PROBLÈME D'AFFICHAGE ?
DICTIONNAIRE
retour
virga
avance
rubriqueJean-Antoine de Baïf
rubriqueAvertissement
rubriqueIntroduction
rubriquePsautier 1573
rubriqueEtrénes 1574
rubriqueChansonnettes
rubriquePsautier 1569
rubriqueLivre I
rubriquePsaume 1
rubriquePsaume 2
rubriquePsaume 3
rubriquePsaume 4
rubriquePsaume 5
rubriquePsaume 6
rubriquePsaume 7
rubriquePsaume 8
rubriquePsaume 9
rubriquePsaume 10
rubriquePsaume 11
rubriquePsaume 12
rubriquePsaume 13
rubriquePsaume 14
rubriquePsaume 15
rubriquePsaume 16
rubriquePsaume 17
rubriquePsaume 18
retour
rubriquePsaume 19
rubriquePsaume 20
rubriquePsaume 21
rubriquePsaume 22
rubriquePsaume 23
rubriquePsaume 24
rubriquePsaume 25
rubriquePsaume 26
rubriquePsaume 27
rubriquePsaume 28
rubriquePsaume 29
rubriquePsaume 30
rubriquePsaume 31
rubriquePsaume 32
rubriquePsaume 33
rubriquePsaume 34
rubriquePsaume 35
rubriquePsaume 36
rubriquePsaume 37
rubriquePsaume 38
rubriquePsaume 39
rubriquePsaume 40
rubriquePsaume 41
rubriqueLivre II
rubriqueMusique
rubriqueGlossaire métrique
rubriqueBibliographie
 
Pour une translittération en orthographe standard, survolez l'initiale des vers !
pdfFichier pdf
métriqueAfficher métrique
métriqueLégende

SÉÔÎME ,XVIII.

ÔDE Dikôle . le I . è^t Daktylike Héxamétre
kadansé an deus syllabes.
- U U , - U U , - U U, - U U , - U U , - - .
Le II. ìåanbike Trimétre nonkadansé.
X - U - , X - U - , X - U - .
 
SIRSire ma force tu es et défense : je t'aime de bon coeur.E ma forse tu è^s é défanse : je t'éime de bon keur.
Pour vrai le Seigneur est ma roche est mon recours.rvrè le séiñeur è^t ma rôkɇ è^t mon rekùrs.
MonMon Dieu c'est ma retraite ma tour mon donjon et mon fort : DIEU s'è^t ma retrète ma tùr mon donjon é mon fôrt :
AnEn Dieu je trouve mon pavois ma sauveté. DIEU je treuve mon pavø ma sôveté.
5
J'iJ'invoquerai le Seigneur, le Seigneur très digne je louerai :nvokerè le siñeur, le siñeur très diñe je lùrè :
Soudain me verrai sauf de tous mes ennemis.déin me vèrrè sôf de tùs mes annemis.
AnvEnvironné de douleurs de la mort terrible me sentais :ironé de dùleurs de la môrt tèrrible me santø :
J'J'étais de torrents des méchants tout effrayé :étø de tôrrans dès méçans tùt éfroæié :
AnkEnclos tout par tout me trouvais d'enceinte de l'enfer,lôs tùt par tùt me trùvø d'anséinte de l'anfèr,
10
PrPresque attrapé des froids liens du noir trépas :è^kɇ atrapé dès frøsã lìåéns du nør trepas :
AnpEmpressé de méchef j'appelais à mon aide le Seigneur :rèssé de méçèf j'apeløz a mon éìÎde le séiñeur :
Courant à mon Dieu tant que j'ai pu j'ai crié :rant a mon DIEU tant ke j'è pu j'è krìåé :
Il Il m'a de son saint temple exaucé propice à mon cri,m'a de son séint tanplɇ ékzôssé prôpisɇ a mon kri,
SiSitôt que mon cri à ses oreilles toucha.tôÎt ke mon kri aÿ ses ôr裣es tùça.
15
LèsLes monts lors étonnés jusqu'aux pieds tremblent ébranlés : mons lôrs étonés jusk' ôs piés tranblet ébranlés :
[f° 138 r°]
LaLa terre trembla lors que Dieu se courrouça. tèrre tranbla lôrs ke DIEU se kùrrùsa.
