PROBLÈME D'AFFICHAGE ?
DICTIONNAIRE
retour
virga
avance
rubriqueJean-Antoine de Baïf
rubriqueAvertissement
rubriqueIntroduction
rubriquePsautier 1573
rubriqueEtrénes 1574
rubriqueAu moqueur
rubriqueAu roi
rubriqueAux secrétaires
rubriqueL'ABÇ
rubriqueA Catherine
rubriqueAu roi de Pologne
rubriqueA Nevers
rubriqueA du Guast...
rubriqueA la vertu
rubriqueAu peuple...
rubriqueAu duc d'Alençon
rubriqueAux poètes...
rubriqueAu grand prieur
rubriqueAux trésoriers
rubriqueAux liseurs
rubriqueBesognes - proème
retour
rubriqueBesognes
rubriqueJours
rubriqueAvis de lin
rubriqueVers dorés
rubriquePhocylide
rubriqueNaumachos
rubriqueChansonnettes
rubriquePsautier 1569
rubriqueMusique
rubriqueGlossaire métrique
rubriqueBibliographie
 
Pour une translittération en orthographe standard, survolez l'initiale des vers !
pdfFichier pdf
métriqueAfficher métrique
métriqueLégende

LÈS BEZOÑES É JÙRS

D'ÉZIODE D'ASKRE.

PAR

JAN ANTOÈNE DE BAIF.

MuzMuses de-sur Piérie écoutant des poètes la chanson,e' de-sur Pìåérìî' ékùtant dès Pøte' la çanson,
[f° 1 r°]
Saçà, parlez : et le père de vous de son hymne célébrez :á, parlés: é le Père de vùs de son inne sélébrés:
ParPar qui se font les humains tout de même, illustres et sans los, ki se font lez uméins tùdemèm', illustrez é sanlôs,
É rEt renommés et non renommés, du grand Jupiter la volonté !enomés é non renomés, Du gran Jupitèr la vùlonté !
5
KarCar sans peine il avance : il abat sans peine l'avancé. sanpéin' il avans' : il abat sanpéine l'avansé.
SanSans peine obscurcit le reluisant : l'obscur éclaircit.péin' oskursìît le reluizant : l'oskur éklèrsìît.
LuiLui, sans peine le tors dresse droit : et démonte le hautain :, san péine le tôrs drése drøt : é démonte le hôtéin :
DiöDieu du tonnerre le Dieu, qui là sus a faite sa maison. du tonèrre le Diö, ki lasus aÿ fèteã sa mèzon.
Ékécoute oyant et voyant : et la justice range selon droit,ùt' oiant é voiant : É la justise ranje selon drøt,
10
Toi de ta part : et la vraie vérité je raconterai à Persès. de ta part : é la vrè' vérité je rakontrè aã Pèrsès.
OrOr sus terre n'a pas sans plus une sorte de tensons : sus tèrre n'a pas sanplus une sorte de tansons :
DösDeux en y a. L'une telle que bien la sachant, tu la loueras : an i aÿ. L'une tèle ke bién la saçant, tu la lùras :
L'ôL'autre est digne de blâme : elles ont le courage divisé.tr' èt diñe de bla^m' : Élez ont le kùraje divizé.
KarCar l'une émeut et la guerre cruelle et la noise qui mal fait, l'un' émöt é la gèrre kruèl' é la nøze ki malfèt,
15
La La malheureuse ! Aucun ne la veut, mais force du destinmaluröz' ! ôkun ne la vöt, mès fôrse du déstin
ParPar le vouloir des dieux la méchante querelle en honneur met. le vùlør dès Diös la méçante kerèl' an onör mèt.
L'ôL'autre meilleure première la nuit ténébreuse la porta :tre mi£öre premiére la nuit ténébröze la porta :
MèsMais de Saturne le fils qui a fait sa demeure du haut ciel, de Saturne le fis ki a fèt sa demöre du hôt siél,
PùrPour les humains sus terre la mit, la meilleure de beaucoup : lez uméins sus tèrre la mit, la mi£öre de beôkùp :
20
KanQuand l'homme même qui est fainéant elle émeut à travailler :t l'ome mème ki èt fèniant él émöt a trava££ér :
LôrLors que celui qui se tient oisif, voit l'autre qui est pluss ke selui ki se tiént øzif, vøt l'ôtre ki èt plus
[f° 1 v°]
RiçRiche que lui : qui laboure soigneux et plante nouveau plant,e ke lui : ki laböre soñös é plante nùveô plant,
BonBon ménager. L'envie s'enflamme de voisin à voisin, ménajiér. L'anvìî' s'anflanme de vûzin a vøzin,
SurSur qui amasse du bien. Aux humains cette noise fera fruit : ki amasse du bién. oz uméins séte nøze fera fruit :
25
KanQuand le potier envie le potier, le maçon le maçon point :t le potiér anvìî' le potiér, le mason le mason pûint :
GözGeux aux gueus s'attaquant, au chantre le chantre se prendra. ô gös s'atakant, ô çantre le çantre se prandra.
Ô Ô Persès mets bien ce propos au fond de ton esprit :PÈRSÈS mè bién se propôs ô fons de ton ésprit :
É sEt cette noise qui aime le mal ne débauche ton esprit,éte nøze ki eime le mal ne débôçe ton ésprit,
Toi musant aux plaids, écouteur misérable du parquet. muzant ôs plès, ékùtör mizérable du parkèt.
30
KarCar l'août n'est guère grand de procès et de plaids à celui-là, l'ùt n'èt gére grant de prosès é de plès aã seluila,
ÇèsChez qui le vivre assuré ne sera de réserve tous les ans, ki le vivr' asuré ne sera de rezèrve tùlèzans,
BiéBien revenant, que sa terre produit, mangeaille de Cérès.n revenant, ke sa tèrre produit, manja^£e de Sérès.
DonDont saoulé, remuer, tensons et querelles tu pourraist sùlé, remuér, tansons é kerèles tu pùrøs
SurSur les biens d'autrui. Mais dorénavant tu ne dois pas lès biéns d'ôtrui. Mès dôranavant tu ne døs pas
35
FèrFaire ainsi. Par quoi décidons la querelle de nous deux' éinsin. Par kø désidons la kerèle de nùs dös
An En toute droite équité, qui de Dieu vient très bonne toujours.tùte drøt' ékité, ki de Diö viént très bone tùjùrs.
KarCar nous avons déjà fait partage, outre de grands biens nùz avons dèjaÿ fèt partaÿj', ùtre de grans biéns
ÔtrAutres que m'as rapinés, pour les donner en dissipant toutes ke m'as rapinés, pùr lès donér an disipant tùt
Ôs Aux juges mange-présents, qui voudraient cette cause rebrouiller,juÂjes manjeprézans, ki vùdrøt séte kôze rebrù££ér,
40
SôsSots qu'ils sont, qui ne savent que plus que le tout la moitié vaut : k'il sont, ki ne saÿvet ke plus ke le tùt la mitié vôt :
Ni combien à la mauve et l'asphodèle de secours a.ý konbién a la môv' é l'Asfodélos de sekùrz a.
