PROBLÈME D'AFFICHAGE ?
DICTIONNAIRE
retour
virga
avance
rubriqueJean-Antoine de Baïf
rubriqueAvertissement
rubriqueIntroduction
rubriquePsautier 1573
rubriqueEtrénes 1574
rubriqueChansonnettes
rubriqueLivre I
rubriqueLivre II
rubriqueLivre III
rubriqueChanson 1
rubriqueChanson 2
rubriqueChanson 3
rubriqueChanson 4
rubriqueChanson 5
rubriqueChanson 6
rubriqueChanson 7
rubriqueChanson 8
rubriqueChanson 9
rubriqueChanson 10
rubriqueChanson 11
rubriqueChanson 12
rubriqueChanson 13
rubriqueChanson 14
rubriqueChanson 15
rubriqueChanson 16
rubriqueChanson 17
rubriqueChanson 18
rubriqueChanson 19
rubriqueChanson 20
rubriqueChanson 21
rubriqueChanson 22
rubriqueChanson 23
rubriqueChanson 24
rubriqueChanson 25
rubriqueChanson 26
rubriqueChanson 27
rubriqueChanson 28
rubriqueChanson 29
rubriqueChanson 30
rubriqueChanson 31
rubriqueChanson 32
rubriqueChanson 33
rubriqueChanson 34
rubriqueChanson 35
rubriqueChanson 36
rubriqueChanson 37
rubriqueChanson 38
rubriqueChanson 39
retour
rubriqueChanson 40
rubriqueChanson 41
rubriqueChanson 42
rubriqueChanson 43
rubriqueChanson 44
rubriqueChanson 45
rubriqueChanson 46
rubriqueChanson 47
rubriqueChanson 48
rubriqueChanson 49
rubriqueChanson 50
rubriqueChanson 51
rubriqueChanson 52
rubriqueChanson 53
rubriqueChanson 54
rubriqueChanson 55
rubriqueChanson 56
rubriqueChanson 57
rubriqueChanson 58
rubriqueChanson 59
rubriqueChanson 60
rubriqueChanson 61
rubriqueChanson 62
rubriqueChanson 63
rubriqueChanson 64
rubriquePsautier 1569
rubriqueMusique
rubriqueGlossaire métrique
rubriqueBibliographie
 
Pour une translittération en orthographe standard, survolez l'initiale des vers !
pdfFichier pdf
métriqueAfficher métrique
métriqueLégende

XXXIX.

Lors que premier de tes yeux décevants la lumière j'aperçus,Îr ke premiér de tez iös désevans la lumiére j'apèrsu,
ÔOh les beaux précieux dis-je saphirs azurins !Ê lè_beôs présiös (dìþ-je) safirs azurins !
MèsMais par après je connus que c'était une source de flambeaux paraprès je konu ke s'étøt uÂne sùrse de flanbeôs
AnEnsoufrés, qui dedans les veines entre, et s'y paît.sùfrés, ki dedans lè_vénez antr', é s'i pè^t. <·
5
LôrLorsque je vis de ta tête le poil par tresses agencé,ke je vi de ta tè^te le pøl par tréssez ajansé,
ÔOh le bel or éclatant dis-je filé délié !Ê le bél ôr éklatant (dìþ-je) filé délié !
MèsMais par après je trouvai que c'étaient à-ma-perte le sentant paraprès je trùvè ke s'étøÎt (a-ma-pèrte le santant)
Rets et filets qui prenaient des hommes âmes et coeurs :sã é filèsã ki prenøÎt dèz omez a^mez é körs : <·
LôrLorsque ta poitrine vis belle et blanche se renfler à lents-flots,ke ta pûtrìÁne vìþ bél' é blançe se ranflér a lan-flôsã,
10
ÔOh vive neige je dis nette demeure de foi !Ê vive nèje (je di) nèÌte demöre de fø !
MèsMais par après j'éprouvai que c'était un marbre sur un coeur, paraprès j'éprùvè ke s'étøtã un ma^bre sur un kör,
ÉiAins diamant qui rebouche à toute flèche d'amourns diamant ki rebùç' aÿ tùte flèçeã d'amùr <·
ÔÊOh dur coeur, beau chef, attrayants yeux, vous m'êtes un feu, dur kör, beô çèf, atréanz iös, vù^_m'étez un fö,
UUne raie, un diamant, sans nul amour tout amourýne rèÂ, un diamant, san nul amùr tùt amùr ·><·
Mètre : Datcylique. Distiques élégiaques.

Variantes et remarques :
v. 9 : au-dessus de l'i de pûtrìÁneÂ, un macron a été corrigé en micron.