Une fumée de ses naseaux saillante se roulait :ne fumé^eæ de sès nazeôs sa££ante se rùlløt :
SaSa gorge soufflait une flamme consumant. gorje sùfløt uÿne flanme konsumant.
Un Un brasier dévorant de sa bouche ardente s'épandait.braziér dévorant de sa bùcçɇ ardante s'épandøt.
20
IlIl baisse les cieux qui fléchissent : il descend. bèsse lès sieus kìþ fléçisset : il désand.
Voilé d'une brouée dessous ses pieds, qui le couvrait,lé d'uÿne brùé^eæ desùs sès piés, kìÁ le kùvrøt,
DeDe l'aile des vents soutenu fondait aval, l'èle dès vans sùttenu fondøt aval,
PorPorté des chérubins. Pour son pavillon tout alentourté dès çérubins . Pùr son pavi£on tùtalantùr
D'D'eaux noires il tend un orage épais et pers.eôs nøresã il tand un orajɇ épès é pèrs.
25
TùtTout ce nuage obscur à sa claire lueur se départit. se nuaæjɇ oskuÿr a sa klère luæeur se départit.
LaLa grêle pleuvait parmi charbons allumé. grè^le pleuvøt parmi çarbons allumés.
DanDans les cieux le Seigneur faisait le tonnerre retentir : lès sieus le siñeur fèzøt le tonèrre rétantir :
SaSa voix le très haut entonnait : et tout soudain vøs le très hôÎt antonøt : é tùt sùdéin
Il Il darda ses traits de là sus, la grêle et le brasier,darda sès très delasus, la grè^lɇ é le braziér,
30
Soudain écartant les troupes des ennemis.déin ékartant lès trùpes dès annemis.
SanCent éclairs redoublés, cent foudres aigus il élança,t éklèrs redùblés, sant fù^dres égus il élansa,
ÇChassant déconfits les éperdus ennemis.aÀsant dékonfis lès épèrdus annemis.
LaLa grande terre profonde de frayeur ses caves ouvrit :ý grand' tèrre profonde de fraieur sès kaves ùvrit :
DeDes eaux épuisés les canaux creux sont ouverts,s eôs épuizés lès kanôs kreuÎs sont ùvèrs,
35
SéiSeigneur, au seul bruit que ta voix tonneresse retentit,ñeur, ôá seul bruit ke ta vøs tonerèsse rétantìît,
ÔAu souffle ventant hors de tes naseaux fumeux.á sùfle vantant hôrs de tèz nazeôs fuÂmeus.
MèsMais pitoyable sa main de là sus il baisse dessur moi : pitoæiable sa méin delasus il bèsse desur mø :
M'M'empoigne sauvé d'entre les flots dangereux.anpûñe sôvé dantre lès flôÎs danjereuÎs.
M'M'ôte à mes puissants ennemis : me délivre du haineux,ôÎtɇ aÿ mès puissans anemis : me délivre du hèineus,
[f° 138 v°]
40
MeMe sauve combien qu'il parût plus fort que moi. sôÎve konbién k'il paru^t plus fôrt ke mø.
LôrLors que j'étais de malheurs accablé tous me couraient sus :s ke j'etø de maleurs akkablé tùs me kùrøÎt sus :
Mais Dieu le bon Dieu fut ma force et mon support.s DIEU le bon DIEU fut ma fôrsɇ é mon supôrt.
LôrLors au large me fit récréer, d'oppresse délivré.s ôá larje me fit rékréæér, d'ôprèsse délivré.
KaCar il se plaisait à m'élargir ses faveurs.r il se plèzøt aÿ m'élarjir sès faveurs.
45
DIEDieu me donna le loyer de ma justice : Dieu me supportaU me dona le loæiér de ma justise : DIEU me suporta
DeDe mes nettes mains l'innocence guerdonnant. mès nétes méins l'innosanse gèrdonant.
KarCar du Seigneur le chemin je tenais, et sa voie je gardais : du Siñeur le çemin je tenø, é sa vøìÎeæ je gardø :
DeDe Dieu le parti point je n'ai voulu quitter. DIEU le parti pûint je n'è vùluÿ kitér.
