PROBLME D'AFFICHAGE ?
DICTIONNAIRE
retour
virga
avance
rubriqueJean-Antoine de Baf
rubriqueAvertissement
rubriqueIntroduction
rubriquePsautier 1573
rubriqueLivre I
rubriqueLivre II
rubriqueLivre III
rubriquePsaume 73
rubriquePsaume 74
rubriquePsaume 75
rubriquePsaume 76
rubriquePsaume 77
rubriquePsaume 78
retour
rubriquePsaume 79
rubriquePsaume 80
rubriquePsaume 81
rubriquePsaume 82
rubriquePsaume 83
rubriquePsaume 84
rubriquePsaume 85
rubriquePsaume 86
rubriquePsaume 87
rubriquePsaume 88
rubriquePsaume 89
rubriqueLivre IV
rubriqueLivre V
rubriqueEtrnes 1574
rubriqueChansonnettes
rubriquePsautier 1569
rubriqueMusique
rubriqueGlossaire mtrique
rubriqueBibliographie
 
Pour une translittration en orthographe standard, survolez l'initiale des vers !
pdfFichier pdf
mtriqueAfficher mtrique
mtriqueLgende

SME .LXXVIII.

mon peuple entends les enseignements que te donnerai : MON PPL' Antan lz ansemans ke te donri :
[f 61 r]
PrPrte l'oreille aux mots que je vais de ma bouche prononcer.te l'or' _ ms ke je va^ de ma be prononsr.
reOre ma bouche ouvrirai pour narrer graves et hauts dits. ma b' vrir pr narrr gravez h_ dis.
D_Des hauts faits recachs te dduirai. Tout ce que des vieux h_ fs rekas te dduir. Tt se ke d_ vi^s
5
AntEntendu nous avons et connu : ce que nos pres anciensandu nz avons konu : se ke n_ prez ansins
ssAussi nous ont rvl, ne celons la race qui natra nz ont rvl, ne selons a la rasse ki ntra
DzDes enfants venir. Contons la louange du Seigneur anfans avenir. Konton la lanje du Sir
lEt le pouvoir de sa force : et la merveille trange de ses faits.e pvr de sa frs' : la mrv' tranje de s_ fs.
AnEn Jacob par dit ceci ordonna : un statut exprs Jakp par dit ses rdona : un statut sprs
10
Il Il fit en Isral, enchargeant nos pres anciens,ft an Isseral, anarjant n_ prez ansins,
D'D'tre soigneux les apprendre et raconter et montrer leurs fils,tre so^s lez aprandr' rakontr montrr a l^_ Fs,
TanTant que la postrit sache ses faits : tant que les enfantske la pstrit sae s_ fs : Tanke lez anfans
PuiPuissent leurs enfants les enseigner, ainsi qu'ils viendront.sset a lrz anfans l^s ansr, insi k'i vindront.
TanTant que du tout la fiance de leur salut ils mettent en Dieu,ke du tt la fianse de lr salut il mtet an Di,
15
kEt qu'entre eux ne s'en aille abolir la mmoire de ses faits :'antr' s ne s'an a' abolir la mmre de s_ fs :
kEt que de Dieu les dits soient entre eux sauves et gards :e de Di lez dis st antr' s svez gards :
nEt ne ressemblent leurs bisaeux, engeance qui toujourse resanblet a lrs bizais, anjanse ki tjrs
FutFut dloyale et rebelle, engeance qui onques n'affermit deloial' rebl', anjanse ki onke n'afrmit
SonSon coeur net : et qui onques Dieu fidle me ne porta. kr nt : ki onkez a Di fidl' a^me ne prta.
20
LLes enfants d'phram bien arms, justes lancerz anfans d'fram bin arms, justez a lansr
LLoin la sagette de l'arc, au-jour et -l'heure du combati la sajte de l'ark, -jr a-l're du konbat
TrTournrent : aussi de Dieu l'alliance promise ne gardaient,nret : ssi de Di l'alianse promze ne gardt,
nEt ne tenaient le chemin de sa loi : mais lches en oubli,e tent le emin de sa l : M^s la^es an bli,
D_Des hauts faits qu'il avoit montrs, le miracle dlaissaient. h_ fs k'il avt montrs, le mira^kle dlsst.
25
An En la prsence de leurs bisaeux grands merveilles il fitla przanse de lrs bizais gran_ mrvez il fit
DanDans le pays d'gypte aux champs de Tsoan se dmontrant.s le pas d'jipt' _ ams de Soam se dmontrant.