KarCar les dieux caché ont pour les punir aux hommes leur vie : lès Diös kaçé ont pùr lès punir ôz omes lör vìî :
S'éS'ainsi n'était, à ton aise ferais des oeuvres en un jourinsi n'étøt, a ton èze ferøs dèz övrez an un jùr
PùrPour te tenir, si voulais, sans rien faire par toute l'année. te tenir, si vùløs, san rién fére par tùte l'anné'.
45
ÉinAinsi dessur la fumée tu mettrais en sauf le gouvernail :si desur la fumé' tu métrøs an sôf le gùvèrna£ :
É lEt le labeur des boeufs et mulets qui travaillent, se perdrait.e labùr dès bös é mulès ki trava££et, se pèrdrøt.
MèsMais Jupiter l'a caché du dépit, qui lui outre son esprit Jupitèr l'a kaçé du dépit, ki li ùtre son ésprit
DèsDès que le caut Prométhée lui donnant une trousse le trompa. ke le kôt Promété' li donant uÂne trùsse le tronpa.
PùrPour ce dessur les humains il songea des douloureux maux. se desur lez uméins il sonja dès dùlùrös môs.
50
KaCache et resserre le feu : que depuis de Japet le bon enfantýç' é resèrre le fö : ke depuis d' Iapét le bon anfant
PùrPour les humains déroba, au grand Jupiter le pourvoyant, lez uméins déroba, ô grand Jupitèr le prùvûiant,
DanDans une creuse férule, au-dessus de ce père foudroyeur.z uÂne kröze férul', odesuã de se Père fùdrûiGör.
PùrPour ce l'amasse-nuau Jupiter lui parle de courroux.se l'amassenuô Jupitèr lui parle de kùrrùs.
Ô Ô l'enfant de Japet, qui dessur tous es fin avisé,l'anfant d'Iapét, ki desur tùs ès fin avizé,
[f° 2 r°]
55
ÈzeAise tu es de ce feu que tu as dérobé me défraudant, tu ès de se fö ke tu as dérobé me défrôdant,
PùrPour toi même un grand mal, et pour les humains qui viendront. tø mèm' un grand maÂl, é pùr lez uméins ki vìåéndront.
KanQuand au lieu de ce feu mal leur donnerai, duquel eux toust ô liö de se fö mal lör donerè, dukél ötùs
Éjùéjouiront leur coeur, chérissant leur douce malheurté.ìåront lö kör, çérisans lör dùse malurté.
ÉiAinsi dit : et des humains et dieux le père en se moquant rit.nsi dit : é dez uméins é Dìåös le Pér' an se mokant rit.
60
LaLà même au renommé Vulcain il commande que bientôtý mèm' ô renomé vulkéin i komande ke biéntôt
D'eD'eau de la terre il détrempe : et dedans boute voix d'homme et vertu.ô de la tèrr' i détranp' : é dedans bùte vøs d'om' é vèrtu.
É kEt que il la fasse de face aux vierges déesses ressembler,'i la fasse de fass' ôs viérjes déèsses resanblér,
BèlBelle, d'aimable façon. Que Minerve lui montre comme il faute, d'émable fason. ke Minèrve li montre kom'il fôt
FèrFaire ouvrages mignons, et tître la toile de grand art.' ùvrajes miñons, é tìître la tøle de grant art.
65
É kEt que Vénus la dorée lui répande une grâce tout autoure Vénus la doré' li répand' une grasse tùtôtùr
SurSur son chef, et désirs fâcheux, et soucis amenuisants. son çèf, é dezirs façös, é sùsis amenuizans.
OrdOrdonne plus, que dedans, un veuil chenin et décevant coeur,one plus, ke dedans, un vö£ çénin é désevant kör,
TrèTrès bien Mercure y mette, le porte message tue-argos.bién Mèrkur' i mète, le portemesaje Tuargus.
ÉiAinsi dit : eux d'obéir au fils de Saturne, le grand roi.nsi dit : Ös d'obeìår ô Fis de Saturne, le grand Rø.
70
É tEt tout soudain Vulcain renommé, qui de ses deux hanches clochant va,ùsudéin Vulkéin renomé, ki de sès dös hançes kloçant va,
FètFait de la terre une simple pucelle, au gré du Saturnin : de la tèrr' uÂne sinple pusèl', ô gré du Saturnin :
É lEt la déesse Minerve aux yeux azurins, si l'atourna.a Déèsse Minèrv' ôz iös aÂzurins, si l'atùrna.
É lEt les grâces déesses avec Peitho que l'honneur suit,ès Grases Déèsses avèk Péithô ke l'onör suit,
ParPar tout le corps lui mettaient chaînons d'or : et tout alentour tùle kôrs li metøt çènons d'ôr : É tùtalantùr
75
LèsLes saisons chevelues la paraient de fleurettes du printemps : Sèzons çevelu^s la parøt de flùrètes du Printans :
É tEt tout son accoutrement dessur elle, Minerve l'agença :ùson aÿkùtremant desur èle, Minèrve l'ajansa :
É dEt dans la poitrine le porte message tue-argos,ans laÿ pøtrìþne le portemesaje Tuargus,
FrôFraude et flatteur langage et le coeur décevant lui apprêta,d' é flatör langaj' é le kör desevant li aprèta,
ParPar le vouloir de Jupin le tonnant grôs : aussi le courrier le vùlør de Jupin le tonant grôs : ôssi le kùrriér
80
DèsDes dieux mit la parole : et nomma la pucelle du beau nom Diös mit la parôl' : É noma la pusèle du beô nom
NomNom Toutedon : d'autant que tous ceux qui d'Olympe habitants sont, TùTEDON : Dôtant ke tùsös ki d'Olinp' abitans sont,
DonDon lui donnaient, le malheur des pauvres humains inventifs. li donøt, le malör dès pôvrez uméins invantìîs.
ÔrOr après que le dol qui ne peut s'éviter, fut accompli, après ke le dôl ki ne pöt s' évitér, fut akonpli,
VèrVers épiméthée lors Jupiter père mande tue-argoss Epimètös lôrs Juãpitèr Pére mande Tuargus
85
Vite courrier des dieux, qui le don mène : mais épiméthéeÎte kùriér dès Diös, ki le Don méne : Mès Épimètös
LèsLaisse le bon conseil de Prométhée : qu'il ne reçût passe le bon konsè£ de Promètös : K'il ne resut pas
DonDon qui lui vînt de la part de l'olympien : ains le remandât ki li vìînt de la part de l'Olinpìåén : Éins le remanda^t
[f° 2 v°]
RanRenvoyé, qu'il n'advînt aux mortels quelque malheurté.vûié, k'i n'avìînt ôs mortèls kèlke malurté.
MèsMais l'ayant jà reçu, quand eut le mal il s'en aperçut. l'aiant ja resu, kant ut le maÂl il s'an apèrsut.
