PROBLÈME D'AFFICHAGE ?
DICTIONNAIRE
retour
virga
avance
rubriqueJean-Antoine de Baïf
rubriqueAvertissement
rubriqueIntroduction
rubriquePsautier 1573
rubriqueLivre I
rubriqueLivre II
rubriqueLivre III
rubriquePsaume 73
rubriquePsaume 74
rubriquePsaume 75
rubriquePsaume 76
rubriquePsaume 77
rubriquePsaume 78
rubriquePsaume 79
rubriquePsaume 80
rubriquePsaume 81
rubriquePsaume 82
rubriquePsaume 83
rubriquePsaume 84
rubriquePsaume 85
rubriquePsaume 86
rubriquePsaume 87
rubriquePsaume 88
retour
rubriquePsaume 89
rubriqueLivre IV
rubriqueLivre V
rubriqueEtrénes 1574
rubriqueChansonnettes
rubriquePsautier 1569
rubriqueMusique
rubriqueGlossaire métrique
rubriqueBibliographie
 
Pour une translittération en orthographe standard, survolez l'initiale des vers !
pdfFichier pdf
métriqueAfficher métrique
métriqueLégende

SÉÔME .LXXXVIII.

SÉISeigneur Dieu sauveur, jour et nuit je lamente devant toi :ÑÖR DIÖ SÔVÖR, jùré nuit je lamante davantÄ tø :
[f° 68 r°]
PuPuisse mon humble prière en ta présence venir.isse mon unble prièær' an ta prézanse venir.
PrPrête l'oreille à ma plainte : mon âme est saoule de tourments :èÎte l'orè£' a ma pléinte : mon a^m' è^t sù^le de tùrmans :
VoVoire ma vie s'en va près du sépulcre hideux.ère ma vìî s'anva près du sépulkre hidös.
5
Même du nombre de ceux je me tiens, qui descendent élanguisÎme du nonbre de sös je me tién, ki désandet élangis
ÔAu tombeau. L'homme suis en qui sa force défaut.á tunbeô . L'ome suis an_ki sa fôrse défôÎt.
Moi quitte par les morts, comme ceux qui sommeillent étendus kite par lè_ môrs, kome sös ki somè£et étandus
DaDans le caveau, navrés d'une blessure de mort :n_ le kaveô, na^vrés d'uÿne blesu^re de môrt :
DonDont plus n'as souvenance, et qui sont de ta main trop écartés :t plus n'asÄ sùvenans', é ki sont de ta méin trop ékartés :
10
DaDans un creux tu me mets, dans le profond ténébreux.nz un krös tu me mès, dans le profond ténébrös.
TonTon bouillonnant courroux sur mon chef s'est tout élancé, bù£onant kùrrùs sur mon çèf s'è^t tùtélansé,
VoVoire de tous tes flots m'as fracassé, me battant.ère de tùs tè_ flôás m'asÄ frakasé, me batant.
MèsMes familiers as fait s'éloigner de moi : ores abhorrer familiérs a^_ fètã s'éloñér de møÀ : ôrez abôrrér
D'D'eux tu me fais. Enclos suis, et ne puis échapper.ös tu me fès . anklôs suis, é ne puis éçapér.
15
MôrMorne mon oeil ternit de douleurs : et je t'invoque, Seigneur,ne mon ö£ tèrnìît de dùlörs : é je t'invoke, Séiñör,
Tout le jour ; et mes mains j'ouvre dévotes à toi.t le jùÂr ; é mè_ méins j'ùvre dévôÎtez a tø.
Fais tu miracle aux morts ? Relevés ta louange diront-ils ?Î_ tu mira^kl' ôÊ_ môrs ? relevés ta lùanje diront-il ?
ÔAu tombeau ta faveur, tes vérités à la mort,á tunbeô ta favör, tè_ vérités a la môrt,
PubPubliera-t--on ? Et dans l'horreur ténébreuse saura-t--onliraÌ-t-oÂn ? ÉÂ dans l'ôrrör ténébröze sara-t-on
20
Tes hauts faits ? Ou ta justice à la terre d'oubli ?_ hôÎ_ fès ? ù ta justiss' a la tèrre d'ùbli ?
ÔÎÔ Seigneur, je te crie : ma prière matin te préviendra : séiñör, je te krìî : ma prièære maÂtinã te préviéndra :
KoQuoi ? Me cacher le visage ? Et ma chère âme éloigner ?è ? me kaçér le vizaj' ? éÿ ma çér' a^m' éloñér ?
TrôTrop misérable je suis, dès ma-grand jeunesse traînant :p mizérable je suis, dès maÿ-gran jönése tréinant :
AnEn suspens de ta part j'endure peurs et frayeurs. suspans de ta part j'andure pörs é fraæiörs.
25
Tes courroux et fureurs se débordant passèrent sur moi :sÄ kùrrùs é furörs se débôrdans passéretÄ sur mø :
Tes terreurs m'abattant m'ont tout à plat ruiné :sÄ tèrrörs m'abatant m'ont tùtaplat ruìåné :
Èl Elles m'ont environné comme flots sans cesse tous les jours,m'ont anvironé kome flôsã sans sèsse tùlè^jùrs,
ÈlElles m'ont ainsi que flots environné tout à coup. m'ont éinsi ke flôsã anvironé tùtakùp.
MonMon voisin, mon ami, s'éloignaient de moi. Ainsi tu as fait vøzin , mon ami, s'éloñøÎt de møÀ. Éinsi tu a^_ fètã
30
MMêmes en obscurité mes familier se cacher.èÎmez an ôskurté mè_ familiérs se kaçér.
Mètre : Dactylique. Distiques élégiaques.