LaLa grand mer sparant la coupa : son peuple il traversa : gran mr sparant la kpa : son ppl' travrsa :
FitFit comme en un monceau -et-l toute l'onde s'arrter. kom' an un monse sa--la tte l'onde s'ar^tr.
DanDans une nue de jour le mena : d'une flamme qui luisaitz une nu^e de jr le mena : d'une flanbe ki luizt
[f 61 v]
30
KlClaire de nuit le guida. Du rocher les veines il ouvritre de nuit le gida . Du roir l_ vinez il vrit
DanDans le dsert : et donna secourable un abme de boisson.s le dezrt : dona sekrabl' un abme de bson.
HrHors de la roche tira des ruisseaux : il fit grand flocs de la re tira d_ ruises : Il ft agranflk
EsEaux dcourantes aval se ruer comme fleuves lancs. dkrantez aval se rur kome flvez lanss.
AnkEncore ont ils pch raigrissant la colre du trs hautorez ont i pe rgrisant la kolre du tr^_ ht
35
DanDans le dsert : leur Dieu dans leurs coeurs tentrent encore,s le dezrt : lr Di dan l^ krs tantret ankr,
HaHaves leur gourmand apptit mangeaille demandant.vez a lr grmand aptit manjae demandans.
MuMurmur ont de Dieu disant. Dieu ore ne peut ilrmur ont de D dzant. D re ne pt il
DanDans le dsert sauvage une table de vivres apprter ?s le dezrt svaj' une table de vivrez apr^tr ?
LaL le rocher il frit : les eaux se dgorgent l'instant : le roir i frit : lz es se dgrjet alinstant :
40
FlFleuves en ont couru hors se rpandant. Ore ne peut-ilvez an ont kru hrs se rpandans. re ne pt-il
An En ce besoin et de pain et de chair son peuple raffrachir ?se bezi de pin de r son pple rafr^ir ?
rOr le Seigneur les out : s'en chauffe : la flamme du courroux le Sir lez t : s'an fe : la flanme du krrs
KonContre Jacob ralluma : contre Isral se refora :tre Jakp raluma : kontr' Isseral se rfrsa :
PrPour ce qu'ils n'ont fond sur Dieu l'assurance de leur foi, se k'i n'ont fond sur Di l'asuranse de lr f,
45
kEt qu'ils n'avaient certain espoir du secours de sa bont.'i n'avt srtin spr du sekrs de sa bont.
NNous il enhorte l-haut : du ciel les portes il ouvrit :us il anrte laht : du sl l_ prtez il vrit :
PluPlut de la manne sur eux pour manger : leur donne plentt de la manne sur s pr manjr : lr don' aplant
MMme du ciel le froment. Des anges le pain l'homme mangea.me du sil le frmant. Dz Anjes le pin l'ome manja.
VivVivres il leur versa tout leur saoul jusqu' se gorger.rez i l^ vrsa t_ lr s jusk'a se grjr.
50
L_Les vents d'ouest et de sud au ciel de sa force il lana : vans d'st de sud sil de sa frs' il lansa :
PluPlut dessur eux de la chair plus dru que la poudre : et des oiseauxt desur s de la r plu_ dru ke la p^dr' : dez zes
ssAussi menu que le sable de mer, qu'il jette de leur campi menu ke le sa^ble de mr, k'il jte de lr kam
ParPar le milieu -et-l : les part des tentes alentour : le mili sa--la : lez part d_ tantez alantr :
TanTant qu'ils en ont mang tout leur saoul. Leur apptit gloutk' il an ont manj t_ lr s. Lr aptit glt
55
Il Il gorgea tout l'heure souhait : frustr ne demeuragrja ttalr' asht : frustr ne demra
LrLeur dsir : en leur bouche ils avaient encore le manger, dezir : An lr bc' il avt ankre le manjr,
L'L'ire de Dieu monta dessur eux. Il tue de-par entre euxre de Di monta desur s . Il tu^ de-parantr's
L_Les plus gras : et la fleur de tout Isral renversa. plu_ gra^s : la flr de tt Isseral ranvrsa.
[f 62 r]
AnkEncore ont ils pch ne croyant le miracle de ses faits :orez ont i pe ne kroians le mira^kle de s_ fs :
60
PrPour ce abrgea leurs jours, et soudain leurs ans anantit.s' abrja l^ jrs, sdin lrz ans anantit.