90
KaCar paravant ici-bas des humains les peuples vivaient bien,r paravant isibas dez uméins lès pöples vivøt bién,
SanSans mal, loin d'ennui, sans aucune peine malaisée, mal, lûin d'annui, sans ôkuÂne péine malèzé',
SanSans maladie fâcheuse, qui fait venir aux hommes leur mort.s maladìî façöze, ki fèt venir ôz omes lör môrt.
KarCar bientôt les humains parmi la misère se font vieux. biéntôt lez uméins parmìþ la mizère se font viös.
Mais la femelle ôtant de sa main le couvercle, répandits la femèl' ôtant de sa méin le kùvèrkle, répandit
95
HôrHors de la boîte aux humains douloureux maux, qu'elle pourpensa.s de la bøt' oz uméins dùlùrös môs, k'èle prùpansa.
ÉspEspoir seul comme dans quelque maison forte à débriser,ør söl kome dans kéke mèzon fort' a débrizér,
RésReste léans aux bords de la boîte : et dehors ne vola pas.te léans ôs bors de la bøt' : é dehôrs ne vola pas.
KarCar paravant le couvercle remis à la boîte referma, paravant le kùvèrkle remis aã la bøte refèrma,
ParPar le vouloir de l'amasse-nuau Jupiter chèvre-nourri. le vùlør de l'amassenuô Jupitèr çévrenùrri.
100
MèsMais mille autres douleurs vont parmi les hommes errant : milez ôtres dùlörs vont parmìþ lès omez èrrant :
KanQuand, et la terre est pleine de maux et pleine la grand mer.t, é la tèrr' èt pléine de môs é pléine la gran mèr.
Ôz Aux hommes les maladies et de nuit et de jour tout de leur gré,omes lès maladìîs é de nuit é de jùr tùde lör gré,
Ôs Aux mortels viendront des graves misères apporter,mortèls viéndront dès griéves mizèrez aportér,
SanSans dire mot : aussi Jupiter leur ôte le parler.s dire môt : ôssi Jupitèr lör ôte le parlér.
105
ÉinAinsi ne peut s'éviter nulle part l'entente du grand Dieu.si ne pöt s'évitér nulepart l'antante du gran Diö.
Mais si tu veux moi même un conte tout autre te conterais si tu vös mø mèm' un konte tùt ôtre te kontrè
JanGentiment tout du long. Toi, mets-le au dedans de ton esprit :tìîmant tùdulong. Tø, mè-l' odedans de ton ésprit :
S'èC'est comme à coup sont nés les dieux et les hommes mortels.t kom'akùp sont nés lès Diös é lèz omes mortèls.
OROr des humains différents de parole, la race dorée fut DEZ UMÉINS diférans de parôle, la rasse doré' fut
110
SèlCelle que font tout premier les dieux qui d'Olympe habitants sont.e ke font tùpremiér lès Diös ki d'Olinp' abitans sont.
Ös Eux furent lors qu'au ciel encore Saturne commandait :furet' lôrs k'ôsiél ankôre Saturne komandøt :
Ös Eux comme dieux ils vivaient : et n'avaient nulle tristesse d'espritkome Diös i vivøt : é n'avøt nule tristése d'ésprit
SanSans et dehors ennuis et travaux : et la vieillesse fâcheusez é dehôrs annuis é travôs : é la vié£ése fa^çöz'
ÔkuAucunement ne venait. Et de pieds et de mains se ressemblantnemant ne venøt. É de piés é de méins se resanblans
115
MèmMêmes toujours, grand fête menaient bien loin de tous les maux.es tùjùrs, gran fète menøt bién lûiñ de tùlès môs.
PuiPuis comme surmontés de sommeil ils mouraient : et de tous bienss kome surmontés de somè£ i mùrøt : é de tùs biéns
Il Ils jouissaient : et le champ donne vie de lui même rapportaitjùisøt : É le çam donevìî de li mème raportøt
FôrForce bon et beau fruit. Eux libres et francs de volontése bon é beô fruit. Ös librez é frans de vùlonté
FèzFaisaient vie à recoi s'égayant à même si grands biens.øt vìî arekø s'égaìåans aÿ mème si grans biéns.
[f° 3 r°]
120
Ôr Or après que la terre couvrit cette race de mortels,après ke la tèrre kùvrit séte rasse de mortèls,
SonSont les bons démons, suivant le vouloir de ce grand Dieu,t lès bons Démons, suivant le vùlør de se gran Diö,
DémDémons surterrains les gardeurs des hommes mortels,ons surtèrréins lès gardörs dèz omes mortèls,
Qui prennent garde aux droits et méchants faits. D'air habillés vont :ý prenet gard' ôs drøs é méçans fès. D'èr abi£és vont :
VonVont partout sus terre l'aimable richesse départant.t partùt sus tèrre l'émable riçésse départans.
125
Voilà l'honneur qu'ils avaient et la charge royale qu'ils faisaient.la l'onör k'il avøt é la çarje Roiale k'i fèzøt.
Mais la seconde engeance qui fut beaucoup pire, d'argents la segond' anjanse ki fut beôkùp pire, d'arjant
LaLa firent être depuis, les dieux qui d'Olympe habitants sont,ý firet ètre depuis, lès Diös ki d'Olinp' abitans sont,
A sÀ celle d'or ne pareille de corps ne pareille de l'esprit.éle d'ôr ne parè£e de kôrs ne parè£e de l'ésprit.
MèsMais cent ans auprès de sa mère soigneuse, tout enfant sant ans ôprès de sa mère soñöze, tùtanfant
130
Un Un homme était nourri, nice, tendre, au couvert de sa maison.om' étøt nùrri, nìÁse, tandr', okùvèrt de sa mèzon.
PuiPuis quand l'âge venant amenait l'entière puberté,s kant l'a^je venant amenøt l'antiére pubèrté,
Un Un temps court ils vivaient ayant de la peine et du tourmenttans kùrt i vivøt aians de la péin' é du tùrmant
ParPar malavis : quand ils ne pouvaient d'outrage débordé malavis : kant il ne pùvøt d'ùtraje débordé
S'aS'abstenir entre eux-mêmes : et les dieux ils ne voulaient passtenir antr' ömèmez : é lès Diös il ne vùløt pas
135
SèrServir, ni sur les autels des heureux faire très bien,vir, nìþ sur lèz ôtèls dez Urös fére trèbién,
ÉinAinsi qu'il faut, sacrifice usité, comme prud'hommes faisaient.si k'i fôt, sakrifiss' uzité, kome prödomes fèzøt.
Or Or jupiter courroucé les abîma : car ils ne rendaient,Jupitèr kùrùsé lez abìîma : kaÿr i ne randøt,
Ni Ni le devoir ne l'honneur, aux dieux qui d'Olympe habitants sont.le devør ne l'onör, ôs Diös ki d'Olinp' abitans sont.
Mais après que la terre couvrit cette race de mondains,s après ke la tèrre kùvrit séte rasse de mondéins,
140
Ös Eux sont surterrains appelés, encore que mortels,sont surtèrréins apelés, ankôre ke mortèls,
ÖröHeureux : bien que seconds, d'un honneur toutefois honorés sont.s : Bién ke segons, d'uÂn onör tùteføs onorés sont.