MèsMais je me suis gardé de méchance et reproche devant lui, je me suis gardé de méçansɇ é reprôçe devant lui,
50
ÔrOrné de candeur, maintenu d'intégrité.né de kandeur, méintenuÿ d'intégrité.
PùrPour ce reçus le loyer de ma justice : Dieu me supporta,se reseu le loæiér de ma justise : DIEU me suporta,
DeDe mes nettes mains l'innocence guerdonnant mès nétes méins l'innosanse gèrdonant
KlèClaire devant ses yeux. Qui sera bon, bon te connaîtra :re devant sès ieus . KìÁ sera bon, bon te konøtra :
AnEnvers l'homme entier simple et doux, entier seras.vèrs l'om' antiér sinplɇ é dùs, antiér seras.
55
MèsMais qui sera dépravé, qui allant tors droit ne charriera, kìÁ sera dépravé, kìÁ alant tôrs drøt ne çarìþra,
KoComme il sera tors de travers tu marcheras.m'il sera tôrs deÿ travèrs tu marçeras.
An En saison de malheur et de trouble, le peuple tu maintienssèzon de maleur é de trùble, le peuple tu méintiéns
DeDe maux travaillé, l'oeil superbe tu rabats. môs trava££é, l'eu£ supèrbe tuÿ rabas.
MonMon flambeau tu me tiens allumé de ta douce resplendeur : flanbeô tu me tiéns alumé de ta dù^se réplandeur :
60
MoMon Dieu le bon Dieu mes ténèbres fait briller.n DIEU le bon DIEU mès tenèbres fètã bri£ér.
MarMarchant sus ta faveur je me jetterai dans le bataillonçant sus ta faveur je me jetrè dan le bata££on
DeDe l'ennemi fort : sur le mur je sauterai. l'annemi fôrt : sur le mur je sôterè.
KarCar le chemin du Seigneur est net, son parler éprouvé : le çemin du siñeur è^t nètã, son parlér épreuvé :
[f° 139 r°]
KiQui espère en Dieu, Dieu sera son fort pavois. éspér' an DIEU, DIEU sera son fôrt pavø.
65
MèsMais qui serait, si n'était le Seigneur Dieu, mais qui serait Dieu ? ki serøt, si n'étøt le siñeur DIEU, mès kìÁ serøt DIEU ?
KiQui est la roche, qui le fort, si Dieu ne l'est ? è^t la rôke, kìþ le fôrt, si DIEU ne l'è^t ?
S'C'est Dieu, qui de prouesse de coeur et de force me garnit :èÎt DIEU, kìþ de prùésse de keur é de fôrse me garnìît :
S'C'est lui qui mes pas dresse par le bon chemin :è^t lui kìÁ mès pa^s dresse par le bon çemin :
LuiLui qui fait mes pieds aux pieds de la biche ressembler, kìþ fèt mès piés ôsã piés de la bìîçe resanblér,
70
PuPour gagner aux monts un coupeau de sûreté.r ganñér ôsã mons un kùpeô de seureté.
PùrPour venir au combat, mes mains aux armes il instruit : venir ôá konbat, mès méins ôsã armes il instruit :
RaRenforce mes bras pour dérompre un arc d'acier.nforse mès bras pour déronprɇ un ark d'asiér.
TonTon bouclier me défend et me garde : ta dextre me maintient : bùkliér me défand é me garde : ta dè^tre me meintiént :
TaTa grâce m'accroît par dessus mes ennemis. grase m'akrøÎt pardesus mès annemis.
75
MarMarcher large me fais : mes pas fermes tu agrandis :çér larje me fès : mès pas fèrmes tu agrandis :
Sous moi tu gardes mes genoux de chanceler.s mø tu gardes mès jenùs de çanselér.
MèsMes ennemis je chassais : je les attrape : d'où ne retournai anemis je çasø : je les atrape : dù ne retùrnè
K'Qu'après que vainqueur tous je les eus mis à mort.après ke véinkeur tùs je lès u mis a môrt.
PùrPour ne jamais relever dépecés par terre déconfits, ne jamès relevér dépesés par tèrre dékonfis,
80
BrBroncher je les fis les foulant dessous le pied.unçér je lès fi lès fùlant desùs le pié.
