ô MON Rú, du labör la lùanje demùrra
ParPar le renom publiée, pour vous, de m'avoir favorisé le renom publié', Pùr vùs, de m'avør favorizé
An En si louable dessein, pour moi, de prétendre si haut fait.si lùable déséiñ, Pùr mø, de prétandre si hôt fèt.
S'èC'est quelque honneur en faits valeureux, qui n'achève commencer.t kék' onör an fès valurös, ki n'açève komansér.
FIN.
Mètre : Dactylique : tous les vers sont des hexamètres.

Variantes et remarques :
v. 7 : coquille probable : konpôsör.
v. 11 : l'n de regardans est suscrit.
v. 19 : l'usage d'un e féminin dans Gre^s reflète probablement une limitation technique : l'impossibilité pour l'imprimeur de rendre é ou è surmontés d'un accent circonflexe.
v. 33 : l'n de purjant est suscrit.
v. 45 : coquille probable : saèla.
v. 46 : coquille probalbe : macron sur nìþ.
v. 57 : coquille probable : Més.
v. 82 : les deux n de komandant sont suscrits.