PUPuis Jupiter, des humains différents de parole, fit un tiersIS Jupitèr, dez uméins diférans de parôle, fit un tiérs
JanGenre, tout autre, d'airin : qui à l'argent rien ne ressemblait :re, tùt ôtre, d'éréin : ki aã l'arjant rién ne resanbløt:
JanGenre de frêne, horrible, cruel. Qui avait cure sans plusre de frèn', ôrrible, kruèl. ki avøt kure sanplus
145
FèrFaire de Mars l'ouvrage piteux, et l'outrage : et ne mangeaite de Mars l'ùvraje pitös, é l'ùtraj' : É ne manjøt
Point de froment : et de dur diamant ils avaient le felon coeur,int de frùmant : É de dur diamant il avøt le felon kör,
GraGrands et hideux. Grand force ils avaient. Terribles à tenterns é hidös. Gran fôrs' il avøt. Tèrriblez aã tantér
LörLeurs meins, sur des membres massifs, des épaules s'allongeaient.s méins, sur dès manbres masìîs, dez épôles s'alonjøt.
ArmArmes d'airin ils avaient, et d'airin leur maison ils faisaient,es d'éréin il avøt, é d'éréin lör mèzon i fèzøt,
150
É bEt besognaient de l'airin. Et n'était en usage le fer noir.ezoñèt de l'éréin. É n'étøt an uzaje le fèr nør.
Ceux-ci tués des mains les uns des autres, de PlutonssìÁ tués dès méins lèz uns dèz ôtres, de Plu^ton
DiöDieu rigoureux dans l'ample demeure obscure descendus, rigùrös dans l'anple demör' oskuÿre désandus,
[f° 3 v°]
N'oN'ont nul honneur : et la mort noirâtre, horribles que ils sont eux,nt nuÂl onör : É la mort nøra^tr', ôrribles k'i sont ös,
LèzLes a pris : et de l'alme soleil laissèrent la clarté. a pris : É de l'alme sùlè£ lèssaret la klèrté.
155
Mais après que la terre couvrit cette race de mortels,s après ke la tèrre kùvrit séte rasse de mortèls,
ÔtrAutre quatrième engeance dessus la terre tout paissant,e kaÂtriém' anjanse desus laÿ tèrre Tùpèssant,
FitFit de Saturne le fils Jupiter : un genre, qui vaut mieux, de Saturne le Fis Jupitèr : un janre, ki vôt miös,
JusJuste meilleur tout divin, d'hommes héros. Eux appelés sontte mi£ör tùdivin, d'omes Érôs. Ös apelés sont
LèsLes demi-dieux de cet âge premier sur terre tout autour. demidiös de set a^je premiér sur tèrre tùtôtùr.
160
Ôr Or et la guerre méchante et la mêlée des rudes combats,é la gèrre méçant' é la mèlé' dès rudes konbas,
LèzLes uns tue devant Thèbes aux sept portes, que Cadmos uns tu^eæ davant Tèb' ô sèt pôrtes, ke Kadmus
KonConstruisit, comme là débattait d'Oedipe le bergeail :struizit, kome laã debatøt d'OEdipe le bèrja£ :
É lEt les autres, menés à travers les flots de la grand merèz ôtres, menés atravèrs lès flôs de la gran mèr
DanDans les naufs à Troye pour amour d'Hélène au riche et beau poil. lès nôs aÌ Trø' pùr amùr d'Élén' ô riç' é beô pøl.
165
OrOr là tous les enveloppa du trépas le final sort. laã tùs lèz anvelopa du trépas le final sôrt.
PuiPuis à l'écart des humains leur baillant vivre et séjour bon,s alékart dez uméins lör ba££ant vivr'é sejùr bon,
LèsLes retira Jupiter aux bouts de la terre demeurant. retira Jupitèr ôs bùs de la tèrre demörans.
É lEt là sont habitants et de soin et de tristesse d'espritaÿ sont abitans é de sûiñ é de tristése d'ésprit
LibLibres, dessur le profond océan aux îles des heureux,res, desur le profond Oséan ôs ìîlez dez Örös,
170
LèzLes heureux héros. Et pour eux sans lasser abondant Örös Érôs. É pùr ös san lassér abondant
PôrPorte le champ donne vie trois fois l'an son mielleux fruit.te le çam donevìî trøføs l'an son mìåélös fruit.
Ô Oh que je n'eusse jamais les humains cinquièmes fréquentés !ke je n'usse jamèz lez uméins sinkiémes frékantés !
MèsMais ou que né par après ou devant eux fusse trépassé ! ù ke né paraprès ù davant ös fusse trépassé !
S'èC'est à cette heure le genre de fer. Ne de jour ne de nuit, euxt astöre le janre de fèr. Ne de jùr ne de nuit, ös
175
N'ôN'auront trève ne paix, de travail et misère se perdantront trève ne pès, de trava£ é mizère se pèrdans
É rEt ruinant. Les dieux leur donneront peines et tourments :uìånans. lès Diös lör donront péinez é tùrmans :
MèsMais toutefois il auront quelque doux bien parmi le dur mal. tùteføs il aront kéke dùs bién parmi le dur mal.
OrOr Jupiter cette race d'humains de parole divisés Jupitèr séte rasse d'uméins de parôle divizés
PèrPerdra, lors que chenus ils auront aux tempes le poil blanc.dra, lôrs ke çenus il aront ô tanpes le pøl blank.
180
PluPlus le père aux enfants, ni ne semblent au père les enfants :s le pér' ôz anfans, ni ne sanblet oã Père lez anfans :
D'ôD'hôtes à hôtes n'a foi : des amis n'est plus la loyauté,tez aã ôtes n'a fø : Dez amis n'èt plus la loìåôté,
TèlTelle comme auparavant : ni le frère le frère ne tient cher.e kom' ôparavant : NìÁ le frère le frère ne tiént çiér.
LörLeurs père et mère qui sont tout soudain vieux, ils vilipenderont :s pér' é mère ki sont tùsùdéin viös, il vilipandront :
Voire les outrageront de propos indignes et fâcheux,re lez ùtrajeront de propôs indiñez é fa^çös,
185
LèsLes malheureux, ne sachant redouter Dieu. Mais ils ne pourront malurös, ne saçans redùtér Diö. Mès i ne pùront
[f° 4 r°]
RanRendre à leurs pères vieux qui les ont nourris, le loyer dû,dr' aã lörs Péres viös ki lez ont nùrris, le loìåér du,
AnpEmpoigne-droits. Leurs villes ils vont détruire par entre eux.oñedrøs. Lörs villez i vont dètruire parantr' ös.
PluPlus l'homme droit et de bien et de foi nulle grâce du bien faits l'ome drøt é de bién é de fø nule grasse du bién fèt
N'èN'est recevant : plus tôt l'homme faisant injure et forfaitt resevant : Plus tôt l'ome fèzant injur' é fôrfèt
190
An En révérence ils auront. En leurs mains vergogne et raisonrévérans' il aront. An lörs méins vèrgoñ' é rèzon
PluPlus ne sera. Le méchant au meilleur pour nuire détractants ne sera. le méçant oÌ mi£ör pùr nuire détraktant
FôtFaux témoignage dira : et se parjurera pour offenser.émoñaje dira : é se parjurera pùr ofansér.