TanTant qu'il les mit mort, le quraient : vers Dieu se retournaient,k' il l^_ mt a mrt, le kert : v^r Di se retrnt,
dEt de matin se levaient le recherchant. Lors se remordaiente matin se levt le rerans . Lr se remrdt
KonConfessant que le Dieu trs haut est leur roc et sauveur.fssans ke le Di tr_ ht ^t lr rok svr.
dEt de la bouche lui ont blandi : de la langue lui mentaient :e la be li ont blandi : de la lange li mantt :
65
OnkOnques le coeur vers lui n'eurent entier : onques loyalemente le kr v^r lui n'uret antir : onke loimant
KonComport ne se sont gardans l'alliance de leur Dieu.prt ne se sont gardans l'alianse de lr Di.
LuLui toutefois pitoyable et bnin leur faute supporta :i ttefs pitoiabl' bnin lr fte suprta :
LrLeur fit grce : et ne les extermina : ains il dtourna fit grass' : ne lz kstrmina : ins i dtrna
D'D'eux sa fureur : et son ire du tout dessur eux ne dlcha.s sa furr : son re dutt desur s ne dla^a.
70
MsMais se souvint qu'ils taient de la chair : un souffle qui s'en va, se svint k'il tt de la r : un sfle ki s'an va,
kEt qui depuis qu'une fois s'en va ne retourne jamais plus.i depuis k'une fs s'an va ne retrne jam_ plus.
Oh que de fois ils l'ont enaigri ! Que de fois le refchant ke de fs il l'ont angr ! ke de fs le refa^ant
DanDans le dsert sauvage agac l'ont ! Mme ils retournaients le dezrt svaj' agas l'ont ! m^m' i retrnt
KpCoup sur coup tenter leur Dieu. Des bornes ils ont mis sur kp tantr lr Di . D_ brnez il ont mis
75
Au saint d'Isral. De sa main la mmoire ne gardaient, sint d'Isseral . De sa min la mmre ne gardt,
Ni Ni de ce jour qu'il les retira d'oppresses et d'ennuis,de se jr k'il ls retira d'prssez d'annuis,
Ni Ni des signes ouverts que dedans gypte dmontra,ds siez vrs ke dedans jipte dmontra,
Ni Ni des faits que dedans le pays de Tsoan il accomplit.d_ fs ke dedans le pas de Soan il akonplit.
PrPour leur boire ter, tourne en sang fleuves et ruisseaux : lr br' tr, trn' an sang flvez ruisses :
80
LrLeur jette mouches, ils en sont mangs : raines et serpents, jte mez, il an sont manjs : rnez srpans,
DonDont ils sont ruins. Leurs fruits la vermine laissa :t il sont runs . L^ fruis a la vrmine lssa :
LrLeur misrable labeur il donne aux langoustes ronger. mzrable labr i don' _ langustez a ronjr.
LrLeurs vignes il grla : d'une froide bruine broua touss vez il gr^la : d'une frde brne bra ts
LrLeurs figuiers : et de grle assomma leurs btes : et perdits figirs : de gr^l' asoma l^r b^tez : prdit
85
LrLeur btail pturant d'une braise ardente foudroy. bta paturant d'une br^z' ardante fdri.
Il Il darda contre eux la chaleur brlante de son nez,darda kontr' s la alr brulante de son n^s,
IreIre, fureur, tourment : et de mauvais anges une horreur., furr, trmant : de mv^s Anjez un' rrr.
vrOuvre de son courroux le chemin : leur me n'pargnante de son krrs le emin : lr a^me n'parant
[f 62 v]
LzLes expose la mort : leur vie la peste dlaissa. spz' a la mrt : lr v' a la pste dlssa.
90
TtTout le premier-naissant dans gypte il frappe partout, le premir-nssant dans jipt' il frape partt,
LzLes ans de valeur par les pavillons que tenait Cham. ^ns de valr par ls pavions ke tent Kham.
inAinsi qu'ouailles, il fait srement son peuple traverser :si k'ez, i ft suremant son pple travrsr :
ParPar le dsert ainsi que troupeau les mne traversant. le dezrt insin ke trpe l_ mine travrsans.
Il Il les conduisit non effrays en toute sret :ls konduizit nonfrs an tte surt :
95
RiRien ne craignaient ; mais leurs ennemis de la mer furent enclos.n ne krt ; ms lrz anemis de la mr furet ankls.
LzLes amne aux confins ddis sa sainte majest, amn' _ konfins ddis a sa sinte majst,
DroDroit ce mont sacr, que sa dextre elle mme se conquit.t a se mont sakr, ke sa d^tr' le m^me se konkit.
