PROBLÈME D'AFFICHAGE ?
DICTIONNAIRE
retour
virga
avance
rubriqueJean-Antoine de Baïf
rubriqueAvertissement
rubriqueIntroduction
rubriquePsautier 1573
rubriqueEtrénes 1574
rubriqueAu moqueur
rubriqueAu roi
rubriqueAux secrétaires
rubriqueL'ABÇ
rubriqueA Catherine
rubriqueAu roi de Pologne
rubriqueA Nevers
rubriqueA du Guast...
rubriqueA la vertu
rubriqueAu peuple...
rubriqueAu duc d'Alençon
rubriqueAux poètes...
retour
rubriqueAu grand prieur
rubriqueAux trésoriers
rubriqueAux liseurs
rubriqueBesognes - proème
rubriqueBesognes
rubriqueJours
rubriqueAvis de lin
rubriqueVers dorés
rubriquePhocylide
rubriqueNaumachos
rubriqueChansonnettes
rubriquePsautier 1569
rubriqueMusique
rubriqueGlossaire métrique
rubriqueBibliographie
 
Pour une translittération en orthographe standard, survolez l'initiale des vers !
pdfFichier pdf
métriqueAfficher métrique
métriqueLégende

ÔS POÈTES FRANSOÈS

Ô VÔ vous, qui les vers vieux reçus n'abandonnant,ùs, ki lès vèrs viöresus n'abandonant,
[f° dij r°]
De De doctes esprits les heureux enfantementsdoktez éspris lèz urös anfantemans
An En France apportez : vous vivants qui fleurissez :Frans' aportés : vùs vivans ki flörisés :
Toi, pour le plus vieil Peletier l'honneur du Mans,, pùr le plus vié£ (Pèletiér) l'onör du Mans,
5
Ki Qui outre les vers l'art de poésie décrivisùtre lès vèrs l'art de Pøzìî' dékrivis
MonMon fait recherchant par souhait. Toi, grand Tyard, fèt reçèrçant par sùhèt. Tø, grand Tìåart,
Ki Qui Saône fais bruire : et premier en nos paysSône fès bruir' : é premiér an nôs paìås
D'aD'amour les erreurs en sonnets hauts dépliant,mùr lez èrrörs an Sonès hôs déplìåant,
An En prose éclaircis sagement les trois fureursprôz' éklèrsis saÿjemant lès trøs furörs
10
DivDivines, au ciel enlevant les esprits.ìþnes, ô siél anlevant lez ésperis.
ToToi, noble Ronsard, qui premier, d'un chaud désirè, nôble Ronsard, ki premiér, d'un çôd dezir
ÔzaOsant t'écarter des chemins communs frayés,nt t'ékartér dès çemins komuns fraiés,
La La France enhardis à se hausser bien plus haut,Frans' anhardis aÿ se hôssér bién pluhôt,
Loin outrepassant tes devanciers trop couards.iñ ùtrepassant tès davansiérs trôp kùars.
15
Toi, dont la hantise encore en mes jeunes ans, dont la hantiz' ankor' an mès jönez ans
Me Me mit de vertu dans le coeur un éperon,mit de vèrtu dan le kör un éperon,
KanQuand c'est que mangeant sous Dorat d'un même paint s'èt ke manjant sùs Dorat d'un mème péin
An En même chambre nous veillions, toi tout le soir,mème çanbre nùs vé£ions, tø tùt le sør,
É mEt moi devançant l'aube dès le grand matin :ø davansant l'ôbe dès le gran matin :
20
KanQuand nous pourpensions en commun ce fait nouveau.t nùs prùpansions an komun se fèt nùveô.
DepDepuis ami vieil hors de nous coulant tout douxuis (Ami vié£) hôrs de nùs kùlans tùdùs
AvèAvec nos vers passent vingt et quatre hivers.ke nôs vèrs passet vint é katr' ivèrs.
Ô Ô toi, qui ouvrier peins le vrai, gentil Belleau,Tø, ki ùvriér péins le vrè, jantil Béleô,
NatNature cherchant contrefaire en son naïf,ure çèrçant kontrefèr' an son naìåf,
25
Ki Qui restes des miens compagnon plus ancien.rèstes dès miéns konpañon plus ansìåén.
Ô Ô toi, qui as pu faire plus que n'as voulu,Tø, ki as pu fère plus ke n'as vùlu,
DuçDuchat, qui montras par l'échantillon donnéat, ki montras par l'éçanti£on doné
KonCombien la muse t'eût prêté de ses faveurs.bién la Mu^ze t'u^t preté de sès favörs.
Ô Ô toi, qui nous suis, Sainte marthe : et sur le ClainTø, ki nùs suis, Séintemart' : é sur le kléin
30
KonConçus la douceur des fureurs qui m'ont piqué,sus la dùsör dès furörs ki m'ont piké,
KanQuand c'est que Francine eut la fleur de mes désirs :t s'èt ke Fransin' ut la flör de mèz dézirs :
[f° d ij v°]
Ki Qui même aujourd'hui sur le Clain tiens mes desseins.mèm' ojùrdui sur le kléin tiéns mès déséins.
Ô Ô vous, la Fresnaye : Fèvre poète tout divin :VÙS, la Frènè' : Fèvre pøte tùt divin :
Fi£Filleul le hardi : toi, le docte Passerat,öl le hardi : Tø, le dokte Passerat,
35
OnöHonneur du français, entre les latins savant.r du Fransøs, antre lès Latins savant.
Desportes heureux, en qui Peitho met le miel,portez örös, an ki Pitô mèt le miél,
Ki Qui gagne les coeurs plus pouvant en notre cour.ganñe lès körs plus pùvans an nôtre kùr.
Vous tous, qui au jour éclouez vos beaux écrits,S TÙS, ki ô jùr éklùés vôs beôz ékris,
VùsVous tous, qui encore les couvez en votre sein : tùs, ki ankôr lès kùvés an vôtre séin :
40
(MaMarris ne soyez si je passe votre nom :rris ne sûiés sìþ je passe vôtre nom :)
ÔmoAu moins si mes vers n'approuvez, vous, ennemiséins si mès vèrs n'aprùvés, vùz, annemis
De De haine et d'envie, approuvez mon bon vouloir.héin' é d'anvìî, aprùvés mon bon vùlør.
PoPossible quelqu'un s'éprouvant à mon patron,ssible kèlkun s'éprùvant aã mon patron,
Se Ce qu'ai commencé, mieux que n'ai fait, parfera.k'è komansé, miös ke n'è fèt, parfera.
45
Mi£Meilleurs soyez-vous : c'est assez que suis premier.örs soiés-vùs : s'èt asés ke suis premiér.
FIN.
Mètre : Iambique. Tous les vers sont des trimètres non-cadencés.