An En tous les malheureux hommes est une rage, qui les suit,tùs lès maluröz omes èt uÂne raÿje, ki lès suit,
MalMal renommeuse, joyeuse du mal, dépiteuse à regarder.renomöze, joìåöze du mal, dépitöz' a regardér.
195
É dEt déceptant au ciel de la terre aux larges chemins longs,esetans ô siél de la tèrr' ô larjes çemins lons,
LörLeur beau corps qu'elles avaient et couvert et caché d'un habit blanc, beô kôrs (k'él avøt) é kùvèrt é kaçé d'un abit blank,
AntEntre la gent des dieux les trop dépravés hommes laissant,re la jant dès Diös lès trôp dépravés omes lèssant,
VèrVergogne et justice vont. Et douleurs facheuses demeurerontgoñ' é justise vont. É dùlörs façözes demùrront
Ôs Aux malheureux mortels : et du mal ne sera la guérison.malurös môrtèls : É du mal ne sera la gérizon.
200
ÔROr à cette heure une fable aux rois qui la savent je conterai. ASTÖR' uÂne fabl' ôs Røs ki la saÿvet je kontrè.
Ô rAu rossignol au cou grivelé parle ainsi l'épervier,ùsiñôl ô kù grivelé parl' éinsi l'éparviér,
HôtHaut d'une pointe en amont de sa main le troussant et le portant. d'uÂne pûint' anamont de sa méin le trùsant é le portant.
LuiLui, se trouvant de la serre crochue percé tout alentour,, se trùvant de la sèrre kroçu^ pèrsé tùtalantùr,
KrCrie se plaignant. L'oiseau le tenant de ce mot le rudoya.ìÎ se pléñant. L'øzeô le tenant de se môt le rudûia.
205
Ô Ô malheureux, tu te plains ? Un plus fort ore te tient pris.malurös, tu te pléins ? un plus fôrt ôre te tiént pris.
FôtFaut, quelque chantre que sois, que tu viennes la part que te porterai., kéke çantre ke søs, ke tu viénes lapart ke te portrè.
MonMon dîner, si je veux, te ferai : si je veux, je te lairrai. dìînér, si je vö, te ferè : si je vö, je te lèrè.
Fù,Fou, qui voudra pair à pair des plus forts faible résister. ki vùdra pérapèr dès plus fôrs føble rézistér.
GéiGain dessur eux il n'aura, mais, outre la honte, des ennuis.n desur ös i n'ara, mès, ùtre la honte, dez annuis.
210
ÉiAinsi des ailes planant lui remontrait l'isnel épervier.nsi dez èles planant li remontrøt l'isnél éparviér.
Ô PÔ Persès, la droiture suis : l'outrage ne poursuis.èrsès, la drøtuÂre sui : l'ùtraje ne pùrsui.
KarCar l'outrage détruit l'homme lâche : encore le vaillant l'ùtraje détruit l'ome la^ç' : ankôre le va££ant
ÉzéAisément ne le peut soutenir, qui s'accable dessous luimant ne le pöt sùtenir, ki s'aka^ble desùs lui
AnvEnveloppé de malheur. Mieux vaut celle voie par ailleurselopé de malör. Miös vôt séle vøie par a££örs
215
PùrPour bien suivre le droit. Droiture l'outrage débellant bién suivre le drøt. Drøtuÿre l'ùtraje débèllant
GanGagne venant à la fin. Quelque sot s'en avise le sentant.ñe venant a la fin. Kéke sôt s'an avìîze le santant.
JusJustice étant tordue a soudain les parjures auprès.tis' étant tortu^' a sùdéin lès parjurez ôprès.
Un Un bruit droiture suit quelque part qu'elle aille tirailléebruit drøture suit kéke part k'èl a££e tira££é'
[f° 4 v°]
DèzDes hommes mange-présents, quand ils font leurs jugements tors. omes manjeprézans, Kand il font lörs jujemans tôrs.
220
MèsMais elle suit déplorant la cité des peuples, et leurs moeurs, éle suit déplorant la sité dès pöplez, é lö' mörs,
D'èD'air habillée, le méchef et de grands maux aux hommes portant,r abi£é', le méçèf é de grans môs ôz omes portant,
PùrPour ce qu'ils l'ont déchassée, qu'ils ne l'ont pas droite départie. se k'i l'ont déçasé', k'i ne l'ont pas drøte départìî.
MèsMais, qui la justice font, tant aux citoyens qu'aux étrangers,, ki la justise font, tant ôs sitoiéns k'oz étranjiérs,
DroDroite ne rien dépravant, et du droit n'outrepassent la raison :ète ne rién dépravant, é du drøt n'ùtrepasset la rèzon :
225
LörLeur ville gaie fleurit : les peuples en elle s'égaieront. vile gèìåe florìît : lès pöplez an èle s'égèront.
ParPar leur terre demeure la paix nourrice des enfants : lö tèrre demöre la Pès nùrrisse dez anfans :
É JEt Jupiter au large voyant male guerre n'y met pas.upitèr ôlarjevoiant male gèrre n'i mèt pas.
OnkOnques aux humains qui la droiture font la disette ne court sus, oz uméins ki la drøture font la dizète ne kùrt sus,
N'ôN'autre méchef. Mais font toutes oeuvres de fête et de plaisir.tre méçèf. mès font tùtez övres de fèt' é de plèzir.
230
ForForce vitaille la terre produit : les chênes de leurs monts,se vita^£e la tèrre produit : lès çènes de lör mons,
PôrPortent le gland par en haut, au milieu les abeilles et leur miel.tet le glan paranhôt, omiliö lez abè£es é lör miél.
É lEt les ouailles lanières au temps se rechargent de toisons.ez ùè£es laniérez o tans se reçarjet de tøzons.
LèsLes femmes font semblables toujours aux pères les enfants, faÂmes font sanblables tùjùrs ôs pères lez anfans,
OntOnt foison sans cesse de biens : et ne vont voguer en mer føzon sansèsse de biéns : é ne vont vogér an mèr
235
DanDans les naufs : et le champ donne-vie leur porte le bon fruit.s lès nôs : é le çam donevìî lör porte le bon fruit.
Mais à tous ceux à qui plaît l'outrage méchant et le forfait,s aã tùsös aã ki plèt l'ùtraje méçant é le forfèt,
LörLeur jugement Jupiter au large voyant y résoudra : jujemant Jupitèr ôlarjevoìåant i rezùdra :
MèmMême souvent l'entière cité souffre pour l'homme pervers,e sùvant l'antiére sité sùfre pùr l'ome pèrvèrs,
KanQuand il commet de la faute, et brasse l'outrage et le forfait.d i komèt de la fôt', é brasse l'ùtraÿj' é le forfèt.