ÔáAu combat tu me fais vaillant, à la guerre tu m'instruis konbat tu me fès va££ant, a la gèrre tu m'instruis
JeJetant à l'envers ceux qui marchent contre moi.tant aÂlanvèrs seus kìÁ marchet kontre mø.
DèsDes ennemis rompus et le dos et la fuite me montrant, anemis ronpus é le dôs é la fuite me montrant,
TuTu fais que par moi sont défaits mes malvoulants, fès ke par mø sont défès mès malvùlans,
85
Il Ils crièrent requérant d'être aidés, nul ne les aida :krìåéret rekerans d'è^tr' éidés, nul ne les éida :
IlIls imploraient Dieu qui ne daigna les ouïr. inplorøÎt DIEU kìþ ne déiña lès ùìår.
ÔssAussi menu que la poudre devant les vents les écartai,i menu ke la pùdre devant lès vans les ékartè,
[f° 139 v°]
PiPilés comme on pile une fange aux grands chemins.lés kom'on pilɇ uÿne fanjɇ ôs grans çemins.
HôrHors de l'émeute du peuple tiré m'as, quand se révolta :s de l'émeute du peuple tiré m'as, kand se revolta :
90
TuTu m'as établi chef dessus les nations. m'as établi çèf desus lès nasìåons.
MèmMême le peuple que point ne connaissais, m'ont reconnu roi :e le peuple ke pûint ne konøsø, m'ont rekoneu Rø :
ÔAu bruit de mon nom ils se sont donnés à moi :á bruit de mon nom il se sont donés a mø :
Voire se sont rangés les étrangers sous ma royauté,reã se sont ranjés les étranjérs sùs ma réæôté,
Faussant le serment qui premier les obligeait.ssant le sèrmant kìþ premiér lès ôblijøt.
95
JusJusque dedans leur fort à ce peuple courage défaillit :ke dedan leur fôrt a se peuple kùraje défa££it :
Tous les étrangers perdirent coeur de frayeur.s lès étranjérs pèrdiret keur deÿ fraæìþeur.
VivVive le Seigneur Dieu : que loué soit Dieu qui m'a sauvéve le séiñeur DIEU : ke lùéæ søtã DIEU kìÁ m'a sôvé
MoMon fort : que haussé soit le Dieu de mon salut.n fôrt : ke hôssé søtã le DIEU de mon salut.
DIEDieu qui m'a fait la faveur de me venger contre mon haineux.U kìÁ m'a fèt la faveur de me vanjér kontre mon héineus.
100
KQui range sous moi tant de peuples subjugués.ìÀ ranje sùs mø tant de peuples subjugés.
Sire, tu m'as sauvé de mon ennemi : haut élevé m'as :ýre, tu m'as sôvé de mon annemi : hôÎt élevé m'a^s :
TuTu m'as délivré d'entre tous mes malvoulants : m'a^s délivré dantre tùs mès malvùlans :
GarGardé m'as de celui qui prétend m'offenser et forcer :dé m'as de selui kìÁ prétand m'ôfansér é forsér :
Pour ce entre les gens ton renom je chanterai,rsɇ antre lès jans ton renom je çanterè,
105
PùrPour la grande faveur qu'à ton oint ton roi tu élargis, laÿ grande faveur k'a ton ûint ton Rø tu élarjis,
DDavid et les siens t'obligeant, Sire, à jamais.aývid é lès siens t'ôblijant, Sìþrɇ, aÿjjamès.
Mètre : Dactylique et iambique. Distiques formés d'un hexamètre dactylique et d'un trimètre iambique.
Aux vv. 14, 30, 46, 52, 75 et 85, une syllabe féminine occupe une position longue. Au v. 61, on aimerait lire jétrè. Au v. 96, deux syllabes féminines occupent des positions longues. Au v. 68, on aimerait lire drésse.

Variantes et remarques :
v. 26 : dans grè^le, un second l a été biffé.
v. 29 : même correction qu'au v. 26.
v. 39 : on aimerait lire héineus.
v. 47 : je tenø, biffé avait été écrit avant le çemin.
v. 70 : dans ganñér, le n a été ajouté au-desus du mot (il ne s'agit pas d'un n suscrit mais d'une correction.
v. 72 : on lit bien pour et non pùr.