HrHors du pays dchassa du paen l'engeance devant eux :s du pas dasa du pain l'anjanse davant s :
Au cordeau mesura l'hritage pour eux : il hbergea, krde mezura l'ritaje pr s : il brja,
100
Aux pavillons qu'ils avaient, de son Isral les cantons._ pavions k'il avt, de son Isseral l_ kantons.
MMais derechef ils se sont dvoys : comme leurs pres ils onts deref i se sont dvois : kome lrs Prez ilz ont
FFait flonie, comme l'arc fautif rebours se recambrant.t felon', kome l'ark ftif a rebrs se rekanbrant.
AnkEncore ils l'ont tent raigrissant la colre du haut Dieu.or' i l'ont tant rgrisant la kolre du ht Di.
N'oN'ont gard ses dits, le sacr tmoignage de son veuil.nt gard sez dis, le sakr tmoaje de son v.
105
ParPar des temples ils l'ont provoqu : des idoles ils ont fait, d_ tanplez i l'ont provok : dez idlez il ont ft,
D'D'une jalouse fureur renflammant l'ire de leur Dieu.une jal^ze furr ranflanbans l'ire de lr Di.
DiDieu les out : s'en meut : et tout Isral en abhorra lez t : s'an mt : tt Isseral an abrra
BiBien fort. Part du manoir de Silo : quitte son pavillon saintnfrt . Part du manr de Silon : kite son pavion sint
O demeurait parmi les humains : souffre prendre sa vertu : demrt parm lez umins : sfre prandre sa vrtu :
110
_ s mains des ennemis son honneur vnrable dlaissa :mins d^z anemis son onr vnrable dlssa :
MMet son peuple au fil de l'pe : l'hritage qu'il aimaitt son ppl' fil de l'p^ : l'ritaje k'il imt
paAuparavant, il l'abhorre dpit, de sa grce repouss.ravant, i l'abrre dpit, de sa grasse repss.
F Feu dvora jeune gens : filles ont fait perte de leur los :dvora junejans : fiez ont ft prte de lr ls :
PrPrtres mort sont mis du couteau : les veuves de leur deuiltrez a mrt sont ms du kte : l_ vvez de lr d
115
N'oN'ont eu le bout. Le Seigneur s'veilla comme d'un somme saillant,nt u le bt . Le Sir s'va kome d'un some saant,
An En la faon du bragard chevalier que le vin ragaillardit.la fason du bragard evalir ke le vin rgaardt.
SzSes ennemis derrire frapps jamais il ahontit : anemis darrire fraps ajams il ahontt :
ParPar lui fut rejete vilement la demeure de Joseph. lui fut rejet^ vilemant la demre de Jzf.
PluPlus ne chrit la tribu d'phram : mais celle de Judas ne rit la tribu d'fram : ms sle de Juda
[f 63 r]
120
oChoisit adonc, et le mont de Sion que dessur tout il aima.zit adonk, le mont de Son ke desur tt il ima.
LaL btit son temple sacr, comme un ample palais haut, ba^tit son tanple sakr, kom' un anple pal_ht,
FonFond stable jamais, tant tant que la terre demeurera.d stabl' ajams, tant tant ke la trre demrra.
DDavid son servant il lut. De l'table du bergeailavid son srvant il lut. De l'table du brja
dEt des parcs le tira. D'auprs des ouailles il l'ta,_ pars le tira . dprs dez ez i l'ta,
125
PrPour de Jacob qu'il avoue son cher peuple tre le pasteur, de Jakp (k'il av^ son r ppl') ^tre le pastr,
dEt de son Isral, hritage qu'il aime dessur tout.e son Isseral, ritaje k'il ime desur tt.
rOr lui en intgrit d'un coeur dbonnaire gouvernant lui an intgrit d'un kr debonre gvrnant
GarGarde ce peuple, et le mne dessous la prudence de ses mains.de se ppl', le mine dess la prudanse de s_ mins.
Mtre : Dactylique. Tous les vers sont des hexamtres. Au v. 58, on a le cas, exceptionnel, o le cinquime mtre est un sponde.

Variantes et remarques :
v. 34 : marque triangulaire dans la marge de gauche. v. 36 : manjae a t ajout au-dessus de la vande, biff.
v. 47 : ut de Plut a t ajout au-dessus d'un pt. a plant est runi par une marque de liaison.
v. 56 : le caractre c, qui ne fait pas partie du systme graphique de Baf, apparat ici exceptionnellement dans une ligature cch dont la fonction est de faire position.
v. 94 : non fris est runi par une marque de liaison.
v. 115 : u le bt a t ajout au-dessus de mis fin, biff.