240
LôrLors Jupiter dessur eux de là sus surcharge de grands maux,s Jupitèr desur ös delasus surçarje de grans môs,
FéiFeim et peste à la fois. Le peuples y meurent tout partout.m é pést' aãlaføs. Lès pöplez i möret tùpartùt.
FaFemmes ne font enfants. Maisons se dépeuplent tous les jours :ýmes ne font anfans. Mèzons se dépöplet tùlèjùrs :
S'èC'est du vouloir de ce grand Dieu olympien. Aucune fois luit du vùlør de se grand Diö Olinpién. Ôkuneføs lui
Ù kOu quelque grand armée défera d'eux, ou quelque lieu fort,éke grand armé' défera d'ös, ù kéke liö fort,
245
Ù JOu Jupiter punira leurs vaisseaux en pleine mer pris.upitèr punira lörs vèsseôs an pléne mèr pris.
Ô Ô grands princes et rois et seigneurs, vous mêmes avisezGRANS Prinses é Røs é Siñörs, vùs mèmez avizés
TèlTel jugement. Pourtant qu'auprès des humains y a toujours jujemant. Pùrtant k'ôprès dez uméins i a tùjùrs
DèsDes dieux immortels, qui remarquent tous ceux qui de faux droits Diös inmortèls, ki remarket tùsös ki de fôs drøs
AntEntre eux vont se fouler, la crainte divine méprisant.r' ös vont se fùlér, la kréinte divìþne méprizans.
250
KarCar trois dix milliers il y a sus terre tout paissant trøs dis milìåérs il i aÿ sus tèrre tùpèssant
[f° 5 r°]
D'iD'immortels à Jupin, les gardeurs des hommes mortels.nmortèls a Jupin, lès gardörs dèz omes mortèls.
Ki Qui prennent garde et remarquent ici les droits et méchants faits,prénet gard' é remarket isìþ lès drøs é méçans fès,
D'èD'air habillés, qui revont visiter sus terre tout partout.r abi£iés, ki revont vizitér sus tèrre tùpartùt.
JuJustice fille du grand jupiter, est vierge de grand los,stise fi££e du grand Jupitèr, èt viérje de gran lôs,
255
BiéBien honorée, révérée des dieux qui d'Olympe habitants sont.n onoré', révéré' dès Diös ki d'Olinp' abitans sont.
Ôr Or elle, quand aucun la blessant l'offense de tort fait,éle, kant ôkun la blesant l'ôfanse de torfèt,
Vite, séant auprès Jupiter son père saturnin,Îte, séant ôprès Jupitèr son Père Saturnin,
DèsDes hommes va déclarer le méchant coeur, pour faire payer omes va déklarér le méçant kör, pùr fére pèiér
ParPar le sujet les torts des rois, qui de male volonté le sujèt lès tôrs dès Røs, ki de male vùlonté
260
VonVont ailleurs qu'il ne faut de travers la droiture tourner.t a££örs k'i ne fôt de travèrs laÿ drøtuÂre tùrnér.
DonDonc prenant bien garde à ceci, vous rois redressez vouske prenans bién gard' aã sesi, Vùs Røs radrésés vùs
ManMange-présents : et le droit dépravé, oubliez-l'et le laissez.jeprézans : é le drøt dépravé, ùblìåés-l' é le lèssés.
Pour soi même il apprête le mal qui l'apprête pour autrui :r sø mèm' il aprète le mal ki l'aprète pùr ôtrui :
É kEt qui le mal conseille, il ressent la malice du conseil.i le mal konséi£', i resant la malisse du konsè£.
265
L'L'oeil du grand Jupiter toute chose voyant et connaissant,ö£ du grand Jupitèr tùte çôze voìåant é konøssant,
TùtTout ce qui est ici-bas, s'il veut, il avise : et devant lui se ki èt isibas, s'il vöt, il avìîz' : É davant lui
N'èN'est recelé quelle justice fait chaque ville dedans soi.t reselé kéle justise fèt çéke ville dedans sø.
ÔROr à cette heure ni moi ni mon enfant justes ne soyons ASTÖRE ni mø ni mon anfant justes ne sûions
Ôz Aux hommes tels comme ils sont. Car c'est mal juste se montrer,omes tèls kom' i sont. Kar s'èt mal juste se montrér,
270
PuiPuis qu'aussi bien l'injuste a le plus grand voire meilleur droit.s k'osibién l'injust' a le plus grant vøre mi£ör drøt.
MèsMais je ne cuide que Dieu foudroyeur mène à fin tout ce mal fait. je ne kuide ke Diö fùdroiör mén'aã fin tùse mal fèt.
Ô Ô Persès boute donc en ton coeur tous ces avis bons,PÈRSÈS bùte donk an ton kör tùs sez avis bons,
DroDroiture oyant et croyant, et la force oublie du tout en tout :ètur' oìåant é kroìåant, é la fors' ùbli dutùt an tùt :
PuiPuis qu'aux humains cette loi fut posée par le Saturnin :s k'oz uméins séte lø fut pôzé' par le Saturnin :
275
Ôs Aux poissons, oiseaux, et bêtes cruelles, par entre euxpûsons, øzeôs, é bètes kruèles, par antr' ös
Soi manger : car en eux nulle justice être ne pourrait. manjér : kar an ös nule justiss' ètre ne pùrøt.
MèzMais aux humains il donna la vraie justice qui vaut mieux : oz uméins i dona la vrè justisse ki vôt miös :
KarCar si quelqu'un la sachant et conaissant, justice maintient si kékun la saçant é konøssant, justise méintiént
ParPar dit et fait, Jupiter au large voyant le bénir doit. dit é fèt, Jupitèr ôlarjevoìåant le bénir døt.
280
MèsMais qui allant témoigner jurera parjure de son gré ki alant témoñér jurera parjure de son gré
ManMentant faux : et le droit violant à jamais se fera tort,tant fôs : é le drøt vìåolant ajamès se fera tort,
É sEt sa lignée s'en ira par après obscure délaissée :a liñé' s'an ira paraprès oskuÿre délèssé' :
MèsMais la lignée du loyal par après plus noble demeurera. la liñé' du loial paraprès plus nôble demùrra.
[f° 5 v°]
ÔROr ton bien désirant je te dis, Persès malavisé. TON BIÉN dezirant je te dìî, Pèrsès malavìîzé.
285
Ô vAu vice l'on parvient tout à coup : tout à coup tu le prendrasise lon parviént tùtakùp : tùtakùp tu le pranras
ÉzéAisément. Le chemin est court : il demeure tout auprès.mant. Le çemin èt kùrt : i demöre tùtôprès.
MèsMais les immortels ont mis au devant de la vertu lèz inmortèls ont mis odavant de la vèrtu
PéiPeine et sueur : le chemin vers elles, est long et malaisé.n' é suör : le çemin vèrz èl', èt long é malèzé.
Raide premier, raboteux. Mais quand à la cime tu viendras,de premiér, rabotös. Mès kant aã la sìþme tu viéndras,
290
BiéBien qu'il fût fâcheux, par après se retrouve tout aisé.n k'il fu^t façös, paraprès se retröve tùt èzé.
TrTrès bon et sage celui qui de soi toute chose connaissant,èbon é saje selui ki de sø tùte çôze konøssant,
PùrPourvoira la meilleure qui vient à l'issue de ce qu'il fait :vøra la mi£öre ki viént aã l'isu^ de se s'il fèt :
BiéBien bon et sage celui qui du bien disant un avis croit.n bon é saÿje selui ki du bién dizant uÂn avis krøt.
MèsMais qui de soi ne connaît ce qui faut, ni d'un autre le conseil ki de sø ne konøt se ki fôt, ni d'uÂn ôtre le konsè£
295
An En l'esprit ne reçoit, vraiment celui est homme fainéant.l'ésprit ne resøt, vrèmant selui èt ome fèniant.
Mais toi ayant souvenance toujours de l'avis que te donnerai,S TOÈ aiant sùvenanse tùjùrs de l'avis ke te donrè,
Fais quelque fait, Persès noble sang : que la faim de ta maisonkéke fèt, Pèrsès noble sang : ke la féim de ta mèzon
Soit ennemie : que la bien couronnée dame gentille Cérèst anemìî : ke la biénkùrùné' daÂme jantile Sérès
Soit son amie : et de vivres abondants remplisse ton nid.t son amìî : é de vivrez abondans ranplise ton ni.
300
ÔssAussi la faim du tout est sortable et s'accoste du fainéant.i la féim dutùt èt sortabl' é s'akoste du fèniant.
DiöDieux et humains courroucés ensemble détestent, qui oisifs é uméins kùrùsés ansanble détéstet, ki ûzif
VitVit de pareille façon comme font les guêpes épointées : de parè£e fason kome font lès gèpez épûintés' :
Qui des avettes iront détruire la peine, la mangeantý dez avètez iront détruire la péine, la manjant
üzOisives. Or il te faut quelque honnête labeur faire à plaisir,ivez. Ôr i te fôt kék' onète labör fér' a plèzir,
305
K'aQu'en saison pour toi de vitaille se remplissent tes nids.n sèzon pùr tø de vita^£e se ranpliset tès nis.
LèzLes hommes en labourant sont riches de fruits et de bétail : omez an labùrant sont rìþçes de fruis é de bèta£ :
É mEt même en labourant des immortels favoriséèm' an labùrant dèz inmortèls favorizé
É dEt des humains tu seras. Bien fort ils abhorrent le fainéant.ez uméins tu sera. Biénfort il abôrret le fèniant.
NulNul déshonneur de travail : mais d'oisiveté déshonneur vient. dezonör de trava£ : mès d'ûziveté dezonör viént.
310
MèsMais si travailles, soudain que tu t'enrichiras, l'homme fainéant si trava£es, sùdéin ke tu t'anriçiras, l'ome fèniant
T'aT'enviera. La richesse t'amène et l'honneur et la vertu.nvìîra. La riçésse t'améin' é l'onör é la vèrtu.
MèsMais quelque fortune qu'aies c'est tout le meilleur, de travailler : kéke fôrtuÂne k'ès s'èt tùt le mi£ör, de trava££ér :
Si Si retirant l'esprit remuant et volage, de l'autruiretirant l'ésprit remuant é volaje, de l'ôtrui
SurSur la besogne, tu veux comme j'ai dit vivre travaillant. la bezonñe, tu vös kome j'è dit vivre trava££ant.
315
HonHonte, qui n'est bonne, suit l'homme pauvre et le mène anéanti :te, ki n'èt bone, suit l'ome pôvr' é le méin' anéanti :
[f° 6 r°]
HonHonte, qui aux hommes fait beaucoup de dommage et de grand bien.te, ki ôz omes fèt beôkùp de domaj' é de gran bién.
HonHonte, la faute de biens : des biens assurance l'honneur suit.te, la fôte de biéns : dès biéns asuranse l'onör suit.
LèsLes biens non rapinés et que Dieu donne, mieux valent beaucoup. biéns non rapinés é ke Diö done, miös valet beôkùp.
KarCar si quelqu'un d'une main violente entasse de grands biens si kékun d'une méin violant' antasse de grans biéns
320
Ù dOu de la langue en amasse, ainsi que souvent il adviendra,e la lang' an amass', éinsin ke sùvant il aviéndra,
LorLors que le gain des humains misérables abuse la pensée,s ke le géin dez uméins mizérablez abuze la pansé',
É kEt que la honte de néant la déhonte méchante de près suit,e la honte de niant la déhonte méçante deprès suit,
ÈzéAisément les dieux le défont : d'un tel homme cherrontmant lès Diös le défont : d'un tèl ome çèront
LèsLes maisons ruinées : bien peu sa richesse demeurera. mèzons ruìånés' : Bién pö sa riçésse demùrra.
325
É tEt tout de même à qui fait tort au suppliant ou étranger :ùdemèm' aã ki fèt tôrt ô suplìåant ù étranjiér :
É kEt qui de son frère va malheureux corrompre le saint lit,i de son frére va malurös korronpre le séint lit,
LarLarrecinant de sa femme l'honneur, toute vergogne faisant.resinant de sa fame l'onör, tùte vèrgoñe fèzant.
KonContre icelui Jupiter lui même s'aigrit à la parfintr' iselui Jupitèr lui mème s'égrìît alaparfin
PùrPour ses actes méchants d'une bien dure amende le chargeant. sès aktes méçans d'uÂne bién duÂr' amande le çarjant.
330
MèsMais le esprit remuant que tu as du tout ôte de ces faits : l'ésprit remuant ke tu as dutùt ôte de sès fès :
É sEt sacrifie aux dieux immortels, ainsi que pourras,akrifi' ôs Diös inmortèls, éinsi ke pùras,
BiéBien nettement : quelquefois le trumeau gras brûle devant eux,n nétemant : kékeføs le trumeô gras bru^le davant ös,
PrôPropice-les quelquefois par des libaments ou de l'encens,pise-lès kékeføs par dès libamans ù de l'ansans,
Soit t'en allant coucher, soit quand le jour alme reviendra,t t'an alant kùçér, søt kant le jùr alme reviéndra,
335
PùrPour faire qu'envers toi favorables se rendent et bontifs : fére k'anvèrs tø favorables se randet é bontìîs :
Toi achetant l'héritage d'un autre : et un autre le tien, non açetant l'éritaje d'un ôtr' : é un ôtre le tién, non
SilCil qui t'aime au banquet convieras, non qui te haïra : ki t'ém' ô bankèt konvìîras, non ki te hèra :
MèsMais sur tous convie, qui demeure auprès de ta maison. sur tùs konvìî, kìÁ demör' ôprès de ta mèzon.
KarCar s'il te vient quelque affaire nouveau qui requière secours prompt, s'i te viént kék' afère nùveô ki rekiére sekùrs pront,
340
LèsLes voisins tout déceints viendraient, le parent se receindrait. vûzins tùdéséins viéndrøt, le parant se reséindrøt.
Un Un voisin mauvais, si tu l'as, c'est perte : le bon, gain.vûzin môvès, si tu l'as, s'èt pèrte : le bon, géin.
Un Un qui a bon voisin, tout honneur il a, plaisir et confort :ki a bon vûzin, tùt onör il a, plèzir é konfort :
SanSans le méchant voisin possible ta vache ne mourrait.s le méçant vûzin possible ta vaÿçe ne mùrrøt.
PraPrendras juste mesure du voisin, juste la rendras,ndras juste mezure du vûzin, juste la randras,
345
É dEt de la même mesure et meilleure encore, le pouvant bien :e la mème mezur' é mi£ör' ankôr, le pùvant bién :
A sÀ ce qu'après, le besoin t'advenant, tu retrouves le plaisir.e k'après, le bezûin t'avenant, tu retröves le plèzir.
TùtTout le méchant gain fuis : le méchant gain n'est que malheurté. le méçant géin fui : le méçant géin n'èt ke malurté.
ÉimAime qui bien t'aimera : et requiers qui requerre te viendra :e ki bién t'émera : é rekiér ki rekèrre te viéndra :
FôtFaut donner au donne bien : et ne rien donner, au ne donnant rien. donér ô donebién : é ne rién donér, ô ne donant rién.
[f° 6 v°]
350
On On donne à qui donnera : qui ne rien donne, nul ne lui donnera.don' a kìþ donra : ki ne rién done, nul ne li donra.
BonBon le donner, mauvais le piller, qui la mort donne ou donnera. le donér, môvès le pi£ér, ki la mort don' ù donra.
KarCar l'homme franc de vouloir, encore qu'il fasse de grands dons, l'ome frank de vùlør, ankôre k'i fasse de grans dons,
A gA grand aise du don qu'il a fait, et se plait de l'avoir fait.rant èze du don k'il a fèt, é se plèt de l'avør fèt.
MèsMais qui le va rapiner de son outrecuidance le raflant, ki le va rapinér de son ùtrekudanse le raflant,
355
KèlQuelque petit que ce soit, il offense et traverse le bon coeur.ke petit ke se søt, il ofans' é travèrse le bon kör.
KarCar si dessus le petit le petit tu resserres amassé, si desus le petit le petit tu resèrrez amassé,
DruDru si le fais et menu, le petit grand chose deviendra. si le fès é menu, le petit gran çôze deviéndra.
Un,Un, qui dessur ce qu'il a boute toujours, souffraite fuira. ki desur se k'il a bùte tùjùrs, sùfréte fuira.
TùtTout ce qui est serré ne soucie plus dans une maison. se ki èt sèrré ne sùsìî plus dans uÂne mèzon.
360
S'èC'est le meilleur au dedans le tenir : au dehors y a danger.t le mi£ör odedans le tenir : odehors i a danjiér.
S'èC'est plaisir tout prêt le trouver : c'est un crève-coeur grand,t plèzir tùprèt le trùvér : s'èt un krevekör grand,
PùrPour ne l'avoir de chômer. Je t'avertis donc d'y penser. ne l'avør de çomér. Je t'avèrtìî donke d'i pansér.
KaQuand le muid entameras, quand l'achèveras, tire à grands pots :nt le muÂi antameras, kant l'aÿçéveras, tir' a grans pôs :
Fais de l'épargne au milieu : au bas le ménage ne vaut rien.de l'éparñ' omiliö : ô bas le ménaje ne vôt rién.
365
KanQuand le loyer tu diras à l'ami, bon soit et suffisant :t le loìåér tu diras aã l'ami, bon søt é sufizant :
Ô fAu frère en te riant le témoin de l'affaire tu prendras :rèr' an te rìåant le témûiñ de l'afère tu prandras :
Égaégalement défiance et fiance ont des hommes perdus.lemant défìåans' é fìåans' ont dèz omes pèrdus.
Mais qu'une femme qui fait le métier, ne séduise ton esprits k'uÂne faÿme ki fèt le métiér, ne séduize ton ésprit
D'uD'un langage affété, ton nid pilleresse recherchant.n langaj' afété, ton ni pi£erèsse reçèrçant.
370
Un Un qui se fie à putain, celui aux larrons se fier peut.ki se fi' aã putéin, selui ô larrons se fìåér pöt.
FiFils, qui unique serait, garderait d'un père la maisons, ki uÂnìþke serøt, gardrøt d'un père la mèzon
SanSans la dérompre : ainsi croîtrait la richesse de l'hôtel :s la déronpr' : Éinsin krøtrøt la riçésse de l'ùtèl :
MèsMais vieil puisses mourir y délaissant autre second fils. vié£ puisses mùrir i delèssant ôtre segond fis.
ÈzéAisément Jupiter à plusieurs baille de grands biens.mant Jupitèr aã pluziörs ba££e de grans biéns.
375
PluPlusieurs plus soigneront : et soignant plus, plus ils acquerront.ziörs plus soñeront : é soñant plus, plus il akèrront.
Ôr Or si dedans ton coeur le courage désire d'amasser,sìÁ dedans ton kör le kùraje dezire d'amassér,
Fè-Fais-z-ainsi, de l'ouvrage toujours sur ouvrage rechargeant.z-éinsin, de l'ùvraÿje tùjùrs sur ùvraje reçarjant.
SI Si le proème te plaît tu auras les oeuvres et les jours.LE PROÈME TE PLÈT TU ARAS LÈS ÖVRES É LÈS JÙRS.
Mètre : Dactylique. La quasi-totalité des vers sont des hexamètres.
v. 4 : heptamètre.
v. 70 : heptamètre.
v. 243 : Dans son manuscrit, Baïf avait probablement signalé par un micron la correption de Diö en hiatus devant voyelle initiale. Pour l'imprimeur, cet ajout n'était techniquement pas possible.
v. 295 : lui en hiatus subit une correption dont on s'attendrait à ce qu'elle soit signalée par un micron.
v. 296 : Même remarque pour TOÈ en hiatus.
v. 370 : Même remarque pour selui en hiatus.

Variantes et remarques :
v. 46 : vìåéndront. Le second n est suscrit.
v. 61 : dedans. L'n est suscrit.
v. 127 : on a l'impression de lire dépuis.
v. 142 : diférans. L'n est suscrit.
v. 164 : on a, avec ce vers, le premier accent apparemment aigu du recueil. Au vu de leur caractère exceptionnel dans les Étrénes, on peut se demander si les quelques accents aigus rencontrés traduisent une intention réelle de Baïf ou ne sont pas plutôt des coquilles. Dans le cas présent, on s'attendrait à trouver .
v. 167 : coquille : Jupiter.
v. 191 : autre occurence inattendue et, apparemment, illogique d'un accent aigu. C'est qu'on attend.
v. 202 : anamont. Le second n est suscrit. portant. L'n est suscrit.
v. 268 : sûions. L'n est suscrit.
v. 272 : bons. L'n est suscrit.
v. 275 : coquille : øzéôs.
v. 284 : dezirant. L'n est suscrit.
v. 356 : coquille : lé petit (la seconde fois).